Les études

04 juillet 2022

#05 Mise en garde contre l’infidélité (Hébreux 3.2-17)

Jésus est à la fois le porte-parole de l’Éternel et l’avocat des croyants. Il est venu afin de nous sauver et nous emmener dans les cieux auprès du Père céleste. L’auteur s’adresse à des Juifs qui, pour la plupart, n’ont pas vraiment rompu avec le Judaïsme parce qu’ils ont du mal à accepter que Jésus remplace tout le système cultuel de l’Ancien Testament. Cette hésitation va leur valoir un sévère second avertissement.

Jésus a été fidèle à Dieu dans ses fonctions, comme autrefois Moïse avec Israël. Mais Jésus est digne d’une gloire bien plus grande que celle de Moïse, tout comme l’architecte qui a construit une maison reçoit plus d’honneur que la maison elle-même. Or, toute maison a un constructeur et celui qui a construit toutes choses, c’est Dieu (Hébreux 3.2-4 ; cp Nombres 12.7 ; Jean 17.4 ; 1Corinthiens 4.2).

Le ministère de Jésus rappelle celui de Moïse qui a fidèlement rempli la tâche que l’Éternel lui avait confiée. L’auteur le cite car il était vénéré des Juifs et fut leur plus grand chef. Cependant, Moïse n’était qu’un simple serviteur qui faisait partie de la maisonnée de Dieu : le peuple de l’Ancienne Alliance, tandis que Jésus est le Créateur (Hébreux 1.2,10 ; Jean 1.1-3), le Fils éternel de Dieu qui a institué une Nouvelle Alliance en son sang et en tant que grand-prêtre, il est le seul intermédiaire entre Dieu et l’homme. Suivre les préceptes du judaïsme et vénérer Moïse, c’est rester figé sur des symboles au lieu de s’attacher à la réalité qui est en Jésus-Christ.

Moïse a été fidèle dans toute la maisonnée de Dieu en tant que serviteur, chargé de témoigner ce qui serait pleinement révélé par le Christ, qui est digne de confiance en tant que Fils sur sa maison (Hébreux 3.5-6 a).

Moïse était un intendant exceptionnel qui œuvrait pour la maisonnée de Dieu, le peuple d’Israël. Il a mis en place toutes les institutions de la Loi dont le but était de préparer les Israélites à la venue de leur Messie car tous ses rites et cérémonies prophétisaient une réalité qui serait accomplie par Jésus Christ, le propriétaire de la maisonnée de Dieu. Sans Jésus, le judaïsme et toute religion, n’est qu’une coquille vide.

La maisonnée de Christ, c’est nous, si du moins nous gardons jusqu’à la fin la pleine assurance et l’espérance qui font notre gloire (Hébreux 3.6 b ; cp Éphésiens 2.20,22 ; 1Timothée 3.15 ; 1Jean 2.19).

Tous ceux qui ont placé leur confiance et leur espérance en Jésus-Christ constituent le peuple de Dieu. Tout croyant authentique persévérera dans la foi malgré les épreuves de la vie.

C’est pourquoi, prenez à cœur ce que dit l’Esprit Saint : Aujourd’hui, si vous entendez la voix de Dieu, ne vous endurcissez pas, comme l’ont fait vos ancêtres lorsqu’ils se sont révoltés et ont voulu me forcer la main dans le désert. Ce jour-là, vos ancêtres m’ont défié, bien qu’ils m’aient vu à l’œuvre pendant quarante ans. Voilà pourquoi je devins furieux contre cette génération et je dis : parce que leur cœur s’égare sans cesse et qu’ils ne font aucun cas de mes préceptes, dans ma colère, je fis ce serment : ils n’entreront pas dans mon repos ! (Hébreux 3.7-8 ; cp Psaume 95.7-11 ; Exode 15.23-24 ; 17.7 ; Nombres 14.22-23 ; 2Corinthiens 6.1-2 ; 2Pierre 3.9).

L’auteur cite un passage des Psaumes qui réunit deux révoltes particulièrement graves du peuple Hébreu contre l’Éternel. L’avertissement : « ne vous endurcissez pas », est repris trois fois dans ce chapitre (3.8, 13, 15) et une fois dans le suivant (4.7). Quand Dieu offre sa grâce, il ne faut surtout pas la négliger, parce qu’après un temps, la patience de Dieu sera épuisée et suivie d’un jugement. Chaque fois que quelqu’un rejette Jésus-Christ, il s’endurcit davantage, devient indifférent à Dieu, et même au sort éternel de son âme.

Prenez donc bien garde, mes frères, que personne parmi vous n’ait le cœur mauvais et incrédule au point de se détourner du Dieu vivant (Hébreux 3.12).

L’auteur exhorte ses frères de race juive, à ne pas agir comme leurs ancêtres qui se sont détournés de Dieu. La menace est dirigée contre ceux qui rejettent Jésus au profit des pratiques du judaïsme.

Mais encouragez-vous les uns les autres, jour après jour, aussi longtemps qu’on peut dire aujourd’hui, afin qu’aucun d’entre vous ne se laisse séduire par le péché et ne s’endurcisse (Hébreux 3.13 ; cp 2Corinthiens 3.14-16).

L’auteur encourage les Juifs croyants à exhorter les Juifs incrédules, séduits par le judaïsme. Dans sa grâce, Dieu leur accorde du temps mais il est limité, et plus ils persistent dans l’incrédulité, plus ils s’endurcissent.

En effet, nous sommes associés au Christ, à condition de conserver fermement et jusqu’au bout, l’assurance que nous avions au début. Pendant tout le temps où Dieu dit encore : Aujourd’hui, si vous entendez ma voix, ne vous endurcissez pas, comme l’ont fait vos ancêtres qui se sont révoltés contre moi. En effet, n’est-ce pas ceux qui étaient sortis d’Égypte sous la conduite de Moïse et qui ont entendu sa voix qui se sont révoltés ? Et contre qui Dieu a-t-il été en colère pendant quarante ans ? N’est-ce pas contre ceux qui avaient péché et dont les cadavres sont tombés dans le désert ? (Hébreux 3.14-17 ; cp Proverbes 29.1 ; Jean 6.66-68 ; Jude 5).

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires