Chapitre 24

Introduction

Si la plupart des êtres humains naissent et meurent en ne laissant que peu de traces de leur passage sur terre, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Certains quittent cette vie après avoir fortement marqué leur temps ou même fait l’histoire. En fait, leurs accomplissements ont des répercussions qui comme une onde de choc se propagent longtemps après leur départ. Ce fut le cas du roi David qui a laissé une très forte impression sur la nation d’Israël et l’inconscient collectif juif même encore de nos jours.

Versets 1-3

Je commence à lire le chapitre 24 du premier livre des Chroniques en compressant.

Éléazar et Itamar descendants d’Aaron avaient exercé les fonctions sacerdotales. David les répartit en diverses classes suivant les services dont ils étaient chargés (1Chroniques 24.1-3).

Avant que Jérusalem ne devienne le sanctuaire central pour tous les Israélites, les prêtres descendants d’Aaron avaient énormément de travail dans les nombreux sanctuaires locaux. Mais maintenant ils sont trop nombreux, une situation qui se serait de toute façon produite du fait de l’accroissement normal de la population. Alors, et tout comme il l’a fait avec les Lévites, David divise les prêtres en 24 classes, chacune officiant tous les ans pendant deux semaines séparées ainsi que pendant les trois grandes fêtes qui rassemblaient tous les prêtres à Jérusalem. Les noms des classes 1, 2, 4, 9 et 24 ont été retrouvés dans une grotte de Qumrân, là où furent découverts les fameux manuscrits de la Mer morte.

Versets 4-5

Je continue et finis le chapitre 24.

Les descendants d’Éléazar furent répartis en seize chefs de groupe familial et ceux d’Itamar en huit chefs de groupe familial. La répartition des uns et des autres se fit par tirage au sort. Eux aussi (les descendants des Lévites), comme leurs frères, les descendants d’Aaron, recoururent au tirage au sort en présence du roi David, des grands-prêtres Tsadoq, Ahimélek et des chefs des groupes familiaux des prêtres et des lévites. Ainsi les groupes familiaux étaient tous sur le même plan (1Chroniques 24.31).(1Chroniques 24.4-5, 31).

Le tirage au sort a pour but d’éviter rivalité et contestation concernant l’ordre de succession des classes dans le sanctuaire. La jalousie est un sentiment très humain qui peut surgir aussi vite qu’un feu de forêt. Avant de quitter cette terre, David a tout préparé pour la construction du Temple et il a organisé le culte de l’Éternel parce que l’un et l’autre sont à la gloire de Dieu et David est un homme réellement pieux. Même s’il n’a pas lui-même dirigé la construction du Temple, ce projet est celui de David alors que Salomon ne fut que l’exécutant. La plus grande partie de ce chapitre est réservée à la généalogie des Lévites mais je vous en fait grâce.

Chapitre 25

Verset 1

Le chapitre 25 donne l’organisation des chanteurs, qui fut mise en place avant même la construction du Temple. Je commence à lire en compressant.

David, assisté des chefs du corps des fonctionnaires du culte, détacha certains descendants d’Asaph, d’Hémân et de Yedoutoun qui chantaient des cantiques inspirés en s’accompagnant de lyres, de luths et de cymbales (1Chroniques 25.1).

Dans plusieurs passages du livre des Chroniques, on constate que les officiants du culte sont des hommes pieux qui chantent sous l’inspiration de Dieu qui leur a donné leur talent musical. David lui-même était poète et musicien, et il aimait chanter des cantiques de louanges à l’Éternel. Pour ces raisons on l’a nommé « le doux chantre d’Israël ».

Versets 2-5

La suite du texte donne une liste de chanteurs. Les noms de la plupart d’entre eux ont une signification. C’est ainsi qu’il y a une succession de 9 noms (de Hanania à Mahazioth) qui forment ensemble une phrase faite d’expressions de louanges qui pourrait être traduite par :

Fais-moi grâce, Seigneur ! Fais-moi grâce ! Tu es mon Dieu ! J’ai élevé et j’ai magnifié ton aide ! Assis dans la détresse j’ai parlé ! Donne abondamment des révélations.

Versets 6-8

Je continue le texte plus loin et finis le chapitre 25.

Tous ceux-là étaient les fils d’Hémân, le prophète du roi, qui recevait des paroles de Dieu pour exalter sa puissance. Outre ses quatorze fils, Dieu avait donné trois filles à Hémân. Ils chantaient tous sous la direction de leur père dans le Temple de l’Éternel en s’accompagnant des cymbales, des luths et des lyres, et accomplissaient ainsi leur service pour le Temple. [..]. Le nombre des lévites formés et passés maîtres dans l’art de louer l’Éternel par le chant était de deux cent quatre-vingt-huit. Leur ordre de service fut déterminé par tirage au sort [..] (1Chroniques 25.6-8).

Les chanteurs étaient eux aussi divisés en 24 groupes. Chaque groupe avec 12 maîtres qui dirigeaient un peu plus de 150 disciples.

Chapitre 26

Versets 1-8

Nous arrivons au chapitre 26 qui donne l’organisation des portiers, ceux qui sont chargés de l’entretien et de la garde des locaux du Temple ; cette liste est particulièrement imposante. Eux aussi sont divisés à peu près de la même manière que les autres Lévites. Je commence à lire en compressant.

Voici quelle était la répartition des portiers en classes : Obed-Édom eut 8 fils car Dieu l’avait béni. Chemaeya, l’aîné eut des fils qui jouissaient d’une grande autorité dans leur groupe familial, des hommes de valeur qui furent particulièrement capables. Tels étaient les descendants d’Obed-Édom. Eux, leurs fils et les hommes de leur parenté, au nombre de soixante-deux, étaient des personnes de valeur, accomplissant leur travail avec énergie (1Chroniques 26.1-8).

Les premiers 8 versets parlent de la descendance d’Obed-Édom. Tous les commentateurs ne sont pas d’accord, mais moi je pense qu’il s’agit de celui, qui pendant trois mois avait pris grand soin du Coffre de l’alliance déposé chez lui par David après sa première tentative ratée de l’amener à Jérusalem (1Chroniques 13.13-14). Pour le récompenser, la famille et les biens d’Obed-Édom ont été bénis par l’Éternel; tous ses nombreux enfants ont bien tourné ce qui est remarquable surtout à l’image de ce qui se passe de nos jours où bien des familles partent en déconfiture et les voyous se multiplient. Comme ce brave homme, moi aussi, je désire recevoir la bénédiction de Dieu parce que dans le livre des Proverbes, il est dit :

C’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit, et toute la peine qu’on se donne n’y ajoute rien (Proverbes 10.22).

Ça laisse songeur et ça veut dire que si la chance, ou plutôt, si Dieu me sourit, je n’aurai pas besoin de me lever tôt matin et me coucher tard le soir pour m’en sortir et les circonstances s’arrangeront à mon avantage.

Versets 12-15

Je continue le texte plus loin

Toutes ces classes de portiers, les chefs comme les autres, accomplissaient leur service dans le Temple de l’Éternel. Ils tirèrent au sort, pour la responsabilité de chaque porte, entre les différents groupes familiaux. La porte sud échut à Obed-Édom, et la responsabilité des entrepôts revint à ses fils (1Chroniques 26.12-15).

Tout comme les prêtres, les Lévites et les chanteurs, les portiers sont eux aussi répartis en 24 classes et leur tâche spécifique tirée au sort. Il y a 24 chefs et 4000 portiers (Lévitique 23.5). Comme le palais royal est situé au sud du Temple, le roi entre dans le sanctuaire par la porte sud et sa garde est donc particulièrement honorifique. Et bien sûr, c’est encore Obed-Édom qui a tiré le gros lot ; la bénédiction de l’Éternel sur lui n’en finit décidément plus.

Versets 20-26

Je continue plus loin.

D’autres lévites étaient préposés aux trésors du Temple et aux trésors des objets sacrés. Ils avaient la responsabilité des trésors du Temple de l’Éternel, tout ce qu’avaient consacré le roi David, les chefs de groupe familial, les chefs des “ milliers ” et des “ centaines ” et les chefs de l’armée (1Chroniques 26.20-26).

Il y avait deux catégories de trésors, d’une part, les richesses provenant des redevances et des dons volontaires, et d’autre part, les ex-voto et les butins de guerre.

Versets 27-32

Je finis le chapitre 26 en compressant le texte.

Kenaniahou et ses fils étaient chargés des affaires publiques en Israël, à titre d’administrateurs et de juges. Hachabiahou et les membres de sa parenté, c’est-à-dire mille sept cents hommes de valeur, supervisaient l’administration d’Israël à l’ouest du Jourdain, pour toutes les affaires religieuses et civiles. Il y avait dans la parenté de Yeriya, deux mille sept cents chefs de famille, des hommes vaillants. Le roi David leur confia l’administration de toutes les affaires religieuses et civiles des tribus de Ruben et de Gad et de la demi-tribu de Manassé (1Chroniques 26.29-32).

Ces deux tribus et demie sont situées à l’est du Jourdain. David s’assure donc que tous les besoins de la population sont satisfaits des deux côtés du fleuve. Cependant, rien n’explique pourquoi les administrateurs et percepteurs, d’impôts royaux et des taxes du Temple, ne sont que 1700 à l’ouest de la Palestine où se trouvent 9 tribus et demie, alors qu’ils sont 2700 au-delà du Jourdain pour deux tribus et demie. En tout cas, cela prouve que même si les chiffres des Chroniques sont souvent difficiles à comprendre, ils ne sont pas inventés.

Les Lévites, chargés des affaires publiques, de l’administration et de la justice, ne sont pas les mêmes que ceux qui sont attachés au Temple. Cependant, autant les affaires civiles que religieuses sont confiées à des Lévites, la tribu expressément chargée de tout ce qui concerne le culte. L’Éternel étant le Seigneur de son peuple, il a autorité dans tous les domaines, que ce soit le religieux ou le civil.

A cette époque en Israël, il n’y a pas de séparation entre le culte et l’État. Sous l’autorité de David, la nation fonctionne effectivement comme une théocratie. Le Temple est au centre de toutes les activités du pays ; les prêtres sont au service de Dieu et le roi joue le rôle de régent de l’Éternel. Après la conquête du pays de Canaan, la jeune nation avait déjà été organisée un peu de la même manière, avec les Lévites répartis dans l’ensemble du territoire, assurant l’administration et la justice. Mais ce modèle décentralisé ayant échoué à cause de la rébellion des Israélites, l’Éternel leur suscita des Juges, mais ça n’a pas marché non plus pour la même raison. Ensuite, le peuple a demandé un roi et Dieu lui a donné Saül. Mais comme il s’est révélé être un souverain lamentable, l’Éternel l’a rejeté et remplacé par David, un homme selon son cœur. Preuve en est, ce roi désire vraiment que l’Éternel lui-même règne sur Israël.

Chapitre 27

Verset 1

Nous voici au chapitre 27 qui donne les noms des chefs d’armées et des haut-fonctionnaires qui avaient à charge l’intendance du roi David. Je commence à lire.

Voici la liste des Israélites, chefs de groupe familial qui furent les commandants des “ milliers ” ou des “ centaines ” et les administrateurs qui assistaient le roi pour tout ce qui concernait les divisions militaires appelées tour à tour à prendre mensuellement leur service. Chaque division comptait 24 000 hommes (1Chroniques 27.1).

L’armée d’Israël comprenait 12 divisions chacune dirigée par un officier qui figure dans la liste des vaillants guerriers de David. Chaque mois de l’année, une division armée différente est de service et constitue une force d’action rapide prête à partir au combat. Le commandant du premier corps de 24,000 hommes descend de Pérets, la même branche de la tribu de Juda que David. Après avoir énuméré les noms des 12 officiers supérieurs, l’auteur passe en revue les tribus une à une jusqu’à celle de Lévi; je lis le verset.

Verset 17

Pour Lévi, c’était Hachabia ; pour Aaron, Tsadoq (1Chroniques 27.17).

Les Lévites avaient leurs chefs à l’exemple de leurs frères des autres tribus. Cependant, parmi eux, les prêtres, descendants d’Aaron et de rang supérieur, sont soumis à l’autorité du grand-prêtre. Ici, c’est Tsadoq qui est également le chef spirituel de tout Israël. Le nombre de chefs est bien 12, mais le compte n’y est pas car la tribu de Manassé avait deux chefs, un de chaque côté du Jourdain, et les Lévites aussi, avaient deux chefs. Cette liste concerne seulement 11 tribus car elle omet celles d’Aser et de Gad sans qu’on sache pourquoi surtout que le chroniqueur prend grand soin de présenter l’ensemble de la nation unie en tant que « tout Israël ». Cependant, il est probable que la tribu d’Aser soit comptée avec Zabulon et Nephtali, et celle de Gad avec Ruben et Manassé.

Versets 23-24

Je continue plus loin.

David ne comptait pas dans le dénombrement les moins de vingt ans, car l’Éternel avait promis de rendre Israël aussi nombreux que les étoiles du ciel. Joab, avait commencé le recensement ; mais il ne l’acheva pas. D’ailleurs, à cause de ce recensement, l’Éternel se mit en colère contre Israël. C’est pourquoi les chiffres de ce recensement n’ont pas été reportés dans les Annales du roi David (1Chroniques 27.23-24).

En tout cas, les chiffres ont été consignés ailleurs puisque Samuel comme le chroniqueur les connaissent. David n’a fait recenser que les hommes âgés de plus de 20 ans, c’est-à-dire, ceux aptes à combattre, ce qui est conforme à ce qui s’était déjà fait dans le désert (Nombres 1.3).

Quand Joab, le chef des armées d’Israël a fait ce recensement, il n’a pas pris en compte la tribu guerrière de Benjamin tellement l’ordre du roi le répugnait.

Versets 25-34

Le chapitre continue avec une liste des officiels du roi ; d’abord, les responsables des trésors suivis des noms des intendants qui gèrent l’immense patrimoine de David, ceux qui ont la charge de ses ouvriers agricoles, des vignobles, des réserves de vin, des plantations d’oliviers et de sycomores, des réserves d’huile, des troupeaux de bétail, de chameaux, des ânesses, des moutons et des chèvres. Le chapitre se termine avec les noms des conseillers privés du roi. D’après un texte parallèle, on sait que l’un d’entre eux a trahi David, mais le chroniqueur passe cet incident sous silence, car il évite de rapporter les événements fâcheux de son règne.

Chapitre 28

Verset 1

Dans le chapitre 28, l’avant-dernier du premier livre des Chroniques, l’auteur relate les dernières recommandations de David aux chefs d’Israël et à son fils Salomon. Le vieux roi est maintenant au soir de sa vie. Je commence à lire.

David rassembla à Jérusalem tous les chefs d’Israël, les chefs des tribus, les chefs des divisions au service du roi, les commandants des “ milliers ” et des “ centaines ”, les administrateurs des biens et du cheptel du roi et de ses fils, les hauts fonctionnaires du palais royal, les guerriers et tous les hommes de valeur (1Chroniques 28.1).

Tous les personnages, qui dirigent le pays et dont il a été question précédemment, sont maintenant rassemblés devant David pour une cérémonie publique d’investiture durant laquelle le roi va désigner son successeur.

Verset 2

Je continue.

Le roi David se mit debout et leur fit ce discours : — Mes frères et mon peuple, écoutez-moi ! J’avais à cœur de bâtir un Temple pour y faire reposer le coffre de l’alliance de l’Éternel, et le marchepied de notre Dieu. J’ai fait des préparatifs en vue de la construction (1Chroniques 28.2).

Le marchepied est le couvercle du Coffre sacré mais son vrai nom est le propitiatoire, parce que c’est lui que le grand-prêtre enduit du sang d’un taureau égorgé lors de la fête solennelle du Yom Kippour, le Grand Jour des Expiations du calendrier religieux juif. Selon un texte parallèle, David n’est plus en bonne santé à la fin de sa vie. Néanmoins, il fait l’effort de se tenir debout pour délivrer ce dernier message de son règne qui joue un peu le rôle de testament. Il parle de ce qui lui tient le plus à cœur, c’est-à-dire la construction du Temple en vue de laquelle il a fait tous les préparatifs nécessaires relatés précédemment. En plus, David a parfaitement bien organisé son royaume, ce qui va grandement faciliter la tâche à son successeur.

Versets 3-6

Je continue.

Mais Dieu m’a dit : « Ce n’est pas toi qui bâtiras un Temple en mon honneur, car tu es un homme de guerre et tu as fait couler le sang. » L’Eternel, le Dieu d’Israël m’a choisi dans ma famille pour être roi d’Israël et pour inaugurer une dynastie éternelle. En effet, c’est la tribu de Juda qu’il a choisie pour conduire les autres. Dans cette tribu, il a choisi ma famille et, parmi tous mes frères, c’est moi qu’il a élu pour me faire régner sur tout Israël. L’Éternel m’a donné beaucoup de fils. Parmi eux tous, il a choisi Salomon pour le faire siéger sur le trône de la royauté de l’Éternel sur Israël. Puis il m’a déclaré : C’est ton fils Salomon qui bâtira mon Temple et mes parvis, car je l’ai choisi pour qu’il soit mon fils et je serai moi-même un père pour lui (1Chroniques 28.3-6).

Jusqu’à présent, David était le représentant de l’Éternel, mais à partir de maintenant ce sera Salomon. En Israël le roi est le régent de Dieu et il exerce la royauté à la place et pour le compte de l’Éternel. Il faut en effet savoir qu’Israël avait reçu la charge de représenter et de faire connaître le seul vrai Dieu aux autres nations, mais le peuple élu a failli à son devoir.

Verset 7

Je continue le texte.

Je maintiendrai pour toujours sa royauté, s’il met son énergie, comme il le fait aujourd’hui, à obéir à mes commandements et à mes lois (1Chroniques 28.7).

Salomon a été choisi comme roi et sa première tâche sera de construire le temple de l’Éternel. Quant à la dynastie de David, elle se maintiendra au pouvoir à condition que Salomon et ses descendants respectent la Loi de Moïse. Leur obéissance sera le garant de la promesse faite par l’Éternel à David quand il lui a dit qu’il aura toujours quelqu’un de sa lignée sur le trône. On connaît la suite. Les Israélites sont devenus de pires idolâtres que les Cananéens, leur pays a été conquis et ils ont pris le chemin de l’exil. Cependant, des siècles plus tard, à Bethléhem naissait le Messie, un descendant direct de la dynastie de David, et un jour, il reviendra pour établir le millénium, son royaume sur terre. Moi j’ai hâte que cette promesse se réalise.