Les études

21 juillet 2022

#08 Les raisons de la colère de Dieu Zacharie 6.15-7.10)

La couronne qu’a fabriqué Zacharie sera conservée pour rappeler le dévouement des délégués venus à Jérusalem, l’hospitalité de Josias, la contribution financière des Juifs de Babylonie et aussi comme gage de l’avenir fabuleux promis à Israël. Hen, qui veut dire gracieux, est le surnom affectueux que Dieu donne à Josias pour sa générosité.

Un jour, on viendra de loin pour travailler à la construction du Temple de l’Éternel, alors vous saurez que le Seigneur des armées célestes m’a envoyé vers vous. Cela s’accomplira si vous obéissez vraiment à l’Éternel votre Dieu (Zacharie 6.15 ; cp Zacharie 2.15 ; Esaïe 60.5, 6, 10 ; 61.6 ; Aggée 2.7-8).

Cette construction par les non-Juifs du monde entier s’accomplira quoiqu’il arrive, mais sa modalité d’application dépendra de la fidélité du peuple de Dieu.

La quatrième année du règne de Darius, le quatrième jour du neuvième mois, qui s’appelle Kislev, la parole de l’Éternel fut adressée à Zacharie (Zacharie 7.1).

Kislev est à cheval sur novembre-décembre. Nous sommes le 7 décembre de l’an 518, soit 22 mois après la nuit du 15 février 519 quand Zacharie a reçu les huit visions. Voilà plus de deux ans que la construction du temple a repris (21/9/520 ; Aggée 1.15). L’ouvrage avance et les colons sont prospères car bénis par Dieu.

Les habitants de Béthel envoyèrent Sarétser et Régem-Mélek pour implorer l’Éternel, et pour demander aux prêtres et aux prophètes : doit-on continuer à se lamenter et à jeûner au cinquième mois comme nous le faisons depuis tant d’années ? (Zacharie 7.2-3 ; cp Psaume 137).

Ces deux hommes sont des colons qui font partie des responsables de Béthel. Leurs noms sont assyriens parce qu’ils occupent une fonction officielle pour la Perse (cp Daniel 1.7). Ils viennent implorer la faveur de l’Éternel (litt : caresser sa face) sur leur ville et lui poser une question. Cette démarche montre que les habitants de Béthel, ville qui faisait partie du royaume du nord, reconnaissent la primauté de Jérusalem. La destruction des royaumes israélites a mis fin à leur scission. À quelque chose malheur est bon !

Les prêtres et les prophètes étaient les intermédiaires entre le peuple d’Israël et l’Éternel. Les premiers présentaient à Dieu les requêtes des fidèles, et les seconds faisaient connaître la volonté de Dieu au peuple. Les quatre jours de lamentations et de jeûne avaient été institués pour commémorer la fin de Juda détruite par les Chaldéens. 1. Le neuvième jour du quatrième mois rappelait le siège de dix-huit mois de Jérusalem, la brèche dans les murailles et la capture du roi Sédécias (Jérémie 39.2-5 ; 52.6-9). 2. Le dixième jour du cinquième mois (12 août 586 ?) rappelait la destruction de Jérusalem et du temple (Jérémie 52.12-13 ; 2Rois 25.8-10). 3. Le troisième jour du septième mois commémorait l’assassinat du gouverneur Guedalia (Jérémie 41.1-3) et la fuite des Juifs en Égypte. 4. Le dixième jour du dixième mois rappelait le début du siège de Jérusalem (Jérémie 39.1 ; avril 587 ?). Les délégués de Béthel ne mentionnent que le jeûne du cinquième mois, car il commémore la catastrophe la plus grave. Si ce jeûne est supprimé, les trois autres le sont aussi.

Le Seigneur des armées célestes me dit ; demande au peuple et aux prêtres : quand, pendant soixante-dix années, vous avez jeûné et pris le deuil au cinquième et au septième mois, était-ce vraiment pour moi, pour moi que vous jeûniez ? Et quand vous mangerez et boirez (à la place de jeûner), ce sera bien pour votre propre satisfaction, n’est-ce pas ? (Zacharie 7.4-6 ; cp Psaume 51.18-19 ; 1Corinthiens 8.8 ; 10.31 ; Colossiens 2.23).

L’Éternel voudrait que les colons soient francs avec eux-mêmes. Il ne faudrait surtout pas qu’ils croient que manger ou se priver est un acte méritoire. Qu’ils prennent le deuil ou fassent la fête, les colons le font pour eux-mêmes. La réponse de Dieu en quatre oracles (7.4-7 ; 7.8-14 ; 8.1-17 ; 8.18-23) est un reproche et une menace. Est-ce que les jours de deuil que les Juifs se sont eux-mêmes imposés, ont pour but de s’humilier à cause de leurs péchés et de ceux de leurs ancêtres, ou s’apitoient-ils sur leur sort ? Sont-ils repentants pour avoir offensé Dieu, ou regrettent-ils seulement le châtiment qu’ils ont subi ?

N’est-ce pas là ce que proclamaient déjà autrefois les prophètes de l’Éternel, au temps où Jérusalem entourée de ses villes, était habitée et tranquille, tout comme le Néguev et la plaine ? (Zacharie 7.7 ; cp Esaïe 1; 7.21; 8.3-5; 66.3 ; Jérémie 7.4).

Zacharie mentionne les trois subdivisions du royaume de Juda (Juges 1.9) afin d’établir un contraste entre le peu d’habitants de la situation présente et la prospérité du royaume avant son châtiment mérité.

L’Éternel dit à Zacharie : voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes : rendez des jugements selon la vérité, témoignez-vous mutuellement de l’amour et de la compassion. N’exploitez pas la veuve et l’orphelin, ni l’immigré et le pauvre, et ne tramez aucun mal les uns contre les autres (Zacharie 7.8-10 ; cp Exode 22.20-21 ; Deutéronome 10.18-19 ; 23.2-7 ; Proverbes 1.16-17 ; Jérémie 22.3 ; Ezéchiel 18.83 ; Osée 12.7 ; Michée 2.1 Jacques 2.1-9 ; Michée 6.8).

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires