Les études

01 juillet 2022

#32 Les nations païennes (Jérémie 45.1-48.10)

Jérémie est d’une ironie mordante avant de prononcer le jugement qui s’appliquera aux Juifs de son époque qui ont bravé les ordres de l’Éternel. Hophra devient vassal de Babylone, mais il est assassiné par un de ses sujets qui prend sa place (570 av. J-C). Ce dernier rejette le joug de Babylone, ce qui entraîne la seconde invasion de l’Égypte par Babylone (en 568-567) et l’accomplissement des prophéties de Jérémie.

La quatrième année du règne de Yehoyaqim (605 av. J-C), Jérémie dit à Baruch de la part du Dieu d’Israël : tu as dit : “ Malheur à moi, car l’Éternel accumule les peines et les souffrances ! Je suis épuisé à force de gémir et je ne trouve plus de repos ”. Tu lui diras donc : je détruis ce que j’avais bâti et j’arrache ce que j’avais planté. Ne songe pas à tes projets car je vais amener le malheur sur tous les hommes, mais je t’accorde la vie sauve partout où tu iras (Jérémie 45.1-5 ; cp Jérémie 15.21).

Ce tout petit chapitre 45 concerne uniquement le secrétaire de Jérémie. Il déprime à cause du jugement à venir de Juda, ce que l’Éternel confirme. Ses projets sont partis en fumée, par contre il ne mourra pas.

Voici ce que l’Éternel dit au prophète Jérémie au sujet des nations païennes : contre l’Égypte et l’armée du pharaon Néko, qui fut battue par Nabuchodonosor à Karkemish, sur les bords de l’Euphrate, la quatrième année du règne de Yehoyaqim roi de Juda (Jérémie 46.1-2).

A partir du chapitre 46 Jérémie prononce dix oracles contre neuf nations païennes. On trouve des prophéties similaires dans les livres d’Ésaïe (ch. 13–23) et d’Ézéchiel (ch. 25–32). Voulant soumettre toutes les nations jusqu’à la Chaldée, le pharaon Néko (610-595 av. J-C) attaque Babylone mais il subit une défaite cinglante.

Alignez les boucliers et marchez au combat ! Harnachez les chevaux et montez sur les chars ! À vos rangs, casques sur la tête ! Affûtez bien vos lances ! Endossez vos cuirasses ! Mais qu’est-ce que je vois ? Ils s’effondrent et battent en retraite ! Leurs guerriers sont pourfendus ; c’est la terreur. Mais c’est le jour pour l’Éternel de régler tous ses comptes avec ses ennemis. L’épée dévore et s’enivre de leur sang. C’est un sacrifice pour le Seigneur des armées célestes sur les bords de l’Euphrate. Aucun remède ne peut te guérir. Les nations ont appris ta honte et la terre est remplie de tes cris de détresse (Jérémie 46.3-12).

Comme tous les peuples de l’antiquité, les Égyptiens utilisent des chars de guerre. Les fantassins ont deux boucliers, un petit rond et un grand carré qui protège le corps. Jérémie est étonné de voir que les Égyptiens sont mis en déroute par les Babyloniens. Dieu venge ainsi le roi Josias tué par Néko.

L’Éternel annonça à Jérémie que Nabuchodonosor viendrait vaincre l’Égypte lorsqu’il lui a dit : que dans toute l’Égypte, on dise : À vos rangs, tenez vous prêt ! L’épée a déjà dévoré tes voisins. Pourquoi ton dieu-taureau Apis s’enfuit-il ? Il n’a donc pas résisté ? L’Éternel l’a fait tomber ! Ils sont nombreux à tomber. Ils se disent l’un l’autre : retournons dans notre pays et fuyons l’épée meurtrière ! Aussi vrai que je suis l’Éternel des armées, fais ton sac de captive, fille d’Égypte. Tu es une belle génisse, mais un taon venant du nord est arrivé sur toi. Même les mercenaires, traités comme des veaux qu’on engraisse, font demi-tour et fuient en masses. Mais par la suite, l’Égypte sera peuplée comme autrefois, dit l’Éternel. “ Et toi, Jacob-Israël mon serviteur, sois donc sans crainte, car je te délivrerai du pays de l’exil. Cependant je te châtierai selon ce qui est juste car ne peux pas te laisser impuni ” (Jérémie 46.18-28).

35 ans après la bataille de Karkemish, l’Égypte est attaquée, terrassée, et ses idoles aussi. L’Égypte comptait beaucoup de mercenaires que cette défaite fait fuir dans leur pays. Cependant, Jérémie voit aussi le retour d’exil et les temps messianiques quand le salut s’étendra à tous les peuples, dont l’Égypte.

Avant que le pharaon inflige une défaite aux Philistins, l’Éternel parla à Jérémie à leur sujet. Dans le pays du nord des eaux vont devenir un torrent qui va submerger le pays des Philistins. Car le jour est venu où tous les Philistins seront exterminés, et tous ceux de Tyr et Sidon qui pourraient venir à leur secours, le seront aussi, parce que l’Éternel anéantit les Philistins originaires de l’île de Crète. La population de Gaza et ce qui reste des Anaqim se raseront la tête. Jusques à quand vous ferez-vous des incisions ? Ah ! épée de l’Eternel, rentre dans ton fourreau ! Mais elle obéit à l’Éternel qui lui a donné l’ordre de se tourner vers Askalon et vers la côte de la mer ? (Jérémie 47.1-4).

Askalon était une ville des Philistins. Alliés aux Phéniciens de Tyr et de Sidon, ils avaient évincé les Anaqim, qui étaient de taille gigantesque, et les habitants primitifs de la bande de Gaza. Ils furent exterminés par les Israélites lors de la conquête de Canaan, à part quelques rescapés qui se réfugièrent chez les Philistins. Les païens se rasaient et se mutilaient en signe de deuil et pour invoquer avec ferveur leurs divinités.

Voici ce que dit l’Éternel sur Moab. Quel malheur car ses villes et sa capitale sont dévastées. Tu croyais en toi et en tes richesses mais tu seras conquis. On entend des cris. Saccage et grande ruine ! On pleure. Fuyez, sauvez vos vies. Tu avais confiance en toi et en tes richesses, mais ton dieu kemosh partira en exil avec ses prêtres et ses princes. Maudit qui fait l’œuvre de l’Éternel sans y mettre tout son cœur ! Maudit celui qui refuse le sang à son épée ! (Jérémie 48.1-10; cp Esaïe 45-46).

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires