Les études

01 juillet 2022

#28 Les souffrances de Jérémie (Jérémie 35.12-37.4)

Ce chapitre 35 fait suite au chapitre 26. Nous sommes en 588 avant J-C, et Jérusalem est assiégée pour la première fois par Babylone. Les Rékabites sont une tribu nomade qui ont adopté le judaïsme, mais pour se garder de la décadence de la vie sédentaire, trois siècles plus tôt, leur fondateur avait imposé certaines règles à ses descendants. Les Rékabites ont un pieux respect de sa volonté et lui sont donc demeurés fidèles.

Puis l’Éternel envoya Jérémie dire au peuple de Juda et de Jérusalem : comprenez la leçon : les Rékabites obéissent à leur ancêtre, mais ce peuple ne m’écoute pas. Je vous ai continuellement envoyé mes prophètes pour vous dire d’abandonner votre mauvaise conduite et l’idolâtrie, afin que vous demeuriez dans le pays, mais vous ne m’avez pas écouté. C’est pourquoi je vais faire venir sur le peuple de Juda tous les malheurs dont je l’ai menacé (Jérémie 35.12-17).

Le contraste est évident. Pendant des siècles, les Rékabites ont scrupuleusement observé les coutumes dictées par leur ancêtre, alors que les Israélites n’ont pas cessé de transgresser la Loi de Dieu.

Puis, Jérémie dit aux Rékabites : le Seigneur des armées célestes, Dieu d’Israël dit : Parce que vous avez obéi aux ordres de votre ancêtre, vous aurez toujours des descendants devant moi (Jérémie 35.18-19).

Il se trouve effectivement des Rékabites en Irak, au Yémen et en Palestine.

La quatrième année du règne de Yehoyaqim, l’Éternel dit à Jérémie : écris sur un rouleau de parchemin tout ce que je t’ai dit au sujet d’Israël, Juda et de toutes les nations, depuis le règne de Josias. Quand le peuple de Juda entendra tous les maux que je veux lui infliger, peut-être que chacun d’eux abandonnera sa mauvaise conduite, et alors je pardonnerai leurs péchés. Baruch, le secrétaire de Jérémie, écrivit tout ce que l’Éternel avait dit, puis Jérémie lui dit : je ne peux pas aller au Temple, tu iras et liras ce que je t’ai dicté. Peut-être qu’ils se détourneront de leur mauvaise voie, et que l’Éternel entendra leur supplication, car grande est sa colère. Baruch fit tout ce que Jérémie lui avait ordonné. La cinquième année de Yehoyaqim, le neuvième mois, on publia un jeûne devant l’Éternel pour tout le peuple de Juda. (Jérémie 36.1-9).

En 605 avant. J-C, Nabuchodonosor écrase l’armée égyptienne. A la fin de l’an 604, juste avant ou un peu après l’invasion de Juda et la première déportation des Israélites à Babylone, les prêtres publient ce jeûne exceptionnel. Cela fait 23 ans que Jérémie proclame les menaces de l’Éternel, mais maintenant, il doit les écrire afin d’en faire la lecture publique. A cette époque, Jérémie est libre de ses mouvements, mais il ne peut aller au temple, probablement à cause d’une souillure rituelle.

Baruch lut les paroles de Jérémie dans le Temple. Tout le peuple l’entendit, et après avoir entendu toutes les paroles de Jérémie, Michée, fils de Guemaria, se rendit à la maison du roi où tous les chefs du peuple étaient assis. Michée leur rapporta les paroles qu’il avait entendues. Alors les chefs envoyèrent chercher Baruch et lui demandèrent de lire le parchemin. Lorsqu’ils entendirent toutes ces paroles et surent qu’elles avaient été dictées par Jérémie, ils furent terrifiés et dirent à Baruch : il faut que nous rapportions toutes ces paroles au roi, et toi, va trouver Jérémie et cachez-vous tous les deux ! (Jérémie 36.10-19).

Guemaria est un protecteur de Jérémie et son fils Michée prend une heureuse initiative. Mais connaissant bien le caractère vindicatif du roi, les chefs des grandes familles de Juda veulent protéger le prophète.

Le roi envoya son aide de camp Yehoudi chercher le parchemin. Chaque fois que Yehoudi avait lu trois ou quatre colonnes du rouleau, le roi les coupait et les jetait au feu, jusqu’à ce que tout le parchemin soit brûlé. Mais ni le roi ni ses ministres ne furent alarmés. Plusieurs chefs du peuple avaient insisté auprès du roi de ne pas brûler le parchemin, mais il ne les avait pas écoutés (Jérémie 36.20-25).

Le roi et ses mignons ont une attitude méprisante à l’égard de Jérémie et donc aussi de l’Éternel.

Alors le roi ordonna qu’on saisisse Baruch et Jérémie, mais l’Éternel les cacha puis dit à Jérémie : écris sur un autre parchemin toutes les paroles qui figuraient sur le premier, que Yehoyaqim a brûlé, puis tu lui diras qu’aucun de ses descendants ne lui succédera sur le trône et son cadavre sera jeté dehors et exposé à la chaleur et au froid. Je le punirai, lui, ses descendants et tous ses ministres pour leurs crimes et je ferai venir sur Juda tous les malheurs que je leur ai annoncés et qu’ils ont refusé d’entendre. Jérémie dicta donc tout ce qui était sur le parchemin brûlé et y ajouta encore beaucoup d’autres paroles (Jérémie 36.26-32).

Yehoyaqim a signé son arrêt de mort et subira un grand déshonneur, sans parler du châtiment outre-tombe. Nous arrivons au chapitre 37 qui est chronologiquement un peu antérieur au chapitre 21.

Sédécias (597-586) fut établi roi par Nabuchodonosor. Bien que personne en Juda n’obéissait aux paroles de l’Éternel, Sédécias envoya plusieurs personnes auprès de Jérémie pour lui dire : veuille intercéder pour nous auprès de l’Éternel notre Dieu. Jérémie était encore libre (Jérémie 37.1-4 ; cp Jérémie 22.1-4).

mai 24 2024

Émission du jour | Galates 1.1

Commentaires bibliques audios & textes

Nos partenaires