Les études

05 juillet 2022

#33 Menaces aux chefs d’Israël (Ézéchiel 33.30-34.24)

Avant que les Chaldéens obligent des peuples païens à immigrer en Juda, le pays était désertique. Ézéchiel s’adresse aux exilés mais balaie les prétentions orgueilleuses de ceux qui sont encore en Juda. Il y aura une coupure nette entre le passé et l’avenir car les Israélites perdront la totalité de la Terre promise. Alors face au jugement de Dieu, ils seront bien obligés de reconnaître qu’ils auraient dû prendre ses menaces au sérieux.

Fils d’homme, on parle de toi le long des murs et devant les maisons. Ils disent : allons donc écouter la parole qui vient de l’Éternel ! Puis ils viennent chez toi en foule et ils écoutent tes paroles mais ne les mettent pas en pratique. Ils ne pensent qu’à s’amuser et ne recherchent que les richesses. Pour eux, tu es comme un chanteur de charme à la belle voix et qui joue bien de son instrument (Ézéchiel 33.30-32).

Les exilés apprécient Ézéchiel, ses mimes, ses images et ses maximes, mais il n’est guère mieux qu’un artiste qui présente un spectacle divertissant, car leur cœur reste encore fermé à la repentance.

Cependant, quand tes prédictions s’accompliront, ils reconnaîtront qu’il y avait un prophète authentique parmi eux (Ézéchiel 33.33).

Quand des étrangers habiteront Juda, les exilés seront bien obligés de reconnaître que leur nation n’existe plus, ce qui confirmera que les prophéties d’Ézéchiel n’étaient pas de simples paroles en l’air.

L’Éternel me dit : fils d’homme, prophétise contre les bergers d’Israël et dis : malheur aux bergers qui ne s’occupent que d’eux-mêmes. Ne devaient-ils pas faire paître le troupeau ? Vous avez profité de sa graisse et de sa laine, vous avez abattu les bêtes grasses, vous n’avez pas fortifié les brebis chétives ni soigné celle qui était malade, ni bandé celle qui avait une patte cassée, ni cherché celle qui s’était égarée ; non, vous avez exercé sur elles votre domination avec violence et tyrannie (Ézéchiel 34.1-4 ; cp Jérémie 23.1-8).

Depuis Salomon, la plupart des rois d’Israël tiraient du peuple un gain personnel au lieu de le conduire dans le sentier de la justice. Ils ne se souciaient pas des indigents et ne punissaient pas les criminels.

Faute de berger, mes brebis se sont dispersées sur toute l’étendue du pays et sont devenues la proie des bêtes sauvages. Personne n’a pris soin de mes brebis ou n’est allé à leur recherche. Je suis vivant ! dit le Seigneur l’Éternel : parce que mes brebis ont été mises au pillage, je vais m’en prendre à ces bergers ; je leur demanderai des comptes et je leur enlèverai le troupeau. Je le délivrerai de leur bouche et mes brebis ne leur serviront plus de nourriture (Ézéchiel 34.5-10).

Par la faute de leurs rois, les Israélites ont été massacrés ou déportés par des conquérants, et ceux qui restent sont disséminés dans le pays. Plusieurs rois dont Sédécias, le dernier, ont subi le châtiment de Dieu.

L’Éternel dit : Je vais moi-même prendre soin de mon troupeau comme un berger va à la recherche de ses brebis dispersées. Ce sera un jour de ténèbres quand j’irai les chercher. Je les rassemblerai des divers pays et je les ramènerai dans leur propre pays. Je les ferai paître dans de bons pâturages sur les montagnes d’Israël et elles reposeront dans un bon bercail. Je chercherai la brebis perdue et celle qui s’est éloignée, je panserai celle qui est blessée et je fortifierai celle qui est malade. Mais je détruirai celle qui est grasse et forte : je les traiterai selon ce qui est juste (Ézéchiel 34.11-16 ; cp Esaïe 40.11).

À partir d’ici, les messages d’Ézéchiel seront principalement des paroles de consolation. Cette prophétie concerne le retour de l’exil babylonien mais surtout la fin des temps, quand tous les Juifs dispersés par l’Antichrist retourneront dans leur patrie suite aux jugements de l’Apocalypse. La brebis grasse représente les Israélites puissants qui ont exploité les faibles. Mais Jésus, le souverain pasteur, le bon berger (Jean 10.11), le grand berger (Hébreux 13.20) et le chef des bergers (1Pierre 5.4) guérira les brebis qui lui appartiennent.

Quant à vous, mon troupeau, l’Éternel, prononcera son jugement entre brebis faibles et grasses, béliers et boucs. Vous avez bousculé toutes les brebis faibles ! Vous les avez frappées de vos cornes jusqu’à ce que vous les ayez chassées ! Paître dans un bon pâturage et boire des eaux limpides ne vous a pas suffit, vous avez foulé de vos pieds ce qui restait. Et mes brebis brouteraient et boiraient ce que vos pieds ont foulé ! C’est pourquoi je vais secourir mon troupeau ; il ne sera plus livré au pillage et je prononcerai mon jugement (Ézéchiel 34.17, 21-22 ; cp Matthieu 25.31-46).

Les chefs d’Israël ont amplement profité des biens du pays. En même temps, ils ont écarté et piétiné les faibles, mais Dieu va intervenir et opérer un tri parmi son peuple.

J’établirai à leur tête un seul berger : mon serviteur David qui prendra soin de mes brebis. Moi, l’Éternel, je déclare que je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’elles (Ézéchiel 34.23-24).

avril 19 2024

Émission du jour | Esther 8.1-17

Edit en faveur des Juifs

Nos partenaires