Les études

17 février 2023

24 – La septième trompette (Apocalypse 11.14-12.2)

Jean précise que ce sont des hommes qui ont été tués, ce qui suggère que c’est le quartier des dirigeants politiques qui s’est effondré. Mais à quelque chose le malheur est bon puisque ces événements dramatiques suscitent enfin le repentir des survivants juifs (Romains 9.27).

Le deuxième malheur est passé ; voici, le troisième malheur vient rapidement (Apocalypse 11.14).

Les châtiments provoqués par la sonnerie de la 7e trompette sont décrits à partir du chapitre 16. Elle déclenche les sept coupes de la colère de Dieu qui auront lieu la dernière année des 7 ans de Tribulation et conduiront à l’instauration du Millénium, le point d’orgue de l’histoire de la rédemption. Les chapitres 12 et 13 reprennent les événements qui ont eu lieu jusqu’à la sonnerie de la 7e trompette, mais au travers de six personnages : une femme, un dragon, un garçon, l’archange Michel, la bête qui monte de la mer et la bête qui monte de la terre. Les chapitres 14 et 15 font de même, mais selon la perspective céleste.

Le septième ange sonna de la trompette et des voix fortes retentirent dans le ciel disant : le royaume du monde est passé aux mains de notre Seigneur et de son Christ. Il régnera éternellement. Et les vingt-quatre vieillards qui siègent devant Dieu sur leurs trônes se prosternèrent la face contre terre et adorèrent Dieu en disant : Seigneur Dieu tout-puissant qui es et qui étais, nous te disons notre reconnaissance car par ton immense puissance tu es entré dans ton règne (Apocalypse 11.15-17 ; cp Psaume 2 ; Ésaïe 2.2-3 ; Daniel 2.44 ; 7.13-14, 18, 22, 27 ; Luc 1.31-33).

Les effets sur terre de la 7e trompette sont décrits plus loin. Mais au ciel on se réjouit déjà car on considère que le Millénium est établi. Alors que précédemment, les fidèles disaient au Seigneur : « Tu es digne de recevoir la gloire » (Apocalypse 4.11), maintenant ils le louent et se prosternent une quatrième fois (5.8, 14 ; 7.11 cp 19.4) parce qu’il est entré dans son règne. En effet, trois fois il a été dit que le Seigneur est « celui qui était, qui est et qui vient » (Apocalypse 1.4, 8 ; 4.8), mais ici il est seulement « celui qui est et qui était ». Il ne vient plus car il est enfin entré dans son règne. En tant que champion de l’homme, Jésus reprend à Satan le titre de propriété du monde, qu’il a légalement acquis en rachetant l’homme sur la croix.

Les nations furieuses se sont soulevées (Psaume 2.1-2), mais l’heure est venue de manifester ta colère, de juger les morts et de récompenser tes serviteurs les prophètes, tous ceux qui t’appartiennent, ceux qui te révèrent, petits et grands. L’heure est aussi venue de détruire les pécheurs car ils corrompent la terre (Apocalypse 11.18).

Ce chant anticipe la victoire finale qui se soldera par la destruction des nations corrompues et impénitentes à la bataille d’Armageddon (Apocalypse 19.2), le jugement du grand trône blanc des impies (Apocalypse 20.11), et des récompenses attribuées aux fidèles (Apocalypse 20.4 ; 22.12 ; 2Corinthiens 5.10).

Alors le temple de Dieu qui est au ciel s’ouvrit, et je vis le coffre de l’alliance. Il y eut des éclairs, des voix, des coups de tonnerre, un tremblement de terre et une forte grêle (Apocalypse 11.19 ; cp Apocalypse 4.5 ; 8.5 ; Hébreux 9.24).

Pour conclure le concert de louanges des 24 anciens, Dieu ouvre le Lieu très saint et révèle le coffre sacré céleste, symbole de la Nouvelle Alliance et sur lequel Jésus a offert son sang (Hébreux 9.11-12). Puis du trône céleste, siège de sa gloire et de sa sainteté, Dieu manifeste sa puissance. Avec le jugement des coupes, il anéantira toute opposition et installera Jésus-Christ, le Roi des rois, qui reprendra le gouvernement de la terre à Satan l’usurpateur.

Je vis un signe grandiose dans le ciel : c’était une femme enveloppée de soleil. La lune était sous ses pieds et elle portait sur la tête une couronne de douze étoiles (Apocalypse 12.1 ; cp Genèse 37.9-10 ; Ésaïe 60.1-3, 20).

C’est ici le premier de sept signes dont Jean va nous parler. Cette femme entourée d’astres resplendit de lumière de la tête aux pieds, parce qu’elle représente Israël, épouse de l’Éternel (Ésaïe 54.5 ; Jérémie 3.8 ; 31.32 ; Ézéchiel 16.32 ; Osée 2.19-20). Les étoiles sont les douze fils de Jacob.

La femme était enceinte et ses douleurs la faisaient crier car elle était sur le point d’accoucher (Apocalypse 12.2).

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires