Les études

17 février 2023

42 – La gloire de Dieu (Apocalypse 21.21-22.6)

Tout est transparent pour que le rayonnement de la gloire de Dieu se répande partout dans la ville. Les douze fondements de la muraille qui portent les noms des apôtres sont embellis par douze pierres précieuses :  diamant, saphir, agate bleue-ciel, émeraude, sardoine, cornaline, chrysolithe, béryl, topaze, quartz vert-pomme, turquoise et améthyste (Apocalypse 21.19-20). Au moins huit de ces pierres font partie des 12 qui ornaient le pectoral du grand-prêtre (Exode 28.17-20 ; 39.10-13). Mais comme les noms ont changé, peut-être que ce sont les 12 mêmes. La nouvelle Jérusalem est une ville de lumière multicolore.

Chacune des douze portes était faite d’une seule perle. L’avenue principale de la ville était d’or pur, transparente comme du cristal. Je ne vis aucun temple dans la ville, car son temple, c’est le Seigneur Dieu tout-puissant, ainsi que l’Agneau. La ville n’a ni soleil ni lune pour l’éclairer, car la gloire de Dieu l’illumine et l’Agneau l’éclaire (Apocalypse 21.21-23 ; cp Apocalypse 22.5 ; Ésaïe 24.23 ; 60.19-20 ; Jérémie 3.16-17).

Les prophéties dont s’inspire Jean ont d’abord en vue le Millénium et parfois, en second, l’état éternel. Dans la nouvelle Jérusalem, Dieu est toujours présent au milieu de son peuple (Apocalypse 21.3), ce qui fait de la ville un Lieu très saint où la vie et l’adoration se confondent. Alors que les païens adoraient le soleil et la lune, celles-ci disparaîtront devant la gloire de Dieu.

Les peuples marcheront à sa lumière et les rois de la terre lui apporteront leur gloire. Les portes de la ville resteront toujours ouvertes, et il n’y aura plus de nuit. On y apportera tout ce qui fait la gloire et l’honneur des nations (Apocalypse 21.24-26 ; cp Ésaïe 60.3-11).

Jean célèbre l’accomplissement des prophéties annonçant qu’un jour toute gloire reviendrait à Dieu, que les êtres humains vivraient en parfaite harmonie et formeraient le peuple unique de Dieu. Pour cela, il cite en partie une description du Millénium dans une prophétie d’Ésaïe qui, dans son esprit, est proche de ce que sera l’état éternel dans la cité céleste. Néanmoins, l’absence de nuit, propre à l’éternité, n’est pas prophétisée par Ésaïe dans le Millénium.

Rien d’impur ni quiconque qui s’adonne à des pratiques dépravées et au mensonge n’entrera dans la ville. Seuls ceux qui sont inscrits dans le livre de vie de l’Agneau y auront accès (Apocalypse 21.27 ; cp Ésaïe 35.8 ; 52.1).

Ici encore, Jean cite en partie Ésaïe qui prophétise le Millénium et l’apôtre nous rappelle aussi que c’est Jésus, l’Agneau, qui a écrit avec son sang le nom des élus dans le livre de vie.

Puis, l’ange me montra le fleuve d’eau vive limpide comme du cristal qui jaillissait du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de l’avenue de la ville, de part et d’autre du fleuve, se trouve l’arbre de vie. Il produit douze récoltes de fruits par an, une par mois, et ses feuilles servent à la guérison des nations (Apocalypse 22.1-2 ; cp Apocalypse 21.6 ; Genèse 2.9 ; Jean 4.10 ; 7.38).

Les prophéties d’Ézéchiel (47.1-12), Joël (3.18), et Zacharie (14.8) décrivent les fleuves du Millénium remplies d’eau normale. Mais dans le fleuve qui traverse la cité céleste, coule une eau spirituelle, source de vie de ses habitants. La vision de Jean se compose d’images à la fois réelles et symboliques qui illustrent l’abondance de vie offerte aux rachetés. Il n’y a plus de privation, maladies ou de souffrances. Les conséquences du péché sont réparées et le paradis perdu est à nouveau offert aux rachetés. L’homme arrive enfin à sa destination, la plénitude de la vie dans la communion avec son Dieu. Tous les objectifs que le Créateur s’était fixés sont atteints ; il règne au milieu de son peuple et sa gloire remplit les nouveaux cieux et la nouvelle terre. Bien que les corps ressuscités n’aient pas besoin de se nourrir, il semble que les rachetés partageront des repas entre eux et avec Jésus (cp Genèse 18.1-8 ; Luc 24.41-43 ; Jean 21.9-13 ; Actes 10.41) mais ils seront composés de fruits et légumes (Genèse 1.29).

Il n’y aura plus de malédiction. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville et ses serviteurs le révéreront. Ils verront sa face et porteront son nom sur leurs fronts (Apocalypse 22.3-4 ; cp Apocalypse 3.12 ; 14.1 ; 20.6 ; Exode 33.20-23).

La malédiction prononcée par Dieu sur Adam et Ève est entièrement levée et il n’y a plus de possibilité de pécher. Comme les rachetés sont revêtus de la justice du Christ, ils portent son nom et lui appartiennent. Ils sont saints et prêtres, et donc en mesure de se tenir devant l’éclat de la gloire de Dieu, ce qui est impossible ici-bas (Exode 33.20-23 ; Jean 1.18 ; 6.46 ; 1Timothée 6.16 ; 1Jean 4.12). La cité céleste devient le temple de Dieu, et la plus grande joie des rachetés est de servir et adorer leur Seigneur.

Il n’y aura plus de nuit et les rachetés n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe ou du soleil, car le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils régneront aux siècles des siècles (Apocalypse 22.5 ; cp Apocalypse 5.10 ; 20.6).

Finis les combats, les souffrances et le mépris des incroyants. Les rachetés régneront avec le Christ, d’abord mille ans sur cette terre, puis éternellement dans la Jérusalem céleste.

L’ange me dit : ces paroles sont certaines et dignes de foi. Le Seigneur Dieu qui a inspiré ses prophètes, a envoyé son ange, pour montrer à ses serviteurs ce qui arrivera bientôt (Apocalypse 22.6 ; cp Apocalypse 1.1).

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires