Les études

01 juillet 2022

#20 Message de l’Éternel à Son peuple (Jérémie 23.23-25.15)

L’Éternel est furieux contre les faux prophètes qu’il rend responsable de la mauvaise conduite du peuple et donc du malheur qui va le frapper, surtout que la colère de Dieu ne cessera pas avant la fin de l’exil.

Ne suis-je pas autant un Dieu de loin qu’un Dieu de près, demande l’Éternel ? Quelqu’un pourrait-il se cacher à ma vue ? Est-ce que je ne remplis pas le ciel et la terre ? (Jérémie 23.23-24 ; 1Rois 8.27).

Dieu est tout près de nous et infiniment au-dessus de nous. Le vrai Dieu est aussi éloigné du paganisme qui l’enferme dans la nature, que du déisme qui le sépare de sa création.

J’ai entendu les mensonges des prophètes qui disent : j’ai eu un songe ! Jusques à quand vont-ils agir ainsi ? Veulent-ils que mon peuple oublie mon nom, comme leurs ancêtres qui m’ont remplacé par Baal ?  Que le prophète qui a réellement une révélation la communique en vérité ! Que vient faire la paille au milieu du froment ? demande l’Éternel. Ma parole n’est-elle pas comme un feu et un marteau qui brise le roc ? (Jérémie 23.25-29 ; cp Matthieu 13.24-43).

Contrairement aux délires des faux prophètes, la parole du prophète authentique est puissante et s’accomplit. Mais le vrai et le faux se côtoient comme dans la parabole de l’ivraie et du bon grain.

Je vais m’en prendre à ces prophètes que je n’ai pas mandatés, qui égarent mon peuple avec leurs balivernes et qui proclament : “ L’Éternel le déclare ! ”. Et si quelqu’un te demande : “ de quel message es-tu chargé ? ” tu répondras : La charge c’est vous, et je vais m’en délester, dit l’Éternel. Et si quelqu’un déclare : “ Voici le message dont l’Éternel me charge”, je le punirai ainsi que sa famille. Voici ce que vous devez dire : “Qu’a déclaré l’Éternel ? ” Vous ne devez plus tordre les paroles du Dieu vivant, le Seigneur des armées célestes, sinon je vous oublierai totalement et vous rejetterai loin de moi, vous et la ville que je vous ai donnée, et je vous couvrirai d’un opprobre éternel qu’on n’oubliera jamais (Jérémie 23.30-40).

On ne se moque pas impunément de Dieu ; chaque insolence est une sentence contre soi-même.

Après que Nabuchodonosor ait déporté le roi Yehoyakin, les chefs, et les artisans, l’Éternel me donna une vision de deux paniers de figues placés devant le Temple. L’un contenait d’excellentes figues de la première récolte, et l’autre, de très mauvaises figues non comestibles. Voici ce que dit l’Éternel, le Dieu d’Israël : les bonnes figues sont les exilés. Je leur ferai du bien et je les ramènerai dans leur pays que je reconstruirai, et je les replanterai pour ne plus les arracher. Je disposerai leur cœur à me connaître ; ils seront mon peuple et je serai leur Dieu, car ils reviendront à moi de tout leur cœur (Jérémie 24.1-7 ; cp Jérémie 29.5-7,10).

Les premiers exilés seront l’objet de la grâce de Dieu et reviendront de captivité. D’ailleurs ils furent plutôt traités en colons qu’en esclaves. Le retour d’exil est considéré comme un prélude à l’ère messianique, au début duquel, les Israélites se convertiront en masse à Jésus-Christ.

Mais l’Éternel dit : je traiterai comme de mauvaises figues Sédécias, roi de Juda, ses chefs, ceux qui restent dans ce pays et ceux qui se sont réfugiés en Égypte. Je ferai en sorte qu’ils soient malheureux et un objet de malédiction partout où je les disperserai. J’enverrai contre eux l’épée, la famine et la peste, jusqu’à ce qu’ils aient disparu (Jérémie 24.8-10 ; cp Deutéronome 28.37).

Les Israélites laissés en Juda se croient mieux lotis que leurs frères exilés, mais ils se bercent d’illusions car le châtiment de Dieu commence généralement par les siens, et ceux qui peuvent encore se repentir. Mais quand le jugement frappe les impies, ils sont irrévocablement décimés.

Voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes : Puisque vous n’avez pas écouté mes paroles, je vais faire venir les peuples du nord, et Nabuchodonosor, qui servira mes desseins. Ils attaqueront ce pays et toutes les nations qui l’entourent, et je les dévasterai. Je ferai disparaître toute réjouissance, les voix joyeuses des fiancés, le bruit de la meule et la lumière de la lampe. Le pays sera en ruines et toutes les nations seront assujetties au roi de Babylone pendant soixante-dix ans (Jérémie 25.1-11).

Nous sommes en 605 av. J-C. Jérémie exerce son ministère depuis 23 ans ; Babylone écrase l’armée égyptienne, assiège et pénètre dans Jérusalem mais ne la détruit pas. Il pille le trésor du temple et impose un tribut au roi Yehoyakim. C’est le début des 70 années d’exil. Nabuchodonosor est l’instrument choisi par Dieu pour mettre fin au royaume de Juda, à sa prospérité et à tout signe de vie joyeuse.

Au bout de ces soixante-dix ans, je demanderai au roi de Babylone de rendre compte de ses crimes, dit l’Éternel, Je punirai les Chaldéens et je ferai de leur pays un désert. Des nations nombreuses l’assujettiront, et je leur ferai payer leurs méchantes actions (Jérémie 25.12-14).

A cause de ses visées impérialistes et de sa cruauté, Babylone sera conquise par les Perses (en 538).

Car voici ce qu’a déclaré l’Éternel, le Dieu d’Israël : Prends de ma main la coupe du vin de la colère et fais la boire à toutes les nations vers lesquelles je t’enverrai (Jérémie 25.15 ; cp Jérémie 36-51).

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires