Les études

30 mars 2022

#06 La colère de Dieu (Esaïe 5.13-6.3)

L’excès d’alcool est mentionné dans deux des six malédictions (5.22). Ces poivrots sont de riches fêtards qui ne pensent qu’à s’empiffrer et à boire et qui, bien sûr, n’ont aucun respect pour Dieu et la Loi.

Mon peuple ira en exil parce qu’il n’a rien voulu entendre. Ses notables mourront de faim et la population de soif. Le séjour des morts élargira démesurément le gouffre de sa gorge pour que les dignitaires de la ville et sa foule bruyante y descendent tous ensemble (Ésaïe 5.13-14 ; cp Proverbes 27.20 ; 30.15-16 ; Habacuc 2.5).

Ésaïe établit un contraste criant entre le joyeux tumulte de la foule et le silence absolu du séjour des morts. Les Israélites ont fait le mal et n’ont prêté aucune attention aux avertissements répétés des prophètes. Voilà pourquoi ils seront piétinés, à commencer par la classe dirigeante coupable de mener la grande vie tout en écrasant les démunis. Et tous seront fauchés par la dame à la faux et avalés par le Schéol.

Les hommes seront humiliés ; les orgueilleux seront abaissés. Le Seigneur Dieu saint montrera sa grandeur en instaurant le droit et la justice. Dans la ville en ruine, des agneaux brouteront l’herbe et des envahisseurs s’empareront des possessions abandonnées des riches (Ésaïe 5.15-17).

Les jugements de Dieu abaissent les hautains tout en manifestant sa sainteté et sa justice.

Malheur à vous qui traînez le péché avec les cordes du mensonge et qui dites : “ Que Dieu se hâte de réaliser ses projets pour que nous les voyions ! ” (Ésaïe 5.18-19 ; cp 2Pierre 3.3-7).

Ces hommes iniques sont comparés à des animaux qui tirent un pesant chariot rempli de vices et qui le nient. Et en plus, ils mettent Dieu au défi d’accomplir ce qu’il dit au plus vite.

Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal, qui changent la lumière en ténèbres, les ténèbres en lumière, l’amertume en douceur et la douceur en amertume ! Malheur à vous qui vous prenez pour sages et vous croyez intelligents ! (Ésaïe 5.20-21 ; cp Matthieu 13.41; 18.7 ; Proverbes 3.7 ; 26.12 ; Romains 1.22).

Certains ont rejeté toute morale ce qui mène immanquablement à la décadence et à une société corrompue. D’autres prétendent avoir suffisamment de sagesse pour ne pas avoir besoin de Dieu.

Malheur à vous qui êtes des champions pour vous gorger d’alcool, et qui, pour un pot-de-vin, acquittez le coupable et privez l’innocent de justice (Ésaïe 5.22-23).

Il s’agit de magistrats ivrognes et corrompus qu’on peut acheter pour un dessous-de-table. Ces juges véreux refusent de faire leur devoir, et de toute façon, embrumés par l’alcool, ils en sont incapables.

Voilà pourquoi vous serez dévorés par le feu et consumés comme un fétu de paille. Vos racines pourriront et votre fleur tombera en poussière parce que vous avez rejeté la Loi du Seigneur des armées célestes et méprisé la parole du Saint d’Israël (Ésaïe 5.24).

Juda est comparé à une plante dont la racine pourrit en terre, dont la fleur se dessèche et le tout est brûlé. Alors que la détérioration morale s’est faite petit à petit, le châtiment sera brusque et rude.

Dans sa fureur, l’Éternel va frapper son peuple. Les montagnes tremblent et les cadavres s’entassent dans les rues, mais son courroux ne s’apaise pas et sa main reste levée (Ésaïe 5.25 ; cp 9.11 ; 10.4 ; Hébreux 10.31).

La dernière phrase est comme un refrain car elle revient encore deux fois dans un autre discours d’Ésaïe, mais dirigé alors contre le royaume israélite des dix tribus du nord. On apprend ici que Jérusalem tombera entre les mains de ses ennemis et qu’il n’y aura plus personne pour enterrer les morts.

L’Éternel appelle des nations lointaines, elles arrivent rapidement. Aucun soldat ne chancelle. Nul n’a son ceinturon dénoué ou ses sandales déchirées. Leurs arcs sont tendus et leurs flèches aiguës. Les sabots des chevaux sont durs comme du silex, et les roues des chars ressemblent à un ouragan. Les soldats rugissent, comme des lions. Ils grondent et saisissent leur proie. En ce jour-là, retentira un grondement comme celui de l’océan en furie. Le pays sera couvert de ténèbres et le ciel de sombres nuages (Ésaïe 5.26-30).

L’obscurité et la tempête expriment l’angoisse terrible provoquée par l’invasion assyrienne, une agression voulue par l’Éternel car il est souverain sur tous les événements, même les plus fâcheux.

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur siégeant sur un trône très élevé. Les pans de son vêtement remplissaient le Temple. Des séraphins se tenaient au-dessus de lui ; chacun d’eux avait six ailes : deux ailes pour se couvrir le visage, deux ailes pour se voiler le corps, et deux autres pour voler. S’adressant l’un à l’autre, ils proclamaient : Saint, saint, saint est le Seigneur des armées célestes. Toute la terre est pleine de sa gloire (Ésaïe 6.1-3).

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires