Les émissions

14 août 2025

Ézéchiel 34.1 – 36.36

Chapitre 34

Introduction

Ce qu’on demande d’un berger, c’est qu’il s’occupe de ses brebis et c’est, dirons-nous, la moindre des choses. Un bon pasteur s’inquiète d’abord du bien-être de son troupeau et ensuite de son petit confort. Il protège les brebis contre les prédateurs ; il s’assure qu’elles sont toujours en sécurité et qu’elles ont de quoi se nourrir. Il traite ses animaux avec douceur et les soigne quand ils sont malades. Les rois et dirigeants politiques de Juda sont souvent appelés « bergers » (Psaumes 78.70-72 ; Ésaïe 44.28 ; 63.11 ; Jérémie 23.1-4 ; 25.34-38), mais ils n’ont jamais été à la hauteur de leur fonction.

Versets 1-4

Je commence de lire le chapitre 34 d’Ézéchiel.

L’Éternel m’adressa la parole en ces termes : Fils d’homme, prophétise au sujet des bergers d’Israël, prophétise et dis à ces bergers : Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Malheur aux bergers d’Israël qui ne s’occupent que d’eux-mêmes. N’est-ce pas le troupeau que les bergers doivent faire paître ? Vous vous êtes nourris de sa graisse et habillés de sa laine, vous avez abattu les bêtes grasses, mais vous ne faites pas paître le troupeau. Vous n’avez pas aidé les brebis chétives à retrouver des forces. Vous n’avez pas soigné celle qui était malade, vous n’avez pas bandé celle qui avait une patte cassée, vous n’avez pas ramené celle qui s’était écartée, vous n’avez pas cherché celle qui était perdue ; non, vous leur avez imposé votre autorité par la violence et la tyrannie (Ézéchiel 34.1-4 ; comparez Jérémie 23.1-8).

Depuis Salomon, la plupart des rois d’Israël et de Juda sont des rapaces. Ils tondent un maximum leur troupeau, c’est à dire le peuple, pour en tirer un gain tout personnel plutôt que de le conduire dans le sentier de la justice, ce qui est le rôle que l’Éternel leur a pourtant assigné. Ces rois ne se soucient pas de leurs sujets souffrants, indigents, ou opprimés, ni de punir ceux qui se livrent au mal.

Versets 5-6

Je continue.

Mes brebis se sont dispersées, faute de berger, et elles sont devenues la proie de toutes les bêtes sauvages. Mes brebis se sont égarées sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées. Elles ont été dispersées sur toute l’étendue du pays, sans que personne en prenne soin ou aille à leur recherche (Ézéchiel 34.5-6).

Des conquérants païens ont attaqué Israël ; le royaume des X tribus du Nord a été déporté par les Assyriens et Juda par les Babyloniens. Des Israélites ont fui en Égypte et ceux qui restent au pays doivent se débrouiller comme ils peuvent.

Verset 10

Je continue plus loin.

Voici ce que le Seigneur, l’Éternel, déclare : Je vais m’en prendre à ces bergers, je leur redemanderai mes brebis, et je leur enlèverai la responsabilité du troupeau. Ainsi, ils cesseront de se repaître eux-mêmes. Je délivrerai mon troupeau de leur bouche, et elles ne leur serviront plus de nourriture (Ézéchiel 34.10).

Cette menace s’est accomplie pour plusieurs rois dont Sédécias qui fut le dernier (Jérémie 52.10-11).

Versets 11-15

Je continue en compressant.

Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Je vais moi-même venir m’occuper de mon troupeau et en prendre soin. Comme un berger va à la recherche de son troupeau le jour où il le trouve dispersé, je les ferai sortir de chez les peuples et je les rassemblerai des divers pays, je les ramènerai dans leur propre pays (Ézéchiel 34.11-15).

À partir d’ici, les messages d’Ézéchiel consistent principalement en paroles de réconfort. L’Éternel, le vrai berger, va intervenir afin de mettre fin à la triste situation de son peuple et le ramener chez lui (comparez Exode 2.24, 25 ; 3.7-8 ; Ésaïe 40.11).

Cette prophétie concerne le retour de l’exil babylonien mais surtout la fin des temps, quand, après la Grande Tribulation, tous les Juifs dispersés par les persécutions de l’Antichrist reviendront dans leur patrie et entreront dans le millénium. Les évangiles rapportent que Jésus a déclaré :

Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis (Jean 10.11). – Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront et personne ne pourra les arracher de ma main. Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos (Jean 10.28 ; Matthieu 11.28).

Jésus est le bon berger, le grand berger (Hébreux 13.20), le souverain pasteur, et le chef des bergers (1Pierre 5.4).

Verset 16

Je continue le texte.

Je chercherai la brebis qui sera perdue, je ramènerai celle qui se sera éloignée, je panserai celle qui a une patte cassée, et je fortifierai celle qui est malade. Mais je détruirai celle qui est grasse et forte : je les ferai paître avec équité (Ézéchiel 34.16).

La brebis grasse et forte représente les Israélites riches et puissants qui ont exploité les faibles. À la fin des temps, ces personnages seront écartés du troupeau de Dieu tandis que le souverain pasteur guérira toutes les misères des brebis qui lui appartiennent. Matthieu rapporte qu’une fois, Jésus a dit à ses disciples :

Si un homme a cent brebis, et que l’une d’elles s’égare, ne laissera-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans la montagne, pour aller à la recherche de celle qui s’est égarée ? (Matthieu 18.12).

Le bon berger ne se contente pas des 99 brebis qui lui restent mais s’inquiète de celle qui manque. Si le croyant entre dans le royaume des cieux, ce n’est pas parce qu’il est une super brebis, car elles sont toutes stupides. Non, s’il a droit au paradis c’est grâce à son berger qui est fidèle et ne perd pas en route une seule de ses brebis.

Versets 17, 21-22

Je continue le texte en comprimant.

Et vous, mon troupeau, voici ce que le Seigneur, l’Éternel, déclare : Je prononcerai mon jugement entre brebis faibles et brebis grasses, béliers et boucs (Autre). Vous avez bousculé du flanc et de l’épaule toutes les brebis faibles ! Vous les avez frappées de vos cornes jusqu’à ce que vous les ayez chassées dehors ! C’est pourquoi je viendrai au secours de mon troupeau et il ne sera plus livré au pillage, je prononcerai mon jugement entre brebis et brebis (Ézéchiel 34.17, 21-22).

La justice sociale est un thème fréquent dans les écrits des prophètes. Les grands qui en Israël détiennent le pouvoir ne se contentent pas de profiter des biens du pays, mais ils en privent les faibles qui y ont pourtant droit aussi bien qu’eux. Les impies se reconnaissent au fait qu’ils piétinent les pauvres, mais Dieu opérera un tri.

Ce passage anticipe le jugement entre les brebis et les boucs, le bon grain et l’ivraie dont Jésus a parlé dans ses paraboles (comparez Matthieu 25.31-46).

Verset 23

Je continue.

J’établirai à leur tête un seul berger qui les fera paître : mon serviteur David ; il prendra soin d’elles et sera leur berger (Ézéchiel 34.23).

Il s’agit du second David, le Messie de la lignée de David qui régnera sur tous les Israélites rescapés de la Grande Tribulation. Il rétablira la royauté et l’unité primitive politique et religieuse du peuple élu. David est le père fondateur de la dynastie qui porte son nom et la figure du grand roi futur promis à Israël. Jésus est ce roi messianique et il portera le nom de David comme titre dynastique de la même manière que les monarques égyptiens s’appellent « pharaons ».

Verset 24

Je continue.

Et moi, l’Éternel, je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’elles. Moi, l’Éternel, j’ai parlé (Ézéchiel 34.24).

Le mot « prince » désigne le roi messianique Jésus-Christ, ce que confirme un passage parallèle où il est dit :

Mon serviteur David sera leur roi, il sera l’unique berger pour eux tous (Ézéchiel 37.24).

Verset 25

Je continue.

Je conclurai avec elles (les brebis) une alliance qui leur garantira la paix. Je débarrasserai le pays des bêtes féroces, de sorte que mes brebis pourront habiter en toute sécurité dans les steppes et dormir dans les forêts (Ézéchiel 34.25).

Dieu conclura une alliance nouvelle et éternelle qui sera en vigueur pendant le règne millénaire du Messie. L’Éternel s’engage à protéger son peuple contre les bêtes féroces, c’est à dire les nations païennes qui jadis ravageaient le pays. Même les forêts, l’endroit généralement le plus dangereux pour une brebis, seront paisibles ; il n’y aura donc plus aucun danger nulle part.

Verset 26

Je continue.

Je les comblerai de bénédictions dans les environs de ma colline. Je ferai tomber la pluie en son temps, ce seront des pluies qui vous apporteront la bénédiction (Ézéchiel 34.26).

La colline de Sion sur laquelle est bâtie Jérusalem représente le lieu de la présence divine.

La fertilité de la Palestine dépend des deux saisons de pluie, en octobre-novembre et en mars-avril. Dieu enverra des pluies de bénédiction et non des tempêtes qui détruisent tout sur leur passage.

Verset 31

Je continue plus loin et finis ce chapitre 34.

Vous, mes brebis, vous qui faites partie du troupeau de mon pâturage, vous êtes des hommes et moi, je suis votre Dieu, le Seigneur, l’Éternel, le déclare (Ézéchiel 34.31).

Dieu rappelle aux Israélites leur faiblesse pour bien leur faire sentir toute la bonté qu’il manifeste à leur égard en les appelant « ses brebis » et en se proclamant leur Dieu.

Lors de sa première venue, le Christ a été rejeté par les Juifs, ce qui leur a attiré une nouvelle série de calamités qui dure toujours ; et ce ne sera qu’à la fin de la Grande Tribulation, quand le nouvel Israël se soumettra au sceptre du nouveau David qu’il recevra toutes les bénédictions promises.

Chapitre 35

Versets 1-6 a

Nous arrivons au chapitre 35 où on apprend qu’avant la restauration d’Israël, Dieu doit juger le monde païen. Je commence de lire ce chapitre.

L’Éternel m’adressa la parole en ces termes : Fils d’homme, dirige ton regard en direction du mont Séir et prophétise contre lui, et dis-lui : Le Seigneur, l’Éternel dit ceci : Je vais m’en prendre à toi, montagne de Séir, je vais étendre ma main contre toi, te transformer en une terre dévastée et désolée. Je mettrai tes villes en ruines, tu seras dévasté et tu reconnaîtras que je suis l’Éternel. Puisque tu as sans cesse nourri de la haine contre les Israélites et que tu les as livrés à l’épée au temps de leur détresse, au jour où leur péché a été puni, à cause de cela, aussi vrai que je vis, c’est là ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Je te mettrai en sang, le sang te poursuivra (Ézéchiel 35.1-6 a ; comparez Amos 1.11 ; Ésaïe 34.5-10).

Le mont Séir désigne le royaume d’Édom qui se trouve dans la vallée et sur les flancs de deux chaînes de montagnes allant du sud de la mer Morte au golfe d’Aqaba qui est le bras oriental de la mer Rouge. Édom est le frère ennemi et jumeau de Jacob, le père de la nation d’Israël. Mais ici, la montagne de Séir représente toutes les nations hostiles à l’Éternel et à son peuple (Ézéchiel 35.14), et contraste avec Israël restauré.

Versets 10-12

Je continue plus loin en compressant.

Parce que tu as dit : “ Ces deux nations, Israël et Juda, de même que leurs deux pays, seront à moi, et j’en prendrai possession bien que l’Éternel y réside ”. Tu as dit : “ Les voilà dévastées, elles me sont livrées comme une proie à dévorer ” (Ézéchiel 35.10-12).

Maintenant que les royaumes des X tribus du Nord et de Juda sont détruits, le premier par les Assyriens et le second par les Babyloniens, les Édomites veulent s’approprier leur territoire. Mais ce serait usurper l’Éternel le vrai propriétaire du pays de Canaan. Profanes comme leur ancêtre (Hébreux 12.16), les Édomites sont des brutes épaisses qui ne voient que le côté matériel des choses.

Verset 15

Je continue plus loin et finis de lire le chapitre 35.

Puisque tu t’es réjoui de la dévastation du patrimoine d’Israël, je te ferai de même : tu seras dévastée, montagne de Séir, et Édom tout entier. Et l’on reconnaîtra que je suis l’Éternel (Ézéchiel 35.15).

Pétra, capitale d’Édom, existe toujours, mais elle est déserte et sert de repaires aux animaux sauvages. Ce qui est arrivé à Édom est une leçon pour le monde entier ; Dieu jugera les nations selon la façon dont ils auront traité Israël (comparez Matthieu 25.31-46).

Chapitre 36

Versets 1-7

Nous arrivons au chapitre 36 qui est le pendant positif du chapitre 6 qui annonçait la destruction de Juda. Je commence à le lire en compressant.

Et toi, fils d’homme, prophétise, parle aux montagnes d’Israël et dis : Parce que l’ennemi s’est écrié sur vous : “ Ha, ha ! Ces antiques hauteurs nous sont échues en possession ! ” Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel, aux montagnes et aux collines, aux cours d’eau, aux vallons, aux ruines désolées et aux cités abandonnées qui ont été pillées par les nations des alentours et qui sont devenues l’objet de leurs sarcasmes. Oui, dans l’ardente indignation de mon amour que tu as bafoué, je vais adresser des menaces au reste des nations, et à Édom tout entier car, le cœur tout joyeux et le mépris dans l’âme, ils se sont tous attribué mon pays comme possession pour en piller les pâturages. À cause de cela, va, prophétise sur le pays d’Israël, J’en ai fait le serment : les nations d’alentour seront chargées aussi du poids de leur opprobre (Ézéchiel 36.1-7).

La nature et surtout les montagnes d’Israël qui se trouvent au centre du pays sont ici personnifiées.  La jalousie de l’Éternel est excitée par la mainmise des nations païennes sur son pays, et par le mépris témoigné à son peuple. Il va donc venger son pays et son peuple.

Quand Dieu jugera le monde, il le videra de ses habitants car il ne permettra pas que des hommes iniques entrent dans le royaume messianique. Matthieu rapporte que dans le Sermon sur la montagne, Jésus a dit :

Heureux ceux qui sont humbles, car Dieu leur donnera la terre en héritage (Matthieu 5.5).

Cette promesse s’accomplira lorsque Jésus reviendra pour établir son règne de 1000 ans sur terre.

Versets 8-10

Je continue le texte en compressant.

Tandis que vous, montagnes d’Israël, vous serez de nouveau cultivées et ensemencées, et je multiplierai sur votre sol les hommes, la communauté d’Israël dans sa totalité. Les villes seront habitées, les ruines seront rebâties (Ézéchiel 36.8-10).

Les descendants dispersés des royaumes des X tribus du Nord et de Juda seront ramenés au pays. Le retour d’exil babylonien est un accomplissement partiel de cette prophétie.

Verset 11

Je continue.

Je ferai abonder sur vous les hommes et les bêtes, ils seront très nombreux et se multiplieront, je vous repeuplerai comme vous l’étiez autrefois, et je vous ferai plus de bien qu’auparavant, et vous reconnaîtrez que je suis l’Éternel (Ézéchiel 36.11).

Cette multiplication des habitants rappelle ce qui s’est passé en Égypte et confirme la promesse faite par l’Éternel à Abraham. Dieu s’est d’abord révélé en punissant sévèrement son peuple, maintenant c’est en le rétablissant.

Versets 12, 14

Je continue.

Je ferai parcourir votre sol par des hommes de mon peuple Israël, ils te posséderont, ô pays d’Israël, et tu seras leur patrimoine, et tu ne les priveras plus de leurs enfants. Eh bien, tu ne dévoreras plus d’hommes, tu ne priveras plus ton peuple de ses enfants. C’est là ce que déclare le Seigneur, l’Éternel (Ézéchiel 36.12, 14).

Quand la Palestine est bénie par Dieu, c’est un Éden, mais l’inverse est tout aussi vrai. Si la pluie manque, c’est la famine, et si des nations conquérantes la traversent comme ce fut souvent le cas, c’est la destruction.

Versets 16-22

Je continue plus loin en compressant.

Fils d’homme, lorsque les gens de la communauté d’Israël habitaient dans leur propre pays, ils l’ont souillé par leur manière de vivre et leurs actes. Je les ai condamnés comme le méritaient leur conduite et leurs actes. Et lorsqu’ils sont arrivés chez les nations parmi lesquelles ils ont été bannis, ils m’ont déshonoré, moi qui suis saint. C’est pourquoi, dis à la communauté d’Israël : Voici ce que dit le Seigneur, l’Éternel : Si je vais intervenir, ce n’est pas à cause de vous que je le fais, ô communauté d’Israël, mais c’est par égard pour moi-même (Ézéchiel 36.16-22 ; comparez Ésaïe 48.9-11).

Après s’être adressé aux montagnes et à la terre d’Israël, Dieu parle maintenant au peuple. Comme le nom d’Israël est lié à celui de l’Éternel, sa détresse met en cause l’honneur de son Dieu. Les nations pensent que l’exil d’Israël est dû à l’impuissance de son Dieu à le protéger de ses ennemis, mais son rétablissement dans son propre pays prouvera que l’Éternel est le Dieu Tout-puissant et ainsi, son nom sera honoré de tous.

Versets 24-28

Je continue plus loin.

Je vous retirerai des nations, je vous rassemblerai de tous les pays étrangers et je vous ramènerai dans votre pays. Je répandrai sur vous une eau pure, afin que vous deveniez purs, je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau et je mettrai en vous un esprit nouveau, j’enlèverai de votre être votre cœur dur comme la pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai en vous mon propre Esprit et je ferai de vous des gens qui vivent selon mes lois et qui obéissent à mes commandements pour les appliquer. Vous demeurerez dans le pays que j’ai donné à vos ancêtres et vous serez mon peuple, et moi je serai votre Dieu (Ézéchiel 36.24-28).

Dans ces quelques lignes se trouvent de grandes doctrines du Nouveau Testament : conversion, repentance, pardon des péchés, régénération, nouvelle naissance, don du Saint-Esprit, bonne disposition du croyant envers Dieu et désir de lui obéir. La transformation intérieure (Ézéchiel 11.19-20) des Israélites comme de tout fidèle est l’œuvre du Saint-Esprit représenté par « l’eau pure » qui purifie l’homme de ses souillures.

Ce passage est le pendant de la promesse que fait Jérémie (31.31 s.) d’une « nouvelle alliance ».

Versets 29-30

Je continue.

Je vous délivrerai de toutes vos impuretés, je commanderai au blé de pousser, je le ferai abonder, et je ne vous enverrai plus la famine. Je multiplierai les fruits des arbres et les récoltes des champs pour que, jamais plus, les nations ne se moquent de vous parce que vous souffrez de la famine (Ézéchiel 36.29-30).

Les nations païennes disent des Israélites : « C’est un peuple d’affamés ». Et en effet, comme ils subissent souvent la sécheresse qui est un châtiment de Dieu à cause de leur idolâtrie endémique, ils souffrent de famines à répétition ce qui les force à chercher leur pain en Égypte.

Verset 31

Je continue.

Vous vous souviendrez alors de votre mauvaise conduite et de vos actes peu louables, et vous vous prendrez vous-mêmes en dégoût à cause de vos fautes et de vos pratiques abominables (Ézéchiel 36.31).

L’œuvre du Saint-Esprit suscitera chez les Israélites une véritable prise de conscience de leurs fautes et une profonde repentance (comparez Ézéchiel 6.9 ; 20.43).

Verset 32

Je continue.

Mais, sachez-le bien, ce n’est pas à cause de vous que j’agis de la sorte, le Seigneur, l’Éternel, le déclare. Ô communauté d’Israël, ayez honte de votre conduite et rougissez-en ! (Ézéchiel 36.32).

Voici un rappel salutaire. Ces bénédictions ne dépendent pas tant de l’attitude des Israélites, que de Dieu qui les accorde afin d’honorer son nom (comparez Romains 11.36).

Verset 33

Je continue.

Voici ce que dit le Seigneur, l’Éternel : Le jour où je vous purifierai de tous vos péchés, je repeuplerai vos villes et l’on rebâtira ce qui est en ruine (Ézéchiel 36.33).

Ces paroles rappellent la relation étroite entre le renouvellement spirituel du peuple élu et la splendeur de son pays.

Verset 36

Je continue.

Alors les nations qui auront subsisté autour de vous reconnaîtront que c’est moi, l’Éternel, qui ai rebâti ce qui était démoli et replanté ce qui était dévasté. Moi, l’Éternel, je l’ai promis et je le réaliserai (Ézéchiel 36.36).

Nouveau rappel salutaire : C’est Dieu qui fait tout, aussi bien dans le cœur de l’homme que dans son environnement.

Verset 38

Je finis de lire le chapitre 38.

Les villes, aujourd’hui en ruine, seront remplies de troupeaux d’hommes, tout comme Jérusalem qui, lors de ses fêtes cultuelles, fourmille d’animaux consacrés ; et l’on reconnaîtra que je suis l’Éternel (Ézéchiel 36.38).

Le retour de l’exil est un petit pas vers l’accomplissement de ces promesses. Israël rentra dans son pays, purifié de son idolâtrie, mais le peuple ne s’est pas réellement converti à l’Éternel et de nouveaux jugements l’ont frappé. Cependant, un jour viendra où la grâce reprendra ses droits et les promesses de Dieu s’accompliront pleinement, d’abord envers Israël, et ensuite à travers lui pour le monde entier.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires