Les émissions

15 août 2025

Ézéchiel 37.1 – 28

Chapitre 37

Introduction

Les noirs américains sont particulièrement doués en sport et en musique ; ce sont eux qui ont inventé le Blues qui a inspiré le « rock and roll ». Mais avant cela, quand ils étaient esclaves, ils chantaient ce qu’on appelle les « negro spirituals », synthèse d’une musicalité africano-occidentale avec des paroles chrétiennes. Quand j’étais jeune, j’ai dansé sur « Oh happy day » sans en comprendre les paroles. Un autre « negro spiritual » célèbre s’appelle « Dem bones » (ces os), qui est tiré d’un passage du chapitre 37 d’Ézéchiel dont le thème est la renaissance d’Israël au niveau politique et spirituel.

Verset 1

Je commence de le lire.

La main de l’Éternel se posa sur moi et l’Éternel m’emmena par son Esprit et me déposa au milieu d’une vallée pleine d’ossements (Ézéchiel 37.1).

Cette vision est tout aussi fantastique que la première qu’Ézéchiel a reçue lorsqu’il a contemplé une image de la gloire de l’Éternel. La vision de ce chapitre est dans le prolongement de la promesse que Dieu a déjà faite au futur Israël, comme quoi il aura un nouveau David pour roi – il verra son identité nationale rétablie – il sera spirituellement renouvelé, et – il entrera dans une ère de prospérité et de gloire.

Mais quand cette prophétie est donnée, tout ce qui reste de cet Israël qui doit renaître de ses cendres, pour ainsi dire, se compose de quelques colonies dispersées en pays païen. Aussi, les auditeurs d’Ézéchiel lui disent :

Notre espérance s’est évanouie, notre vie est brisée (Ézéchiel 37.11).

Pour répondre à ce découragement, l’Éternel montre au prophète la renaissance nationale et spirituelle de son peuple. Il ne s’agit donc pas, à proprement parler, d’une résurrection des morts comme nous l’entendons surtout que dans l’Ancien Testament, l’idée qu’un corps peut revenir à la vie n’est guère mentionnée.

Ézéchiel est transporté de façon surnaturelle dans une sphère supérieure afin d’assister à la scène que lui présente l’Esprit Saint. Pour Dieu, ce n’est évidemment pas un problème d’emmener son prophète où bon lui semble avec ou sans son corps. Quand l’apôtre Paul parle d’une expérience similaire qu’il a faite, il avoue ne pas savoir au juste ce qui s’est passé. Dans sa seconde épître aux Corinthiens, il écrit :

Je connais un homme, un chrétien, qui, il y a quatorze ans, a été enlevé jusqu’au troisième ciel, était-ce dans son corps, je ne sais, ou sans son corps, je ne sais, mais Dieu le sait (2Corinthiens 12.2).

Verset 2

Je continue le texte.

Il me fit promener sur eux en tous sens et je constatai que ces ossements étaient innombrables sur toute l’étendue de la vallée et qu’ils étaient totalement desséchés (Ézéchiel 37.2).

En 1849, deux hommes courageux (Lewis Manly et John Rogers) ont traversé la vallée de la mort en Californie pour apporter des vivres à une expédition (Bennet-Arcane) qui s’était perdue dans ce lieu maudit. Ces hommes étaient les premiers blancs à effectuer ce périple, et s’ils n’avaient pas pu être ravitaillés, ils auraient tous péri.

Ce qu’Ézéchiel a vu est plus sinistre que la vallée de la mort et défie l’imagination. La plaine où Dieu l’emmène ressemble à un champ de bataille qui a été jonché de cadavres, mais avec le temps, les squelettes mêmes ont disparu et il ne reste plus que des os desséchés et dispersés ça et là.

Ce spectacle lugubre représente la nation d’Israël après la destruction de Jérusalem. Le royaume de Juda est comme une armée vaincue, anéantie, et en plus frappée d’un grand opprobre, puisque ses combattants ont été abandonnés sans sépulture sur le champ de bataille.

Verset 3

Je continue.

Il me demanda : Fils d’homme, crois-tu que ces ossements revivront ? Je répondis : Toi seul, Seigneur Éternel, tu le sais (Ézéchiel 37.3).

La question de Dieu à Ézéchiel est exactement celle que les Israélites se posent. Au fond d’eux-mêmes, ils se demandent s’ils ont encore un avenir. La réponse du prophète signifie que dans une perspective humaine, il n’est effectivement pas possible que ces ossements revivent, mais pour Dieu rien n’est impossible.

Versets 4-6

Je continue.

Puis il me dit : Prophétise sur ces ossements-là et dis-leur : Ossements desséchés ! Écoutez ce que dit l’Éternel ! Voici ce que vous déclare le Seigneur, l’Éternel : Je vais faire venir en vous l’Esprit et vous revivrez. Je mettrai sur vous des nerfs, je vous revêtirai de chair, je vous recouvrirai de peau, je mettrai en vous l’Esprit et vous revivrez. Et vous reconnaîtrez que je suis l’Éternel (Ézéchiel 37.4-6).

D’habitude, seuls les gens qui n’ont pas toute leur tête parlent aux objets inanimés. Cependant, Moïse écrit :

Y a-t-il quoi que ce soit de trop extraordinaire pour l’Éternel ? (Genèse 18.14).

Et Jérémie dit :

Ah ! Seigneur Éternel ! C’est toi qui as créé le ciel et la terre par ta grande puissance, et en déployant ta force. Pour toi rien n’est trop extraordinaire (Jérémie 32.17).

Et Jérémie dit encore :

Oui, je suis l’Éternel, le Dieu de tout être humain. Y-a-t-il une chose qui soit trop extraordinaire pour moi ? (Jérémie 32.27).

Dans le Nouveau Testament, quand l’ange Gabriel s’est adressé à la vierge Marie, il lui a rappelé que rien n’est impossible à Dieu (Luc 1.37). Ramener à la vie des os desséchés n’est donc pas une difficulté pour le Créateur.

Quand le prophète dit aux ossements : « Je vais faire venir en vous l’Esprit et vous revivrez », le mot hébreu pour « esprit » (rouach) comme d’ailleurs son équivalent en grec (pneuma), a plusieurs significations. Il veut dire « l’Esprit de Dieu qui donne la vie, le principe de vie en chaque être vivant, la respiration, le souffle, l’esprit rationnel de raisonnement et aussi le vent ou l’air ». Dans le cas présent, c’est le principe de vie avec tout ce que cela représente qui est désigné ainsi.

Dieu seul donne la vie et quand quelqu’un reçoit la vie éternelle, c’est un miracle qui est exclusivement dû à un acte de la grâce divine. Quand les disciples ont demandé à Jésus :

« Mais alors, qui donc peut être sauvé ? » Jésus les regarda et leur dit : Cela est impossible aux hommes ; mais à Dieu, tout est possible (Matthieu 19.25-26).

Verset 7

Je continue le texte.

Je prophétisai donc comme j’en avais reçu l’ordre. Et tandis que je prophétisais, il y eut soudain un son puis un bruit retentissant en même temps qu’un mouvement se produisait et les os se rapprochèrent les uns des autres (Ézéchiel 37.7 ; Autre).

Alors qu’Ézéchiel parle, ce qu’il dit s’accomplit sous ses yeux parce que ses mots déclenchent la puissance créatrice de Dieu qui veille à ce que sa parole s’accomplisse. Il y a d’abord un son qui est dû au mouvement impromptu de tous ces os inanimés, puis alors qu’ils s’emboîtent les uns aux autres, ils produisent un bruit très fort. Soit dit en passant que cette scène des os qui se rapprochent et reconstituent un squelette est très bien rendue par le negro spiritual « Dem bones ».

Verset 8

Je continue le texte.

Et, pendant que je regardais, voici qu’il se formait sur eux des nerfs et de la chair et qu’une peau venait les recouvrir, mais il n’y avait pas d’esprit en eux (Ézéchiel 37.8).

Une fois reconstitués, ces squelettes se couvrent de muscles qu’enveloppe aussitôt une chair revêtue de peau. Mais cette vallée est maintenant remplie de cadavres sans vie.

Versets 9-10

Je continue.

Alors l’Éternel me dit : Fils d’homme, prophétise à l’adresse de l’Esprit, prophétise et dis à l’Esprit : Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Esprit, viens des quatre coins du ciel et souffle sur tous ces morts pour qu’ils revivent. Je prophétisai donc comme il me l’avait ordonné. Alors, l’Esprit entra en eux et ils reprirent vie, ils se dressèrent sur leurs pieds et ce fut une immense armée (Ézéchiel 37.9-10).

Cette re-création a lieu en deux temps tout comme la première création de l’homme. L’Éternel avait d’abord créé l’homme à partir de la poussière de la terre, puis dans un deuxième temps il avait fait pénétrer un souffle de vie dans son corps. Ici, c’est l’Esprit de Dieu, qui semblable au vent entre dans ces squelettes gisants sur le sol et leur rend la vie. Au même instant ils se lèvent comme un seul homme prêt à l’action.

Verset 11

Je continue.

Il me dit : Fils d’homme, ces ossements-là, c’est toute la communauté d’Israël. Voici ce qu’ils disent : Nos os sont desséchés ! Notre espérance s’est évanouie, notre vie est brisée (Ézéchiel 37.11 ; comparez 33.10).

Une fois le royaume de Juda détruit, il paraît absolument impossible aux exilés que leur peuple soit à nouveau rétabli. Ils sont passés d’un extrême à un autre ; tant que Jérusalem est debout, ils prêtent l’oreille aux prophètes de mensonge et nourrissent de faux espoirs, mais maintenant qu’ils ont sombré dans le désespoir, ils se comparent à des os desséchés.

L’Éternel s’est servi des commentaires morbides des Israélites exilés découragés et abattus pour créer cette scène de résurrection afin de leur redonner espoir.

Versets 12-14

Je continue.

C’est pourquoi prophétise et dis-leur : Voici ce que dit le Seigneur, l’Éternel : Je vais ouvrir vos sépulcres et je vous ferai remonter de vos tombes, ô mon peuple, et je vous ramènerai dans le pays d’Israël. Et vous reconnaîtrez que je suis l’Éternel lorsque j’ouvrirai vos sépulcres et que je vous ferai remonter de vos tombes, ô mon peuple. Je mettrai mon Esprit en vous et vous revivrez, et je vous donnerai du repos ; alors vous reconnaîtrez que moi, l’Éternel, j’ai parlé et agi, l’Éternel le déclare (Ézéchiel 37.12-14 ; Autre).

Les tombes représentent l’Empire babylonien où les Juifs sont à la fois dispersés et captifs. Cette prophétie d’Ézéchiel annonce la restauration d’Israël qui se fera en deux étapes : d’une part le retour de l’exil qui correspond à la reconstitution des squelettes qui se couvrent de chair, et d’autre part la vivification intérieure opérée par l’Esprit (comparez Ézéchiel 36.25-27) et qui correspond au souffle de vie de Dieu qui a pénétré les corps inertes afin de les rendre à la vie.

La première étape a commencé de se réaliser à partir de 538 avant J-C au moment du retour de l’exil. Cependant, les Israélites sont encore dispersés ; c’est la diaspora. Il est vrai que l’année 1948 fut pour eux comme un nouveau retour d’exil, car ils ont alors créé un nouvel état en Palestine où pour le moment ils sont assez bien ancrés. Cependant, l’œuvre de vivification de l’Esprit n’a pas encore eu lieu à l’échelle nationale, ce qui fait que spirituellement parlant, les Juifs dans leur ensemble sont toujours des cadavres.

La Pentecôte qui vit la naissance de l’Église a marqué le début de la seconde étape de la prophétie d’Ézéchiel, quand les premiers croyants qui étaient tous juifs sont nés à la vie de Dieu, régénérés.

Quant à ceux d’origine païenne, comme moi, qui font partie de l’Église, ils profitent simplement de la grâce de Dieu qui est accordée premièrement aux Juifs. Ce n’est qu’à la fin des temps que tous les descendants d’Abraham qui auront survécu à la Grande Tribulation accepteront enfin Jésus-Christ comme leur Messie et Sauveur et entreront dans le millénium. Ce sera comme une résurrection des morts, mais spirituelle (Romains 11.15) et l’accomplissement véritable et total de cette prophétie (comparez Ézéchiel 36.28-36).

Versets 15-17

Je continue.

L’Éternel m’adressa la parole en ces termes : Fils d’homme, prends une tablette de bois, et grave dessus : Pour Juda et les Israélites qui en font partie. Puis tu prendras un autre morceau de bois sur lequel tu inscriras : Pour Joseph. Il représentera Éphraïm et tous ceux de la communauté d’Israël qui en font partie. Ensuite, tu joindras les deux morceaux l’un à l’autre pour n’avoir qu’une pièce unique, en sorte que les deux morceaux n’en fassent qu’un dans ta main (Ézéchiel 37.15-17).

Dans ce mime prophétique, Juda et Joseph représentent les deux anciens royaumes israélites ; celui de Juda et celui des X tribus du Nord, qui dans le millénium constitueront un seul peuple uni sous le sceptre unique du nouveau David.

Versets 18-19

Je continue.

Lorsque tes compatriotes te demanderont : Explique-nous ce que cela signifie, tu leur répondras : Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Je vais prendre le bois de Joseph qui est dans la main d’Éphraïm et les tribus d’Israël qui en font partie, je le placerai contre le bois de Juda et je ferai des deux un seul morceau : ils seront un dans ma main (Ézéchiel 37.18-19).

Le bois de Joseph est Éphraïm, la tribu dominante du royaume des X tribus du Nord. Ce bois est joint à Juda et non pas l’inverse, car Juda est la tribu choisie par Dieu pour exercer la royauté. Comme les deux bâtons n’en forment qu’un dans la main du prophète (Ézéchiel 37.17), c’est que les deux royaumes en formeront un seul dans la main de l’Éternel quand il exercera le pouvoir (Ézéchiel 34.9-16) en la personne du Messie.

Versets 20-22 a

Je continue.

Tu garderas en main, bien visibles pour eux, les morceaux de bois sur lesquels tu auras fait ces inscriptions, et tu leur diras : Voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel : Je vais prendre les Israélites du milieu des nations où ils sont allés, je les rassemblerai de tous les pays alentours, je les ramènerai dans leur pays, et je ferai d’eux une seule nation dans le pays, sur les montagnes d’Israël (Ézéchiel 37.20-22 a).

Cette prophétie annonce le retour de l’exil babylonien et le rattachement à la Judée de la Galilée, un ancien territoire du royaume des X tribus sécessionnistes.

Versets 22 b-24

Je continue.

Un roi unique régnera sur eux tous, ils ne formeront plus deux nations et ne seront plus divisés en deux royaumes. Ils ne se rendront plus impurs par le culte rendu à leurs idoles et à leurs divinités abominables, et par toutes leurs transgressions. Je les sauverai de tous les péchés qu’ils ont commis (ancienne version grecque) et je les purifierai ; ils seront mon peuple et je serai leur Dieu. Mon serviteur David sera leur roi, il sera l’unique berger pour eux tous, ils vivront selon mes commandements, et obéiront à mes lois pour les appliquer (Ézéchiel 37.22 b-24).

Ici encore, il est question du règne du Messie, le Christ Roi et le nouveau David. Un jour Jésus a dit :

J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos. Celles-là aussi, il faut que je les amène ; elles écouteront ma voix, ainsi il n’y aura plus qu’un seul troupeau avec un seul berger (Jean 10.16).

Par ces paroles, Jésus a repris le thème du berger unique où le troupeau unifié regroupe les brebis juives et païennes. Le Messie réalisera une œuvre d’unification du peuple de Dieu semblable à l’oeuvre accomplie par le premier David, qui, au début de son règne, avait dû surmonter la division entre la tribu de Juda et les X tribus israélites du Nord (2Samuel 2–5).

Verset 25

Je continue.

Ils habiteront dans le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob et dans lequel ont vécu leurs ancêtres ; ils y demeureront, eux, leurs enfants et leurs petits-enfants à perpétuité, et mon serviteur David sera pour toujours prince sur eux (Ézéchiel 37.25).

Les mots « prince » et « roi » sont utilisés comme synonymes pour désigner le Messie, le nouveau David. Cela dit, il est aussi possible que le premier roi David, celui qui a déjà régné sur Israël et qui est mort, sera ressuscité et jouera un rôle pendant le millénium. Cependant, dans les Écritures le nom « David » est aussi un titre dynastique qui est souvent utilisé pour Jésus-Christ le Messie. Le mystère demeure donc entier. Comme a dit Moïse au peuple d’Israël :

Ce qui est caché est réservé à l’Éternel notre Dieu. Par contre, nous sommes concernés pour toujours par ce qui a été révélé (Deutéronome 29.28).

Verset 26

Je continue le texte.

Je conclurai avec eux une alliance garantissant la paix ; ce sera une alliance éternelle avec eux ; je les établirai et je les rendrai nombreux, je fixerai pour toujours mon sanctuaire au milieu d’eux (Ézéchiel 37.26).

La gloire divine qu’Ézéchiel a vue quitter le Temple de Jérusalem reviendra (comparez Ézéchiel 1.28). Plus loin dans le livre (Ézéchiel 40–48), le prophète donne de très nombreux détails sur le nouveau sanctuaire et la façon dont il fonctionnera pendant le règne de Jésus-Christ sur terre.

Verset 27

Je continue.

Ma demeure sera près d’eux, je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple (Ézéchiel 37.27).

Ce langage est celui de l’alliance. L’expression « je serai leur Dieu » apparaît une première fois quand l’Éternel a fait une promesse à Abraham concernant sa descendance (Genèse 17.8). Puis Dieu la répète aux Hébreux par la bouche de Moïse (Exode 29.45 ; comparez Lévitique 26.9, 11, 12).

Plus tard, les prophètes Jérémie, Ézéchiel et Zacharie reprennent aussi cette expression. Enfin, on la retrouve deux fois dans le Nouveau Testament (2Corinthiens 6.16 ; Hébreux 8.10), mais comme reprise de la promesse divine faite sous l’Ancien Testament. Il est évident que si l’Éternel a créé l’homme c’est pour être son Dieu.

Verset 28

Je finis de lire le chapitre 37.

Et les autres nations reconnaîtront que je suis l’Éternel qui fait d’Israël un peuple saint en plaçant mon sanctuaire pour toujours au milieu d’eux (Ézéchiel 37.28).

En plaçant le Temple au milieu d’Israël spirituellement renouvelé, l’Éternel le rend saint. Cette nouvelle caractéristique du peuple élu sera évidente, ce qui fait que toutes les nations reconnaîtront en l’Éternel le seul vrai Dieu. Il va sans dire que le monde d’aujourd’hui est bien loin de cette situation idyllique.

À l’origine, selon le plan de Dieu et sous le régime de l’Ancienne Alliance, Israël aurait dû être un peuple saint et par son exemple induire la conversion des nations païennes. Mais comme tout au long de leur histoire les Juifs ont rejeté l’Éternel, l’ordre a été inversé. Les premiers, c’est-à-dire les Juifs, sont devenus les derniers, car ce sont les païens qui de loin sont majoritaires dans l’Église.

Cependant, un jour, après la Grande Tribulation, les rescapés juifs se convertiront aussi, alors ceux qui sont actuellement les derniers, c’est-à-dire les Juifs, redeviendront les premiers et l’ordre initial sera rétabli. Lorsque cela aura lieu, quand tout Israël se convertira à Jésus-Christ, les répercussions sur le reste du monde seront tellement phénoménales que dans son épître aux Romains (11.12,15) l’apôtre Paul les compare à une résurrection d’entre les morts. En attendant ce jour, le monde dans lequel vous et moi vivons est une vallée de larmes, et un immense cimetière rempli d’ossements desséchés. Ce n’est évidemment pas ce que pensent les gens qui croient profiter de la vie, mais selon Dieu, ce sont des morts-vivants, des zombis spirituels. Dans sa première épître, l’apôtre Jean écrit :

Celui qui a le Fils a la vie. Celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie (1Jean 5.12).

Il existe deux sortes de personne sur terre : les morts-vivants et les biens-vivants. Jean écrit encore :

Qui place sa confiance dans le Fils possède la vie éternelle. Qui ne met pas sa confiance dans le Fils ne connaît pas la vie ; il reste sous le coup de la colère de Dieu (Jean 3.36).

Ceux qui n’ont pas personnellement accepté Jésus comme leur Sauveur sont spirituellement morts. Nous avons besoin d’un Ézéchiel qui dise :

Os desséchés, entendez la Parole de Dieu afin que vous viviez.

Commentaire biblique radiophonique écrit par le pasteur et docteur en théologie : Vernon McGee (1904-1988) et traduit par le pasteur Jacques Iosti.

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires