Les études

20 juin 2022

#20 Grosses épreuves dans la famille de David (2 Samuel 12.26-14.11)

Pendant que Dieu règle ses comptes avec David…

« Joab s’empare de la partie basse de Rabba, capitale des Ammonites. David rassemble alors toute l’armée, donne l’assaut final, capture la ville haute et emporte un immense butin. Quant aux défenseurs, il les fait passer sous des scies et des herses. C’est ainsi qu’il fit pour toutes les villes fortifiées » (2Samuel 12.26-31).

Œil pour œil et dent pour dent. Ce supplice cruel rend la pareille aux Ammonites qui traitaient ainsi les peuples vaincus.

Je commence le chapitre 13.

« Absalom, fils de David, avait une sœur très belle qui se nomme Tamar. Amnôn, un autre fils de David, conçoit une violente passion pour elle au point d’en être déprimé car il lui semble impossible de l’approcher » (2Samuel 13.1-2).

Tamar et Absalom sont du même lit tandis que Amnôn, premier-né de David, est un demi-frère. Les filles du roi et les dames de cour vivent séparées des hommes.

« Mais il avait un cousin et conseiller très astucieux à qui il se confie, et qui lui dit : fais comme si tu étais malade et quand ton père viendra te voir, dis-lui : “ Permets à ma sœur Tamar de venir me faire à manger ” David fait dire à Tamar : Va chez ton frère et prépare-lui son repas. Tamar se rend chez Amnôn qui est couché. Elle confectionne des galettes et les lui sert dans sa chambre. Au moment où elle les lui apporte, il l’empoigne et dit : couche avec moi, ma sœur ! Mais elle s’écrie : Non, mon frère, ne me fais pas violence ! Ne commets pas une telle infamie ! Parle au roi, il ne refusera pas de me donner à toi. Mais il ne veut rien entendre et la viole » (2Samuel 13.8-14).

Le péché de David : impudicité et violence, passe du père au fils. Le résultat est que normalement, Amnôn ne peut plus prétendre au trône, et selon la Loi, il devrait être lapidé.

« Après cela, Amnôn éprouve une forte aversion pour Tamar et dit : Lève-toi, va-t’en ! Non, en me chassant, tu me fais encore davantage de mal. Mais il ne veut pas l’écouter, appelle un domestique et lui ordonne : Débarrasse-moi de cette fille ! » (2Samuel 13.15-18).

Amnôn éprouve de la honte et du remords. En chassant Tamar, il laisse supposer qu’elle est tout autant coupable que lui, une tache indélébile qu’elle portera toute sa vie.

« Tamar répand de la cendre sur sa tête, déchire sa longue robe de jeune fille et pousse des cris. Son frère Absalom lui dit : Ma sœur, n’en parle pas, c’est ton frère ! Dès lors, accablée de honte, Tamar demeure dans la maison d’Absalom » (2Samuel 13.19-20).

Absalom ne veut pas de scandale, ni que sa sœur cherche à se venger car il va s’en charger.

« Apprenant ce qui s’était passé, David est furieux. Absalom ne parlait plus à Amnôn car il le haïssait à cause du viol de sa sœur. Deux ans plus tard, Absalom invite tous les fils du roi à la fête de la tonte de ses moutons. Il invite aussi son père et ses hauts fonctionnaires. David refuse mais lui donne sa bénédiction. Absalom dit alors : permets que mon frère Amnôn vienne aussi. Comme il insiste, David accepte » (2Samuel 13.21-27).

Paralysé par son propre péché, David ne peut pas punir le crime d’Amnôn. Bien qu’Absalom ait contenu sa haine pendant deux ans, la suspicion règne, au point où tout d’abord David ne veut pas qu’Amnôn, l’héritier du trône, prenne un quelconque risque, mais il finit par céder.

« Absalom ordonne à ses serviteurs : Quand Amnôn sera égayé par le vin, je vous dirai : “ Frappez Amnôn ! ” Alors tuez le. Ils obéirent et tuèrent Amnôn » (2Samuel 13.28).

Comme son père, Absalom utilise ceux qui sont à son service pour un assassinat en règle.

« Aussitôt, les autres fils du roi s’enfuient. La nouvelle parvient alors à David qu’Absalom a tué tous les fils du roi. Il se lève, déchire ses vêtements et s’étend sur le sol. Mais le frère de David dit : seul Amnôn est mort. Depuis qu’il a violé Tamar, Absalom voulait le tuer. Sur ces entrefaites, les fils de David arrivent en criant et pleurant. Alors le roi et sa cour se répandent en lamentations. Entre-temps, Absalom se réfugie chez son grand-père, le roi de Guechour où il demeure trois ans, et David renonce à le poursuivre » (2Samuel 13.29-39).

Selon la loi de Moïse, Absalom doit être mis à mort, alors pour sauver sa peau, il prend le large. Je commence le chapitre 14.

« Constatant que le roi est bien disposé envers Absalom, Joab fait venir une femme habile à qui il dit : Fais semblant d’être en deuil, présente-toi au roi et tu lui répéteras ce que je vais te dire. Elle y alla, s’inclina face contre terre et s’écria : Viens à mon secours, ô roi ! Mon mari est mort et j’avais deux fils. Mais ils se sont disputés et l’un a tué l’autre. Ma famille a pris parti contre moi et me dit : “ Livre le meurtrier et nous le mettrons à mort “. Mais ils feront disparaître ma dernière lueur d’espoir ainsi que le nom de mon mari. David répond : il ne tombera pas à terre un cheveu de ton fils ! » (2Samuel 14.1-11).

David est attaché à Absalom mais il hésite à le faire revenir à cause de l’opinion publique. Joab veut devenir l’ami d’Absalom qui malgré sa tâche sera peut-être roi.

nov. 30 2022

Émission du jour | Luc 4.3-13

La tentation de Jésus

Nos partenaires