#04 Juifs et non-Juifs réunis dans le Christ (Éphésiens 2.8-3.6)

Les croyants sont le trophée de la grâce de Dieu à la gloire de son nom.

C’est par grâce que vous êtes sauvés par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu. Comme ce n’est pas par des œuvres que vous auriez accomplies, personne n’a de raison de se vanter (Éphésiens 2.8-9).

Paul a déjà bien mentionné la grâce de Dieu mais il y revient et il insiste. Le salut est uniquement dû à la grâce de Dieu et la foi est le moyen de se l’approprier. Mais il faut aussi une action de la grâce de Dieu pour faire naître en nous une foi vivante et authentique.

Nous sommes le chef d’œuvre de Dieu car il nous a créés en Jésus-Christ pour que nous accomplissions les bonnes œuvres qu’il a préparées à l’avance (Éphésiens 2.10).

Les bonnes œuvres ne sont jamais la cause du salut mais l’effet, le résultat, la conséquence logique et normale dans la vie d’un croyant authentique. En plus, c’est Dieu qui équipe son enfant pour qu’il accomplisse ce qu’il a prévu de toute éternité. Nous n’avons donc aucun mérite, ni dans notre salut ni dans ce que nous faisons pour Dieu. À lui seul revient la gloire.

Souvenez-vous que vous étiez païens appelés “incirconcis” par les Juifs qui se disent “les circoncis” à cause d’un rite accompli sur leur corps. Vous étiez alors sans Christ, vous ne faisiez pas partie du peuple de Dieu, vous étiez étrangers aux alliances conclues par Dieu, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez loin de Dieu, vous êtes proches de lui grâce au sacrifice du Christ (Éphésiens 2.11-13).

La circoncision était le signe de l’alliance conclue entre l’Éternel et Israël et constituait une grande division et une source de haine entre Juifs et non-Juifs. Mais de loin le pire est que les non-Juifs étaient hors du plan de salut de Dieu, privés de ses grâces et donc dans une situation sans espoir. Il en est de même aujourd’hui de tous ceux qui naviguent dans la chrétienté mais dont la vie n’est pas éclairée par la grâce de Dieu en Jésus-Christ.

Mais maintenant que les non-Juifs sont réconciliés avec Dieu, ils le sont également avec les Juifs. C’est en se rapprochant de Dieu que les hommes divisés se rapprochent les uns des autres et c’est la paix avec Dieu qui crée la paix et l’amour entre eux.

Nous devons notre paix à Jésus-Christ car il a uni les Juifs et les non-Juifs en renversant le mur qui les séparait. En livrant son corps à la mort, Jésus a annulé ce qui faisait leur inimitié : la loi de Moïse avec ses commandements et ses règles. Avec les Juifs et les non-Juifs, Jésus a créé une seule et nouvelle humanité en établissant la paix entre eux. Par sa mort, Jésus les a aussi réconciliés avec Dieu et les a unis en un seul organisme. Il a fait la paix entre les païens qui étaient loin et les Juifs qui étaient proches. Car par Jésus, nous avons tous accès auprès du Père par le même Esprit (Éphésiens 2.14-18).

Pendant sa vie, Jésus a satisfait toutes les exigences de la Loi de Moïse pour le bénéfice de ceux qui croient en lui. Sa mort a supprimé les contraintes de la Loi et institué une Nouvelle Alliance entre Dieu et les hommes. Son sacrifice permet la réconciliation de tout homme avec Dieu, et des hommes entre eux car il est leur paix et les unit dans son Église. Grâce à Jésus, les croyants sont frères et sœurs ; ils constituent le peuple de Dieu ; ils ont Dieu pour père et ont accès à lui par le Saint Esprit.

Vous n’êtes donc plus rejetés, mais vous êtes mis à part comme membres de la famille de Dieu. Car vous avez été intégrés à l’édifice qu’il construit, dont Jésus-Christ est la pierre principale, et les apôtres prophètes sont le fondement. En Jésus-Christ, la construction s’élève en bon ordre afin d’être un temple saint dans le Seigneur. Et vous êtes intégrés à cet édifice dans lequel Dieu habite par l’Esprit (Éphésiens 2.22 ; Éphésiens 2.19-21).

Les non-Juifs croyants sont citoyens des cieux et font partie intégrante de l’Église, l’édifice que Dieu est en train d’ériger, et qui est un temple vivant mis à part pour Dieu. L’Église de Jésus-Christ est la seule où on trouve Dieu, la vérité et la vie éternelle. L’Église et la foi chrétienne reposent sur l’enseignement des apôtres et prophètes qui s’appuie sur Jésus leur Maître. Eux seuls ont écrit et parlé avec l’autorité de Dieu. Chapitre 3.

Si vous connaissez quelle responsabilité, Dieu, dans sa grâce, m’a confiée à l’égard des non-Juifs, vous savez que je suis prisonnier de Jésus-Christ pour vous. Par révélation, Dieu m’a fait connaître le mystère que je viens d’écrire en quelques mots et vous pouvez vous rendre compte de la compréhension que j’ai du mystère qui concerne le Christ. Dieu ne l’avait pas divulgué dans le passé, mais par le Saint Esprit, il l’a révélé maintenant à ses apôtres et prophètes consacrés à son service. Ce mystère est que la Bonne Nouvelle en Jésus-Christ s’adresse autant aux païens qu’aux Juifs, qu’ils ont part au même héritage et à la même promesse de salut que les Juifs et qu’ils font partie de l’Église (Éphésiens 3.1-6).

Paul a conscience de la vocation que Dieu lui a confiée auprès des non-Juifs et qui est de leur révéler la signification de l’œuvre du Christ qui était cachée jusqu’à ce qu’elle soit révélée à l’apôtre. Ce mystère est que dorénavant, Dieu offre le salut par la foi en Jésus-Christ à tous les hommes de tous les peuples sans distinction d’origine ou de race.

< #03 De la mort à la vie (Éphésiens 1.13-2.7) [^] Revenir aux études #05 Que le Christ habite dans votre cœur (Éphésiens 3.7-4.6) >