#05 Que le Christ habite dans votre cœur (Éphésiens 3.7-4.6)

Dans le chapitre 3 de l’épître aux Éphésiens, Paul explique son ministère.

Dans sa grâce et par sa puissance, Dieu m’a accordé de devenir le serviteur de la Bonne Nouvelle. Oui, c’est à moi, qui suis moins que le moindre de tous les croyants, que Dieu a fait cette grâce d’annoncer aux non-Juifs les richesses insondables du Christ et d’éclairer tout homme sur la façon dont Dieu met à exécution son plan qu’il tenait caché jusqu’à présent, lui qui a créé toutes choses (Éphésiens 3.7-9).

Comme la création, la rédemption est un acte de la toute-puissance de Dieu. Le salut est offert à tous les peuples et Dieu a choisi Paul pour qu’il annonce l’Évangile aux non-Juifs. Son rang d’apôtre l’a rendu très humble car plus Dieu élève un homme, plus il ressent son indignité.

Dorénavant, par l’Église, les Autorités et les Puissances des lieux célestes connaissent la sagesse infiniment variée de Dieu au vu de l’accomplissement de son dessein éternel en Jésus-Christ notre Seigneur. Car par la foi en lui, nous avons la liberté de nous approcher de Dieu avec assurance (Éphésiens 3.10-12).

Les anges sont des êtres limités car créés. Ils découvrent donc dans la vie de Jésus, dans le salut des hommes et l’œuvre de l’Esprit, des aspects de Dieu qu’ils ne connaissaient pas. C’est au nom de Jésus seul (Jean 14.6) que l’homme a accès au Dieu créateur. Il faut laisser les soi-disant « saints » au placard à balais. Dieu ne donne pas sa gloire aux idoles.

Aussi je prie Dieu pour que je ne perde pas courage à cause de mes détresses, car ma persévérance est votre gloire (Éphésiens 3.13).

L’apôtre Paul avait besoin de l’aide divine pour supporter les afflictions dues à son ministère. Sa persévérance était un encouragement pour les Éphésiens qui étaient également affligés.

C’est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père de qui sont issues toutes les familles dans les cieux et sur la terre (Éphésiens 3.14-15).

Ayant fini de parler de son ministère et de l’Église, Paul remercie Dieu pour les immenses grâces accordées aux païens convertis qui, comme les anges, ont Dieu pour père spirituel.

Et je lui demande qu’il vous accorde, selon ses glorieuses richesses, d’être puissamment fortifiés par son Esprit en votre être intérieur pour que le Christ habite en vous par la foi (Éphésiens 3.16-17).

Les richesses de Dieu sont ses perfections, et par l’action de son Esprit il les reproduit petit à petit dans la vie des croyants. C’est le processus de sanctification.

Ayant été enracinés et fondés dans l’amour, vous comprendrez alors avec tous les croyants, combien l’amour du Christ est démesuré et surpasse toute connaissance, et vous serez ainsi remplis de toute la plénitude de Dieu (Éphésiens 3.18-19).

Quand les Éphésiens comprendront l’amour de Dieu pour eux, ils seront stupéfaits par son étendue, car cet amour s’étend à tous les peuples et à tout pécheur, même le plus vil.

À celui qui, par la puissance qui agit en nous, peut réaliser infiniment au-delà de ce que nous demandons ou même pensons, à lui soit la gloire dans l’église et en Jésus-Christ pour toutes les générations et pour l’éternité. Amen ! (Éphésiens 3.20-21).

Paul termine la partie doctrinale de sa lettre par une doxologie où il monte en puissance dans un élan de louanges à Dieu. Nous ne pouvons pas vraiment imaginer toutes les bénédictions que Dieu veut déverser sur ses enfants, déjà ici-bas et surtout dans les cieux. Avec le chapitre 4 commence l’application pratique de l’épître car il faut que la vérité développe la sainteté chez le croyant. Les souffrances de Paul pour le Seigneur l’autorisent à exhorter ses frères.

Je vous exhorte donc, moi qui suis prisonnier pour le Seigneur, de vous conduire d’une manière digne de l’appel qui vous a été adressé (cp Romains 12.1). Soyez toujours humbles, doux et patients, supportez-vous les uns les autres avec amour (Éphésiens 4.1-2 ; cp Philippiens 2.6-8).

Paul mentionne plusieurs vertus chrétiennes. Jésus est notre modèle d’humilité (Philippiens 2.6-8). Il était doux et humble de cœur et patient car il supportait les défauts de son entourage. Mais il a défendu l’honneur de Dieu avec perte et fracas quand il a chassé les marchands du temple.

Efforcez-vous de conserver l’unité que donne l’Esprit en demeurant en paix les uns avec les autres (Éphésiens 4.3).

La discorde et les fausses doctrines sont les principaux dangers qui menacent l’Église. L’unité des croyants est l’œuvre du Saint Esprit mais elle dépend aussi de l’attitude des croyants. Comme dans le salut et la sanctification, Dieu fait tout mais demande à l’homme de lui obéir.

Il y a un seul corps et un seul Esprit ; de même, Dieu vous a appelés à une seule espérance. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne sur tous, qui agit par tous et qui est en tous (Éphésiens 4.4-6.)

Le corps est l’Église constituée de tous les croyants et leur espérance est la vie éternelle.  (1Pierre 1.3-4). Dieu est leur père et Jésus leur Seigneur qu’ils ont accepté comme sauveur par la foi. Le baptême de l’Esprit les unit à Jésus en les identifiant à sa mort et à sa résurrection.

< #04 Juifs et non-Juifs réunis dans le Christ (Éphésiens 2.8-3.6) [^] Revenir aux études #06 Construire le corps du Christ dans l’unité et dans l’amour (Éphésiens 4.7-19) >