Les études

17 février 2023

37 – Alléluia ! Les noces de l’Agneau se préparent ! (Apocalypse 18.23b-19.9)

L’action symbolique de cet ange puissant illustre la destruction totale de Babylone et la disparition de toutes les activités humaines. Il n’y aura plus d’âme qui vive dans cette ville ; il n’y régnera que le silence de la mort. Par contre, et quel contraste ! Dans les cieux, les cris de joie des divers membres de l’Église fusent de toutes parts.

Tout cela t’arrive parce que tes commerçants sont devenus les puissants de la terre, parce qu’avec tes sortilèges tu as trompé toutes les nations et parce que tu as fait couler le sang des prophètes, des croyants et parce que tu as commis les pires atrocités de la terre (Apocalypse 18.23 b-24).

Étant devenus immensément riches, les marchands se sont emparés du pouvoir. Babylone est coupable d’idolâtrie qui va toujours de pair avec la débauche. L’Antichrist a peint son empire en rouge car Babylone, « la mère des prostituées et des abominations de la terre (Apocalypse 6.10 ; 11.7 ; 13.7, 15 ; 16.6 ; 17.5-6), est coupable d’avoir massacré le peuple de Dieu.

L’Antichrist a détruit le système religieux apostat qui était ancré à Rome (Apocalypse 17.16-17). Il a tué ses têtes mais l’esprit idolâtre, toujours bien vivant, a continué à vivre dans le culte de l‘Antichrist, d’abord à Jérusalem puis à Babylone.

Après cela, j’entendis dans le ciel la voix puissante d’une foule immense qui s’écriait : Alléluia ! (1Chroniques 29.11 ; Psaume 104.35 ; Hébreux 13.15) :  le salut, la gloire et la puissance appartiennent à notre Dieu ; ses jugements sont vrais et justes car il a condamné la grande prostituée qui corrompait le monde par son idolâtrie et il a vengé ses serviteurs qu’elle avait fait mourir (Apocalypse 19.1-2 ; cp Apocalypse 18.20, 23-24 ; 2Thessaloniciens 1.6-8).

Cette sixième fenêtre de la vision de Jean s’ouvre sur un immense chœur d’anges qui, par un retentissant alléluia, célèbre la condamnation de Babylone, ville sanguinaire et idolâtre et qui est le jugement de la dernière des sept coupes. Le châtiment de Babylone manifeste la justice, la gloire et la puissance de Dieu et précède les événements de la fin des temps, le retour de Jésus, les noces de l’Agneau et l’instauration du règne de Dieu (Apocalypse 19.11-21).

La foule immense dit une seconde fois : Alléluia ! Loué soit Dieu ! Car la fumée de Babylone embrasée s’élève aux siècles des siècles ! (Apocalypse 19.3 ; cp Apocalypse 14.11).

Cette fois encore, la nouvelle explosion d’alléluias est provoquée par les cendres fumantes de Babylone (cp Apocalypse 18.8-9, 18) qui a été détruite à tout jamais, car cette fois-ci, elle ne se relèvera pas de ses cendres.

Alors les vingt-quatre vieillards et les quatre êtres vivants se prosternèrent devant Dieu qui siège sur le trône et l’adorèrent en disant : amen ! Loué soit Dieu ! Puis une voix sortit du trône disant : louez notre Dieu vous tous ses serviteurs, petits et grands qui le révérez (Apocalypse 19.4 ; cp Apocalypse 5.8 ; 7.11 ; 11.16).

Les quatre chérubins qui sont des anges et les vingt-quatre vieillards qui représentent l’Église se joignent au chœur. En fait, ils adorent Dieu tout au long de la vision de Jean et c’est probablement l’un des chérubins qui exhorte tous les habitants du ciel à louer Dieu.

Et j’entendis la voix d’une foule immense. Elle ressemblait au bruit d’une chute d’eaux et au grondement assourdissant du tonnerre et disait : Alléluia ! Car le Seigneur, notre Dieu tout-puissant et souverain, est entré dans son règne (Apocalypse 19.6 ; cp Apocalypse 19.1 ; 11.17 ; 14.2 ; 2Samuel 7.16).

Ce quatrième alléluia célèbre à nouveau la destruction de Babylone mais aussi le règne du divin roi sur terre que rien ne pourra stopper, car c’est la volonté du Dieu tout-puissant.

Réjouissons-nous, exultons d’allégresse et rendons lui gloire, car voici venir les noces de l’Agneau. Sa fiancée est prête et on lui a donné pour vêtement le lin pur éclatant, qui sont les actions justes des croyants (Apocalypse 19.7-8).

Tout comme l’Éternel se déclarait le mari d’Israël, l’Église est l’épouse de Jésus-Christ. Les habitants du ciel se réjouissent parce que justice est faite, Dieu assume sa souveraineté sur terre, et les cieux se préparent à célébrer le plus grand mariage de tous les temps : les noces de l’Agneau. Ce titre rappelle que son sang a racheté les croyants et c’est uniquement par cette rédemption qu’ils peuvent paraître à ses côtés justes et sans tache (Éphésiens 5.27). Les croyants se préparent à ce mariage en demeurant fidèles à leur Seigneur même jusqu’à la mort. Alors, leurs œuvres justes et pures, en or et en argent, agrémentées de pierres précieuses (1Corinthiens 3.12) orneront et embelliront la robe de mariée de l’Église.

L’ange me dit : écris : heureux les invités au festin des noces de l’Agneau. Ces paroles authentiques viennent de Dieu (Apocalypse 19.9 ; cp Apocalypse 14.13).

nov. 29 2023

Émission du jour | Romains 15.23 – 16.2

Témoignage et projets de voyage

Nos partenaires