Les émissions

10 juin 2025

Jérémie 31.1 – 32.44

Chapitre 31

Introduction

La Seconde Guerre mondiale fut suivie de la guerre de Corée, la guerre d’Algérie, la guerre d’Indochine qui devient la guerre du Vietnam et je ne parle pas de l’Afrique noire. Ces conflits laissent des traces dans les mémoires et dans les alliances géopolitiques. Israël a connu des guerres fratricides et sous le roi Roboam, fils de Salomon, les 10 tribus du nord créent leur propre royaume et il n’y a jamais eu de réunification. Mais dans le chapitre 31, la vision du prophète Jérémie est uniquement axée sur la restauration, la prospérité et la paix des deux royaumes d’Israël dans une Terre Promise renouvelée.

Ce chapitre comporte trois parties. La première (v.1-22) concerne le royaume du Nord, la seconde, celui du Sud (v. 23-26) et la troisième, celui des deux royaumes (v.27-40). Puis cette glorieuse perspective ouvre au regard du prophète de nouveaux horizons encore bien plus glorieux et sans aucune ombre au tableau, car il annonce une guérison spirituelle, la régénération des cœurs sous une Nouvelle Alliance.

De toutes les religions du monde, le Judaïsme israélite est la seule qui, tout en affirmant être la révélation du Dieu unique et vrai, prédit sa propre transformation en une religion nouvelle et supérieure à elle-même. Quand on y réfléchit, c’est tout à fait extraordinaire.  Je commence à lire le chapitre 31.

Verset 1

En ce temps-là, l’Éternel le déclare, moi je serai le Dieu de toutes les familles d’Israël, et ces familles seront mon peuple (Jérémie 31.1).

Le retour d’Israël dans la terre de ses ancêtres qui eut lieu en 1948 n’est pas l’accomplissement de cette prophétie parce que les Israéliens sont toujours loin de Dieu ; la nation est tout aussi laïque que la France.

Verset 2

Je continue.

Voici ce que déclare l’Éternel : Le peuple qui a échappé au tranchant de l’épée obtiendra ma faveur ; dans le désert. Je viens faire jouir Israël du repos (Jérémie 31.2).

Jérémie contemple le retour futur des exilés israélites dans leur pays, d’abord ceux qui rentrent de la captivité babylonienne, mais aussi, et surtout ceux qui, à la fin des temps, reviendront de la diaspora.

Verset 3

Je continue.

Dès les temps reculés, l’Éternel lui est apparu (à Israël) et lui a dit : D’un amour éternel, je t’aime, c’est pourquoi je t’attire par l’affection que je te porte (Jérémie 31.3).

La raison du rétablissement d’Israël dans son pays est que Dieu aime son peuple d’un amour éternel, ce qui veut dire qu’il lui reste fidèle à tout jamais quoi qu’il arrive. À cause de cet amour, en son temps, et afin d’accomplir ses objectifs, l’Éternel restaurera Israël qui sera à nouveau une théocratie dirigée par Dieu lui-même en la personne du Christ le Messie.

On peut se demander comment le Seigneur peut aimer un peuple pareil, d’abord idolâtre et maintenant sécularisé jusqu’au bout des ongles. Mais la vraie question est : Comment Dieu peut-il aimer le monde et chaque individu en particulier comme le dit Jean dans son évangile quand il écrit :

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle (Jean 3.16 ; SER).

On peut critiquer les Juifs autant qu’on veut et leur jeter la pierre, mais cela ne change pas le fait que l’Éternel a dit à Israël :

Je t’aime d’un amour éternel ; C’est pourquoi je te conserve ma bienveillance (Jérémie 31.3).

De toute façon nous ne valons pas mieux que la nation juive. Nous sommes tous aussi coupables les uns que les autres, et il a fallu la mort expiatoire du Christ pour racheter ceux qui croient en lui, qu’ils soient Juifs ou non-Juifs. Ce sacrifice suprême était nécessaire afin de satisfaire la sainteté bafouée de Dieu et sa justice afin qu’il puisse manifester son amour envers nous. Comment Dieu fait-il pour nous aimer, vous et moi ? Nous devrions être bouleversés, confondus et émerveillés de ce qu’il nous aime. Quelqu’un a dit : « Que tu puisses avoir de bonnes pensées envers nous tout en étant le Dieu que tu es, c’est la nuit noire pour mon intelligence mais la lumière du soleil pour mon cœur » (Frederick W. Faber).

Dieu nous aime, non pas pour ce qu’il voit en nous, mais bien plutôt à cause de qui il est. Dans sa première épître, l’apôtre Jean écrit :

Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés (1Jean 4.10). L’amour que Dieu nous porte vient de l’amour et n’a aucune autre raison d’être en dehors de Dieu lui-même, mais est en Dieu et reste en Dieu [parce que “ Dieu est amour ” (1Jean 4.8, 16 ; Autre)].

« Et Jésus-Christ qui est en Dieu est le centre de cet amour » (Studies in the Prophecy of Jeremiah, G. Campbell Morgan, p. 167). Au final, Dieu nous aime, vous et moi, mais je ne sais pas pourquoi.

Versets 4-5

Je continue le texte.

Je te rebâtirai, alors tu seras rebâtie, ô communauté d’Israël. Tu porteras encore tes tambourins et tu t’avanceras au milieu de la danse des gens en liesse. Oui, de nouveau, tu planteras des vignes sur les coteaux de Samarie ; ceux qui les planteront en cueilleront les fruits (Jérémie 31.4-5).

Les tambourins sont utilisés par les femmes lors des occasions joyeuses (Psaumes 68.26), notamment après une victoire militaire (Exode 15.20 ; Juges 11.34).

Samarie, capitale du royaume des 10 tribus du Nord, fut conquise par les Assyriens (en 722 av. J-C ; 2Rois 17.6, 24). Dans ce passage, il est question de rebâtir et planter, ce qui renvoie au deuxième volet du ministère de Jérémie que l’Éternel lui a confié quand il lui a dit :

Sache que je te confie aujourd’hui une mission envers les nations et les royaumes : celle d’arracher et de renverser, de ruiner et de détruire, de construire et de planter (Jérémie 1.10).

Verset 6

Je continue le texte.

Car, il viendra le jour où les gardes crieront sur les monts d’Éphraïm : “ Allons et montons à Sion vers l’Éternel, lui, notre Dieu ” (Jérémie 31.6).

À Jérusalem, des sentinelles sont postées sur les hauteurs pour guetter l’apparition du premier croissant de la lune, car c’est à partir de lui que l’on fixe les dates des fêtes religieuses. Le peuple des 10 tribus du Nord, si longtemps empêché par ses rois idolâtres, puis par l’exil, de participer aux fêtes à Jérusalem, peut enfin s’y rendre.

Verset 8

Je continue plus loin.

Je les ramènerai de la terre du nord, je les rassemblerai des confins de la terre ; et il y aura parmi eux : l’aveugle et le boiteux, la femme encore enceinte et celle qui enfante ; c’est une foule immense qui reviendra ici (Jérémie 31.8).

La terre du nord représente les pays ennemis. C’est l’Éternel qui fera revenir au pays les Israélites, même les moins aptes à entreprendre un tel voyage (comparez Michée 4.6-7).

Verset 9

Je continue.

Ils reviendront en pleurs avec des supplications, je les ramènerai et je les conduirai vers les cours d’eau par un chemin bien aplani où ils ne trébucheront pas. Car je serai un père pour Israël, et Éphraïm sera mon premier-né (Jérémie 31.9).

Dieu est le père de la nation d’Israël mais pas des individus. Moïse et David sont appelés des serviteurs et non pas des fils (Josué 1.2 ; Psaumes 89.3). Les larmes que verseront les Juifs de la diaspora revenant au pays sont à la fois celles du repentir et de la reconnaissance ; c’est en acceptant la gratuité du salut que le pécheur verse les larmes à la fois les plus douces et les plus amères.

Verset 10

Je continue.

Ô nations, écoutez ce que dit l’Éternel et faites-le connaître dans les îles lointaines et les régions côtières. Dites que l’Éternel qui disperse Israël viendra le rassembler, il veillera sur lui comme un berger sur son troupeau (Jérémie 31.10).

Tout au long du livre, le message de Jérémie est aigre-doux parce qu’il annonce à la fois le châtiment de la nation et son rétablissement. Dieu a jugé son peuple en le dispersant parmi les nations et c’est toujours la situation aujourd’hui. Mais comme il aime Israël d’un amour éternel, à la fin des temps, il le ramènera dans son pays. Alors, les nations païennes témoins de la délivrance d’Israël, rendront hommage à l’Éternel.

Versets 12-13

Je continue plus loin.

Les voici qui reviennent avec des cris de joie sur la colline de Sion ; ils affluent vers les biens que l’Éternel a préparés pour eux : le blé, le vin nouveau et l’huile, les moutons et les bœufs. Leur vie sera comme un jardin bien arrosé, et ils n’auront plus de chagrins. Alors les jeunes filles danseront dans la joie, de même que les jeunes gens et les vieillards. Et je transformerai leur deuil en allégresse, je les consolerai de leurs chagrins, oui, je les réjouirai (Jérémie 31.12-13).

Cette prospérité et ces réjouissances correspondent aux bénédictions du traité d’alliance si le peuple est fidèle à l’Éternel.

Verset 15

Je continue plus loin.

On entend à Rama une voix qui gémit et des sanglots amers : Rachel pleure ses fils et elle ne veut pas se laisser consoler, car ses fils ne sont plus (Jérémie 31.15).

Rama est une localité à 8 km au nord de Jérusalem. De son sommet, on peut voir les territoires des tribus de Manassé et Éphraïm, descendants de Joseph, premier-né de Rachel, l’épouse bien-aimée de Jacob. Dans sa tombe, elle pleure ses fils tués ou exilés par les Assyriens.

Dans son évangile, Matthieu cite ce passage pour décrire le deuil des mères des enfants de Bethlehem, massacrés par le roi Hérode qui voulait tuer l’enfant Jésus (Matthieu 2.17-18).

Verset 18

Je continue plus loin.

J’ai très bien entendu Éphraïm qui gémit, qui dit : Tu m’as châtié, et j’ai été châtié comme un veau indompté. Mais fais-moi revenir à toi, afin que je revienne. Car tu es l’Éternel, mon Dieu (Jérémie 31.18).

Comme dans le livre d’Ésaïe, le mot « revenir » comporte à la fois le sens de retour de l’exil, et le sens spirituel et moral de conversion. Jérémie passe du premier sens au second. La conversion ou le retour à Dieu d’une personne ne peut se faire que par l’action du Saint-Esprit dans son cœur.

Versets 19-20

Je continue.

Je m’étais détourné, mais à présent, je le regrette. Éclairé sur mes fautes, je me lamente sur moi-même, je suis confus, j’ai honte, car je porte le poids de tout ce que j’ai fait dans ma jeunesse et qui n’était guère honorable. Éphraïm est pour moi un fils que je chéris, et un enfant que j’affectionne. Chaque fois que j’en parle, je me souviens encore plus vivement de lui. Mon cœur est en émoi, j’aurai pour lui beaucoup de compassion, l’Éternel le déclare (Jérémie 31.19-20).

Ce passage qui décrit la future repentance des Israélites et le merveilleux accueil que l’Éternel leur fera rappelle l’histoire de l’enfant prodigue (Luc 15.11-24).

Verset 22

Je continue plus loin.

Jusques à quand tourneras-tu dans tous les sens, fille rebelle ? L’Éternel va créer du nouveau sur la terre : maintenant, c’est la femme qui entourera l’homme (Jérémie 31.22 ; SEM ; note).

Ce verset est difficile. Jérémie cite un dicton populaire qui en Orient décrit la situation insolite où une femme poursuit un homme. La fille rebelle et la femme personnifient Israël, et l’homme c’est l’Éternel. Israël s’est détourné de Dieu, mais dans l’avenir, Dieu va créer du neuf; il s’agit de la Nouvelle Alliance. Alors, à la fin des temps, Israël se convertira et comme une femme remplie d’amour, la nation d’Israël entourera de ses bras l’Éternel son époux.

Verset 26

Je continue plus loin.

Puis je me suis réveillé et j’ai ouvert les yeux. Mon sommeil m’avait été agréable (Jérémie 31.26).

Le prophète a reçu ces révélations en songe. Après tant de visions accablantes et de messages de jugements, il vient de contempler les ravissants tableaux de l’avenir messianique, ce qui lui a fait grand plaisir.

Versets 29-30 a

Je continue plus loin.

En ce temps-là, on ne dira plus ce proverbe : “ Les pères ont mangé des raisins verts mais ce sont les dents des enfants qui en sont abîmées ” (comparez Exode 20.5). Mais chacun périra pour son propre péché (Jérémie 31.29-30 a).

Sous l’Ancienne Alliance, les générations sont liées entre elles et la dette des péchés collectifs s’accumule. Quand la coupe de la colère de Dieu est pleine, Dieu la verse sur la dernière génération coupable (comparez Luc 11.49-51). Par contre, sous la Nouvelle Alliance, c’est la responsabilité individuelle qui prévaut.

Versets 31-34

Je continue plus loin en compressant.

Mais des jours vont venir, déclare l’Éternel, où moi, je conclurai avec le peuple d’Israël et celui de Juda une alliance nouvelle : je placerai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes, je la graverai dans leur cœur ; moi, je serai leur Dieu, eux, ils seront mon peuple. Ils n’auront plus besoin de s’enseigner l’un l’autre, en répétant chacun à son compagnon ou son frère : “ Il faut que tu connaisses l’Éternel ! ” Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands, l’Éternel le déclare, car je pardonnerai leurs fautes, je ne tiendrai plus compte de leur péché (Jérémie 31.31-34).

Ce passage décrit ce que l’Éternel va créer de neuf sur terre (Jérémie 31.22). C’est le seul endroit de l’Ancien Testament qui parle d’une Alliance Nouvelle. Ce nouveau contrat entre Dieu et les hommes met au rebut, parmi les choses anciennes et périmées, l’alliance de la Loi qui a été conclue entre l’Éternel et Israël sur le mont Sinaï.

Après avoir parlé de la Nouvelle Alliance quand il a institué la Cène (Luc 22.20), Jésus l’a scellée par sa mort sur la croix, et l’apôtre Paul l’a expliqué en détail (2Corinthiens 3.6-18).

Il faut remarquer que l’essence de cette Nouvelle Alliance reste la Loi de Dieu. Elle n’est ni abolie ni changée (Matthieu 5.17-19 ; Luc 16.17), seulement au lieu d’être imposée de l’extérieur, elle est gravée dans le cœur de chaque croyant par la nouvelle naissance, devenant ainsi l’expression de sa volonté. Il s’en suit que le croyant désire de lui-même obéir à Dieu.

L’Église de Jésus-Christ rassemble tous ceux qui sont sous la Nouvelle Alliance. A la fin des temps, les Israélites revenant de la diaspora dans leur pays, entreront dans cette Alliance. Dans le Millénium, les alliances de l’Éternel avec Abraham et David, et la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ, se rejoindront.

Versets 35-40

Je finis de lire le chapitre 31.

Voici ce que déclare l’Éternel qui place le soleil pour éclairer le jour et qui a établi les lois qui règlent la course de la lune et des étoiles pour éclairer la nuit, qui agite la mer et fait mugir ses flots, et qui a pour nom l’Éternel, le Seigneur des armées célestes : Il faudrait que ces lois soient supprimées par devant moi, déclare l’Éternel, pour que la descendance d’Israël cesse aussi pour toujours d’être une nation devant moi (Jérémie 31.35-36).

La stabilité des lois de la nature est la preuve de la grâce de Dieu et de la pérennité d’Israël en tant que peuple et nation. Alors que chez les non-Juif, certains individus sont choisis, Israël est élu en tant que peuple et nation (Romains 11.2).

Chapitre 32

Verset 1

Nous arrivons au chapitre 32 que je commence à lire.

L’Éternel adressa la parole à Jérémie, la dixième année du règne de Sédécias, roi de Juda (597-686), qui correspond à la dix-huitième année du règne de Nabuchodonosor (605-562). C’était au moment où l’armée du roi de Babylone assiégeait Jérusalem et où le prophète Jérémie était enfermé dans la cour du corps de garde qui se trouve au palais du roi de Juda (Jérémie 32.1).

Nous sommes quelques mois avant la chute de Jérusalem et Jérémie est enfermée à cause de ses prophéties.

Versets 6-11

Je continue plus loin en compressant.

Jérémie dit : — L’Éternel m’a adressé la parole en ces termes : Hanaméel, le fils de ton oncle (Challoum), va venir te voir pour te proposer d’acheter son champ situé à Anatoth car, en vertu du droit de rachat, c’est à toi de l’acquérir. J’achetai donc à mon cousin (Hanaméel) le champ qui se trouve à Anatoth et je lui en payai le prix de dix-sept pièces d’argent. Ensuite je pris l’acte de vente qui était scellé, où figuraient les stipulations et les clauses de la transaction, ainsi que l’exemplaire qui était ouvert (Jérémie 32.6-11).

Quand un Israélite est obligé de vendre une partie de son patrimoine, son plus proche parent doit l’acquérir (Lévitique 25.25). Cette loi a pour but de maintenir intact l’héritage qui, à l’origine, était assigné à chaque famille israélite. L’acte de vente, sous forme de rouleau, comprend la signature des parties contractantes et des témoins, puis il est scellé pour préserver son intégrité. Une copie « ouverte » est faite qui peut être consultée à tout moment.

Versets 14-15

Je continue plus loin.

Voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes, Dieu d’Israël : Prends ces documents, l’acte de vente qui est scellé et celui qui est ouvert, et dépose-les dans un vase de terre cuite pour qu’ils se conservent longtemps. Car voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes, Dieu d’Israël : On achètera encore des maisons, des champs et des vignes dans ce pays (Jérémie 32.14-15).

Cet acte de vente scellé permettra un jour aux héritiers de Jérémie de faire valoir leurs droits de propriété sur ce champ. Au Proche-Orient ancien, on conserve les documents dans une jarre, et c’est ce qui a permis de sauvegarder pendant des siècles les célèbres manuscrits de la mer Morte.

Versets 24-25

Je continue plus loin en compressant.

J’adressai cette prière à l’Éternel : Voici que l’ennemi met ses terrassements en place contre la ville pour la prendre et, en proie à l’épée, la famine et la peste, elle sera livrée aux Chaldéens qui la combattent. Ce que tu avais annoncé va se trouver ainsi réalisé, comme tu le vois bien. Et toi, Seigneur, Éternel, tu m’as dit : Achète-toi ce champ à prix d’argent par devant des témoins, alors que cette ville est en train de tomber aux mains des Chaldéens ! (Jérémie 32.24-25).

Au vu de la prise imminente de Jérusalem et donc de la fin du royaume de Juda, le prophète a du mal à comprendre pourquoi l’Éternel veut qu’il se lance dans une opération immobilière. Jérémie nous montre que nous pouvons aller à Dieu avec nos doutes et nos malheurs ; c’est exactement ce qu’il désire de nous, de vous et moi parce qu’il nous aime et nos soucis l’intéressent.

Versets 26-41

Je continue en compressant.

Mais l’Éternel adressa la parole à Jérémie : — Oui, je suis l’Éternel, le Dieu de tout être humain. Y a-t-il une chose qui soit trop extraordinaire pour moi ? C’est pourquoi voici ce que déclare l’Éternel : Je vais livrer la ville aux Chaldéens, et à Nabuchodonosor, le roi de Babylone, pour qu’il s’en empare (SEM). – Voici, je les rassemblerai de tous les pays où je les aurai chassés dans ma colère, dans ma fureur, dans une grande indignation ; je les ferai revenir (les Israélites) en ce lieu, et y habiter en sûreté (OST). Ils seront mon peuple et je serai leur Dieu. – Je conclurai avec eux une alliance éternelle, par laquelle je ne les délaisserai pas mais leur ferai du bien, je les amènerai à me révérer de tout leur cœur pour qu’ils ne se détournent plus de moi. Je trouverai ma joie à leur faire du bien, je les planterai ici, dans ce pays, oui, je le ferai de tout mon cœur et de toute mon âme (Jérémie 32.26-28 ; 37-38, 40-41).

Le jugement sera suivi de la délivrance de l’exil babylonien, et à la fin des temps, Israélites et non-Juifs entreront dans la Nouvelle Alliance par la nouvelle naissance. Ils auront un cœur transformé qui désirera obéir à l’Éternel, qui portera une affection paternelle et en quelque sorte humaine à tout son peuple.

Versets 42-44

Je finis de lire le chapitre 32 en compressant.

Car voici ce que déclare l’Éternel : Comme je fais venir sur ce peuple ce grand malheur, je leur accorderai aussi tous les biens que je leur promets. On y achètera des champs à prix d’argent, on rédigera des actes de vente que l’on cachettera devant témoins, dans le pays de Benjamin et aux alentours de Jérusalem, dans les villes de Juda et les villes de la région montagneuse, dans les villes de la plaine, et dans les villes du Néguev. Oui, j’accomplirai leur restauration, l’Éternel le déclare (Jérémie 32.42-44).

Alors que Jérusalem est sur le point de tomber entre les mains de Babylone, tout espoir n’est pas perdu parce que Dieu est toujours sur le trône de l’univers, l’amour qu’il porte à son peuple est inaltérable et il lui promet encore un avenir glorieux.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires