Chapitre 22

Introduction

Les passassions de pouvoir entre les grands de ce monde sont souvent extrêmement solennelles parce que, d’une part, les cérémonies en grande pompe flattent l’orgueil de l’homme, et d’autre part, un changement de régime a souvent une répercussion d’une manière ou d’une autre sur le petit peuple. Plusieurs cas de figure sont alors possibles. Le bâton peut passer du vaincu au vainqueur au soir d’une élection, d’un chef à son second, d’un père à son fils, etc. Les Écritures aussi nous font part d’un certain nombre de passassions de pouvoir. Certaines se ressemblent comme celles de Moïse et de David, qui tous deux ont dû laisser à leur successeur le soin de réaliser le grand rêve de leur vie. En effet, l’Éternel n’a pas permis à Moïse d’entrer en Terre Promise et c’est Josué, son aide de camp, qui a conduit le peuple et fait la conquête du pays promis. Quant à David, il n’a pas été autorisé à bâtir le Temple parce que pendant la quasi totalité de sa vie, il a dû mener des conflits sanglants. C’est donc à l’un de ses descendants qu’incombe la tâche de construire le Temple de l’Éternel.

Verset 9

Je continue à lire dans le chapitre 22 du premier livre des Chroniques.

L’Eternel m’a parlé en ces termes : « Tu as fait couler beaucoup de sang, et tu as fait de grandes guerres. A cause de tout le sang que tu as répandu devant moi sur la terre, ce n’est pas toi qui bâtiras un Temple en mon honneur. Mais il te naîtra un fils qui sera un homme de paix : je lui assurerai la paix avec tous ses ennemis d’alentour ; il s’appellera Salomon (le Pacifique) et, durant toute sa vie, j’accorderai la paix et la tranquillité à Israël (1Chroniques 22.9).

L’auteur introduit ici le successeur de David. Sa mère est Bath-Shéba, la femme de Urie le Hittite et la voisine de David. En hébreu, Salomon et paix ont les mêmes trois consonnes mais les deux mots se prononcent différemment. Ce futur roi préfigure Jésus-Christ, le Prince de la Paix. Salomon ne sera donc pas du tout un homme de guerre comme son père. En fait, dès son plus jeune âge, il est habitué à la vie facile, étant élevé dans les appartements réservés aux femmes. Il ignore donc tout de la vie d’un fugitif comme celle qu’a menée David dans les régions isolées ou désertiques du pays. Dans le texte parallèle du second livre de Samuel (12.24), il est dit que « l’Éternel l’aima », ce qui veut dire qu’il l’a comblé de dons et de richesses afin d’élever son statut royal. Sous son règne, Israël connaîtra effectivement une période de paix mais aussi de très grande prospérité économique même si les impôts sont particulièrement élevés. Cependant, Salomon sera pris de la folie des grandeurs ce qui entraînera après lui une révolte de ses sujets et finalement la scission du royaume. Bien que préfigurant le Messie, Salomon est très éloigné du Christ qui seul peut donner à son peuple la sérénité et la paix du cœur. D’ailleurs, quand il était sur terre, il a invité tous ceux qui le désiraient à venir auprès de lui pour trouver la paix. Il a dit : Venez à moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et je vous donnerai du repos (Matthieu 11.28).

Verset 10

Je continue le texte.

Ce sera lui, Salomon, qui bâtira un Temple en mon honneur. Il sera pour moi un fils et je serai pour lui un père ; je maintiendrai pour toujours le trône de sa royauté sur Israël (1Chroniques 22.10).

Ces paroles sont prophétiques et se réfèrent, d’une part, à Salomon et ses successeurs temporels, et d’autre part, à Jésus-Christ. En effet, vers la fin du 6e siècle avant notre ère, Zacharie, l’un des derniers prophètes de l’Ancien Testament, parle lui aussi de la construction d’un temple mais l’attribue au Messie. Je lis le passage :

Écoute ce que déclare le Seigneur des armées célestes : Voici un homme dont le nom est Germe, et sous ses pas, tout germera. Il bâtira le Temple de l’Éternel. C’est lui qui bâtira le Temple de l’Éternel. Il sera revêtu de majesté royale, et il siégera sur son trône pour gouverner. Il sera aussi prêtre sur son trône. Il y aura une pleine harmonie entre les deux fonctions (Zacharie 6.12-13).

Ce texte fait référence à un temple spirituel. Il n’est pas construit de pierres physiques, mais il est constitué de l’ensemble des chrétiens, de tous ceux qui ont placé leur foi en Jésus-Christ. L’apôtre Pierre y fait lui aussi allusion dans l’une de ses épîtres. Je lis le passage :

Puisque vous êtes vous aussi des pierres vivantes, édifiez-vous pour former un temple spirituel et pour constituer un groupe de prêtres consacrés à Dieu, chargés de lui offrir des sacrifices spirituels qu’il pourra accepter favorablement par Jésus-Christ (1Pierre 2.5).

Ce temple spirituel est l’Église; elle débuta à la Pentecôte et qui sera présente auprès du Christ pendant le millénium, son règne de 1 000 ans sur terre. Le Messie exercera alors la double fonction de roi et de grand-prêtre. Aujourd’hui, Jésus n’a pas encore été officiellement sacré roi sur la terre, mais cela fait maintenant presque 2 000 ans que dans le royaume des cieux, il est le grand-prêtre des croyants. D’après l’auteur de l’épître aux Hébreux (9.11-24), à sa mort, Jésus est monté au ciel et est entré dans un sanctuaire céleste pour se présenter à l’Éternel Dieu son Père comme l’Agneau de Dieu, le sacrifice parfait et pour offrir son propre sang pour le bénéfice de tous ceux qui croiraient en lui.

Versets 11-13

Je continue le texte.

Maintenant, mon fils, que l’Éternel soit avec toi, afin que tu réussisses à bâtir le Temple de l’Éternel, ton Dieu, comme il l’a dit à ton sujet. Oh ! que l’Éternel t’accorde de la sagesse et de l’intelligence pour obéir à la Loi de l’Éternel ton Dieu lorsqu’il t’établira sur Israël ! Oui, tu réussiras, si tu veilles à obéir aux ordonnances et aux lois que l’Éternel a prescrites à Moïse pour Israël. Prends courage et tiens bon, ne crains rien et ne te laisse pas effrayer ! (1Chroniques 22.11-13).

Ces encouragements adressés par David à Salomon sont parallèles et très similaires à ceux que Moïse avait adressés à son dauphin Josué. Je les cite :

Prends courage, tiens bon, car c’est toi qui feras entrer ce peuple dans le pays que l’Éternel a promis par serment à leurs ancêtres de leur donner. L’Éternel lui-même marchera devant toi, il sera avec toi, il ne te délaissera pas et ne t’abandonnera pas. Ne crains rien et ne te laisse pas effrayer ! Simplement, prends courage et tiens bon pour veiller à obéir à toute la Loi sans t’en écarter ni d’un côté ni de l’autre. Alors tu réussiras dans tout ce que tu entreprendras (Deutéronome 31.7-8 ; Josué 1.7).

D’une façon similaire à Moïse, David décrit à Salomon ce qu’il devra accomplir tout en lui recommandant d’obéir à l’Éternel. S’il lui demeure fidèle, il jouira de son soutien et de sa bénédiction. Mais alors que Josué a dû conquérir la Terre promise à la pointe de son épée, c’est un royaume tout bon tout cuit qui tombe dans la bouche de Salomon qui va pouvoir profiter pleinement de tout ce que son père a gagné par des guerres et à la sueur de son front, pourrait-on dire. Jésus a d’ailleurs reconnu qu’ainsi va la vie quand il a dit à ses disciples :

Ici se vérifie le proverbe : “ Autre est celui qui sème, autre celui qui moissonne. ” Je vous ai envoyés récolter une moisson qui ne vous a coûté aucune peine. D’autres ont travaillé, et vous avez recueilli le fruit de leur labeur (Jean 4.37-38).

Versets 14-16

Je continue le texte.

Vois, à force de peine, j’ai préparé pour le Temple de l’Éternel des tonnes d’or et d’argent, ainsi qu’une quantité incalculable de bronze et de fer. J’ai aussi préparé du bois et des pierres, et tu en ajouteras encore. Tu as auprès de toi suffisamment d’ouvriers, des tailleurs de pierres, des sculpteurs sur bois et sur pierre et des artisans experts pour tous les travaux. Tu disposes d’une quantité incalculable d’or, d’argent, de bronze et de fer. Mets-toi donc à l’ouvrage et que l’Éternel soit avec toi ! (1Chroniques 22.14-16).

Salomon ne va manquer de rien. Il pourra construire un temple splendide à l’Éternel grâce à toutes les matières premières que lui a préparées son père. Ces richesses proviennent de deux sources principales, d’une part le butin des victoires militaires d’Israël, et d’autre part des Phéniciens, surtout du roi de Tyr.

David aimait vraiment l’Éternel et avait fortement désiré bâtir un Temple en son honneur. Malgré ses travers et ses terribles fautes, les valeurs les plus importantes de la vie de David étaient d’ordre spirituel. Pour cette raison, dans les Écritures, il est appelé une homme selon le coeur de Dieu (1 Samuel 13.14 LSG; comparez Actes 13.22).

Aujourd’hui, la plupart des gens et surtout des jeunes n’ont pas de but dans la vie ; ils sont laissés à eux-mêmes, éduqués sans direction autre que bosser et s’amuser jusqu’à ce que la corde casse; après c’est le néant. Il n’est donc pas étonnant qu’après les accidents de la route, ce soient les suicides qui remportent la palme comme deuxième cause de mortalité des jeunes. Tels des zombies, ils errent dans la vie, ne sachant pas très bien pourquoi ils sont là ni où ils vont. Salomon a eu la chance d’avoir un père qui lui a donné un but qui valait vraiment la peine de s’y donner à fond : construire le Temple ; et ce père lui a également indiqué le bon chemin à suivre : obéir à la loi de l’Éternel. L’apôtre Paul aussi avait un objectif noble et élevé dans sa vie : servir le Christ. Je le cite :

Je tends toute mon énergie vers ce qui est devant moi, je poursuis ma course vers le but pour remporter le prix de la vocation céleste que Dieu nous a adressée en Jésus-Christ (Philippiens 3.14).

Travailler et s’amuser, métro, boulot, dodo sont des occupations qui font partie de notre existence. Mais la véritable raison pour laquelle nous sommes sur terre est pour être au service de Dieu et de le glorifier. Cela peut revêtir bien des formes différentes, mais c’est ma motivation qui est importante et elle doit être similaire à celle de Paul, ou du roi David quand il désirait de tout son cœur construire un Temple en l’honneur de l’Éternel.

Versets 17-19

Je finis le chapitre 22.

Puis David ordonna à tous les chefs d’Israël de prêter leur concours à son fils Salomon. — L’Éternel, votre Dieu, leur dit-il, est manifestement avec vous : il vous assure la paix sur toutes vos frontières. En effet, il a mis sous ma coupe les anciens habitants du pays, et maintenant le pays est soumis devant l’Éternel et devant son peuple. À présent, appliquez-vous donc de tout votre cœur et de tout votre être à vous attacher à l’Éternel votre Dieu ! Mettez-vous au travail et bâtissez le sanctuaire de l’Éternel Dieu, afin d’installer le coffre de l’alliance de l’Éternel et les objets du sanctuaire de Dieu dans le Temple qui doit être construit en l’honneur de l’Éternel ! (1Chroniques 22.17-19).

Le grand chantier du Temple va débuter. Salomon commence donc son règne en construisant l’habitation de Dieu. C’est parfait car à tout Seigneur tout honneur. Cependant, si le Temple est relativement petit, il n’en sera pas de même de son palais. Son altesse va ériger un complexe luxueux de plusieurs bâtiments interconnectés dont la superficie est plus de 4 fois supérieure à celle du Temple de l’Éternel. On sent déjà que son goût du luxe et sa folie des grandeurs sont de mauvaises augures.

Chapitre 23

Versets 1-2

Nous voici au chapitre 23, où il est toujours question du Temple ainsi que du fonctionnement du culte. Je commence à lire en compressant tout au long.

Lorsque David fut âgé et rassasié de jours, il désigna son fils Salomon pour régner sur Israël. Il réunit tous les chefs d’Israël, ainsi que les prêtres et les lévites (1Chroniques 23.1-2).

David ne s’est pas contenté d’amasser des matériaux pour la construction du Temple, il a aussi pris des dispositions relatives à l’administration du royaume ainsi qu’à l’organisation du culte. Il désigne son successeur au cours d’une manifestation publique, mais le chroniqueur passe sous silence les péripéties peu glorieuses qui précédèrent cette proclamation publique comme la royauté très momentanée d’Adonija, un autre fils de David.  Le chroniqueur ne mentionne pas non plus les exécutions des ennemis du roi parce que tout ça fait désordre, or, il s’attache encore et toujours à donner la meilleure image des règnes de David et de Salomon. Plus loin, l’auteur racontera l’avènement effectif et proprement dit de Salomon au trône avec l’onction et tout le cérémonial (29.22; comparer 1 Rois 1).

Versets 3-6

Je continue le texte.

À cette occasion, on dénombra les lévites âgés d’au moins trente ans : il y avait 38 000 hommes. — 24 000 d’entre eux auront la responsabilité des travaux du Temple de l’Éternel, dit le roi, 6 000 seront administrateurs et juges, 4 000 seront portiers et 4 000 auront pour tâche de louer l’Éternel avec les instruments de musique que j’ai fait faire pour cet usage. David les répartit en trois classes selon les trois fils de Lévi : Guerchôn, Qehath et Merari (1Chroniques 23.3-6).

Lorsque les Lévites furent dénombrés à leur sortie d’Égypte, il y en avait 23 000 âgés d’un mois ou plus. Plus tard, lors du dénombrement d’Israël dans le désert, on a compté 8580 Lévites âgés de 30 à 50 ans. Maintenant, ils sont 38 000 de plus de 30 ans. Ils ont donc augmenté d’une façon exponentielle. Cet accroissement demande une organisation bien huilée qui sera mise en place après la construction du Temple. La majorité des Lévites seront affectés à Jérusalem au service du Temple proprement dit, tandis que les 6 000 Lévites, juges et administrateurs, seront répartis à travers tout le pays.

Lorsque les Hébreux traversaient le désert, les Lévites avaient la responsabilité de démonter le Tabernacle, de le transporter et de le remonter, ce qui représentait un travail considérable. Ils formaient trois grandes familles, chacune étant chargée de tâches précises. Les descendants de Guerchôn portaient les rideaux et les couvertures de peaux constituant la toiture. Les Qehathites transportaient tout le mobilier intérieur, chaque chose faisant l’objet d’une attention particulière. Ainsi, on jetait une bâche sur ceux qui étaient dans le lieu très saint car ils devaient être enveloppés sans être regardés sous peine de mort. Les descendants de Merari portaient la structure du Tabernacle, c’est à dire les planches qui forment l’enceinte, et les barres et les piliers qui soutiennent tout l’ensemble. La suite du texte est une généalogie des Lévites dont je vous fais grâce.

Versets 13-14

Je continue donc plus loin.

Fils d’Amram : Aaron et Moïse. Aaron fut mis à part, avec ses descendants à perpétuité, pour toujours se consacrer au service du lieu très-saint, pour brûler les parfums devant l’Éternel, pour le servir et pour prononcer à perpétuité les bénédictions en son nom. Les descendants de Moïse, l’homme de Dieu, furent comptés, dans la tribu de Lévi (1Chroniques 23.13-14).

En vertu d’avoir été choisi par l’Éternel et reçu l’onction, Aaron est mis à part comme premier grand-prêtre pour officier dans le sanctuaire et seuls ses descendants peuvent être prêtres. Bien que frère d’Aaron, Moïse et sa lignée sont des Lévites ordinaires qui n’ont pas droit au sacerdoce.

Versets 24-32

Je continue plus loin et finis le chapitre 23.

Les descendants de Lévi, étaient affectés au service du Temple de l’Éternel depuis l’âge de vingt ans. David dit en effet : — L’Éternel, le Dieu d’Israël, a assuré une existence paisible à son peuple et il a établi pour toujours sa demeure à Jérusalem. Aussi, les lévites n’auront plus à transporter le tabernacle et tous les ustensiles destinés à son service. Ce fut d’après les dernières instructions de David qu’eut lieu le dénombrement des descendants de Lévi âgés d’au moins vingt ans. Leurs fonctions consistaient à assister les descendants d’Aaron dans le service du Temple de l’Éternel. Ils avaient à surveiller l’entretien des parvis et des salles annexes, la purification de toutes les choses saintes et tout travail relatif au service du Temple. Ils devaient s’occuper des pains exposés devant l’Éternel, de la farine destinée aux offrandes végétales, des galettes sans levain et des gâteaux frits à la poêle ou bouillis. D’autre part, ils étaient chargés de se présenter chaque matin et chaque soir pour célébrer et louer l’Éternel et pour offrir à l’Éternel tous les holocaustes les jours de repos, aux nouvelles lunes et aux fêtes cultuelles, devant l’Éternel, selon le nombre qui leur a été prescrit. Ils devaient assurer la garde de la tente de la Rencontre et celle du sanctuaire (1Chroniques 23.24-32).

Le chroniqueur brosse un tableau rapide du fonctionnement du Temple pour montrer que ce n’est pas le travail qui manque et qu’il faut beaucoup de monde pour assurer toutes les tâches relatives au service du culte de l’Éternel. Quand David s’est rendu compte du grand nombre de Lévites nécessaire pour assurer le service du culte dans le temple qu’il projetait, il décida d’abaisser l’âge d’entrée en fonction des Lévites de 30 ans à 20 ans. Cela ne présentait aucun inconvénient parce que le service était moins pénible que lorsqu’il s’agissait de transporter les meubles du culte ainsi que le Tabernacle d’étape en étape dans le désert.

David organisa donc les Lévites en équipes tournantes, et une fois leur rotation terminée, ils étaient en congé et pouvaient rentrer chez eux. Après le retour d’exil et la reconstruction du Temple, les Lévites fonctionneront selon l’organisation mise en place par David et assureront leur service dès l’âge de 20 ans. Au 1er siècle de notre ère, juste avant que Jean-Baptiste et le Christ ne naissent, les Juifs étaient sous le régime de la Loi de Moïse et le service du Temple fonctionnait toujours comme David l’avait organisé. Je lis le passage :

Il y avait, à l’époque où Hérode était roi de Judée, un prêtre nommé Zacharie, qui appartenait à la classe sacerdotale d’Abia. Sa femme s’appelait Élisabeth. Un jour, Zacharie assurait son service devant Dieu : c’était le tour de sa classe sacerdotale. Suivant la coutume des prêtres, il avait été désigné par le sort pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y offrir l’encens (Luc 1.5, 8-9).

En ce temps-là, les prêtres étaient répartis en 24 classes. Chacune à son tour était chargée d’accomplir toutes les tâches relatives au culte de l’Éternel. Matin et soir, un prêtre était tiré au sort pour aller entretenir le feu sacré sur l’autel des parfums. C’est de cette manière que fut choisi Zacharie, le futur père de Jean-Baptiste; il faisait partie de la 8e classe sacerdotale. C’est la seule fois de sa vie où il a eu l’occasion d’accomplir cet acte cultuel très solennel. En raison de leur grand nombre, tous les prêtres n’avaient pas cet honneur. Zacharie est donc entré dans le sanctuaire et pendant qu’il faisait brûler l’encens devant le Seigneur, un ange lui est apparu pour lui annoncer que sa femme Élizabeth qui était stérile donnerait naissance à un fils qui s’appellerait Jean.

Le fonctionnement du Temple et du culte à l’Éternel était fort complexe car il devait être fait selon des règles strictes et pointilleuses. Cela incluait des sacrifices quasi perpétuels d’animaux sur l’autel des holocaustes avec au minimum un le matin et un le soir. Les Lévites avaient pour tâche de préparer les sacrifices, c’est à dire de choisir les animaux et de les immoler. Mais seuls les prêtres avaient le droit de faire l’aspersion du sang.

Les habits sacerdotaux, les célébrations obligatoires, et tous les rites interminables du système lévitique sur une année cultuelle sont décrits en long en large et en travers dans le Lévitique, le troisième livre de Moïse. Toutes ces exigences contraignantes avaient pour but d’enseigner aux Juifs et au monde que l’homme pécheur ne peut avoir accès au Dieu trois fois saint qu’en se soumettant à des règles très strictes. En second lieu, ce cérémonial était symbolique car il préfigurait la venue du Christ qui en serait l’accomplissement. En effet, Jésus devint l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde et c’est lui qui a ouvert la voie au trône de l’Éternel. Je lis un passage du livre des Hébreux :

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins (Hébreux 4.16).

Mais encore faut-il désirer s’approcher de Dieu ?