#05 La tentation de Jésus (Matthieu 3.11-4.16)

Jean-Baptiste baptise, d’où son nom. Dans le chapitre 3 de Matthieu, il dit :

« Moi je vous baptise dans l’eau, en signe de repentance. Mais quelqu’un vient après moi ; il est bien plus puissant que moi. C’est lui qui vous baptisera dans le Saint-Esprit et le feu. Il va nettoyer son aire de battage et amasser le blé dans son grenier. Quant à la bale, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteindra jamais » (Matthieu 3.11-12).

« Le blé » représente les vrais croyants ; « le grenier » est le royaume de Dieu et « le feu qui ne s’éteindra jamais » est le châtiment éternel.

« C’est à cette époque que Jésus se rendit de la Galilée auprès de Jean, pour être baptisé par lui. Mais Jean essaya de l’en dissuader. Jésus lui répondit : accepte, pour le moment, qu’il en soit ainsi ! Là-dessus, Jean accepta de le baptiser » (Matthieu 3.13-15).

Jean-Baptiste a parfaitement raison, car comme Jésus-Christ est sans fautes, il n’a pas besoin de se repentir. En demandant le baptême, Jésus s’identifie aux pécheurs. En laissant Jean l’immerger, il annonce sa mort aux mains des hommes, et en sortant de l’eau, il préfigure sa résurrection. Par ce premier acte public d’humilité, Jésus commence son ministère.

Par le baptême, le croyant témoigne publiquement de sa foi personnelle en s’identifiant à Jésus dans sa mort et résurrection.

« Jésus sortit de l’eau. Alors le ciel s’ouvrit et il vit l’Esprit de Dieu descendre sous la forme d’une colombe et venir sur lui. En même temps une voix venant du ciel fit entendre ces paroles : celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qui fait toute ma joie » (Matthieu 3.16-17).

Cette manifestation du Saint-Esprit est le sceau du Père qui consacre son Fils pour l’œuvre qu’il doit accomplir et auquel participeront les deux autres personnes de la Trinité.

Je commence le chapitre 4.

« Alors l’Esprit Saint conduisit Jésus dans le désert pour qu’il y fût tenté par le diable » (Matthieu 4.1).

Tout comme un diamant est reconnu pur après avoir été testé, Jésus va passer par l’épreuve du feu, il va traverser le champ de mines plantés par Satan, afin de mettre en lumière ses qualifications.

« Après avoir jeûné pendant 40 jours et 40 nuits, Jésus eut faim. Le tentateur s’approcha et lui dit : puisque tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres se changent en pains. Mais Jésus répondit il est écrit : « L’homme n’a pas seulement besoin de pain pour vivre, mais aussi de toute parole que Dieu prononce » (Matthieu 4.2-4).

Le diable suggère à Jésus de satisfaire un besoin légitime mais indépendamment de Dieu. Jésus répond qu’en toute circonstance, il faut faire confiance à Dieu avant tout.

« Alors le diable le plaça sur le haut du Temple et lui dit : puisque tu es le Fils de Dieu, lance-toi dans le vide, car il est écrit : « Il donnera des ordres à ses anges. Ils te porteront sur leurs mains, pour que ton pied ne heurte aucune pierre. » Jésus lui dit : il est aussi écrit : « Tu ne forceras pas la main du Seigneur ton Dieu » (Matthieu 4.5-7).

Satan incite Jésus à tenter Dieu, à le forcer à intervenir pour ne pas que qu’il se blesse.

« Le diable lui montra alors tous les royaumes du monde et leur gloire et lui dit : tout cela, je te le donnerai si tu te prosternes devant moi pour m’adorer. Alors Jésus lui dit : va-t’en Satan ! Car il est écrit : tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu rendras un culte à lui seul » (Matthieu 4.8-10 ; comparer avec Deutéronome 6.13).

Il est bien vrai que Satan dispose des royaumes du monde car c’est lui qui détient le pouvoir. L’apôtre Jean écrit que : « Le monde entier est sous la puissance du malin » (1 Jean 5.19).

Et dans son évangile, il dit que Jésus l’appelle trois fois « le prince de ce monde » (Jean 12.31 ; 14.30 ; 16.11). C’est aussi Satan qui a inventé toutes les philosophies humanistes et les fausses religions.

« Alors, le diable le laissa. Et voici que des anges vinrent pour servir Jésus » (Matthieu 4.11).

Jésus a d’abord été investi de sa mission par son baptême. Puis la tentation a révélé son caractère incorruptible. Maintenant, son ministère commence vraiment.

« Quand Jésus apprit que Jean avait été mis en prison, il regagna la Galilée et alla s’établir à Capernaüm, une ville située au bord du lac » (Matthieu 4.12-13).

Après une année de ministère en Judée que nous rapporte Jean dans son évangile, Jésus retourne dans le nord d’Israël. Luc nous dit que Jésus n’est pas retourné à Nazareth parce qu’il avait été rejeté. De toute façon, Capernaüm est mieux située et est une ville touristique importante située au bord de la principale route commerciale de l’époque qui relie le nord de la Palestine aux nations alentours.

< #04 Jean-Baptiste, le précurseur (Matthieu 2.16-3.10) [^] Revenir aux études #06 Les premiers disciples (Matthieu 4.17-5.3) >