Les études

06 juillet 2022

#02 Plaintes et questions (Habaquq 1.7-2.1)

L’Éternel demande à son prophète et aux fidèles de son peuple de considérer toutes les nations, puis annonce celle qui exécutera sa sentence. Les Chaldéens décrètent eux-mêmes ce qui est juste à leurs yeux. Ils ne s’inquiètent ni de la légitimité de leurs actes, ni du droit d’autrui, mais imposent leur volonté et se glorifient de leur puissance militaire. Cette prophétie surprend parce qu’elle a été émise, alors que les Chaldéens qui habitent la Babylonie, sont soumis aux Assyriens.

Au moment du châtiment qui dépassera le pire imaginable, Les Israélites verront que Dieu n’a pas oublié le mal qu’ils ont commis. Certes, l’ensemble du peuple souffrira, mais à cette époque, une fois la ville prise, les conquérants laissent les petites gens cultiver la terre pour éviter que le pays tombe en friche, tandis que les classes dirigeantes sont exécutées ou exilées. L’apôtre Paul applique le verset 5 aux Juifs qui rejettent Jésus et il s’est accompli, car tout comme les Chaldéens, les Romains ont détruit Jérusalem.

Ses chevaux sont plus agiles que des léopards et les loups du soir. Ses cavaliers chevauchent avec fierté. Ils arrivent de loin et fondent sur vous comme l’aigle sur sa proie (Habaquq 1.8 ; cp Deutéronome 28.49 ; Esaïe 39.3 ; Jérémie 5.6 ; 48.40 ; 49.22 ; Lamentations 4.19 ; So 3.3).

Alors que les Assyriens sont du genre rouleau compresseur, les Chaldéens utilisaient les chars de guerre et la cavalerie pour encercler leurs ennemis. Ils sont comparés à deux prédateurs agiles et très efficaces. En un juste retour des choses, les classes dirigeantes de Juda, qui se sont comportées comme des loups envers les petites gens du royaume, seront déchiquetés à leur tour par les Chaldéens.

Les voilà qui arrivent pour piller. Ils regardent droit devant eux d’un air avide. Les prisonniers amassés sont nombreux comme les grains de sable. Partout, ils méprisent les rois, les princes et leurs forteresses car ils élèvent contre elles des terrasses de siège et s’en emparent. Leur ardeur redouble, mais ils dépassent les limites et se rendent coupables de crimes, car leur force est leur dieu (Habaquq 1.9-11 ; cp 2Rois 25.1, 7).

Les survivants sont faits prisonniers puis triés. Les responsables du peuple sont donnés en spectacle et subissent des traitements cruels et humiliants. Cependant, les Chaldéens outrepassent leur mission de châtiment, ce qui veut dire que, comme les Assyriens, ils seront punis à leur tour, non seulement à cause de leur cruauté mais aussi parce qu’ils se glorifient de leurs succès militaires qu’ils attribuent à leurs idoles.

N’es-tu pas depuis l’origine, ô Éternel ? Tu es mon Dieu, mon Saint, nous ne mourrons pas. O Éternel, toi mon rocher, tu as établi les Chaldéens pour qu’ils soient l’instrument de ton jugement (Habaquq 1.12 ; cp Jérémie 46.28 ; Psaume 18.3 ; 31.4).

Habaquq s’accroche à son Dieu qui est son rocher et, au nom du petit reste pieux israélite, il fait appel à la miséricorde de Dieu. Il sait que le châtiment et l’exil ne signifient pas la fin de Juda, car il sera rétabli dans son pays. L’Éternel est celui qui est de toute éternité et qui a conclu une alliance avec Israël.

Tes yeux sont bien trop purs pour accepter le mal et tu ne peux supporter l’injustice. Alors pourquoi laisses-tu agir les impies et gardes-tu le silence quand le méchant dévore un plus juste que lui ? (Habaquq 1.13 ; cp Psaume 5.5-6 ; 50.16-22).

Habaquq sait très bien que dans sa sainteté et parce qu’il est juste, l’Éternel ne peut pas accepter l’iniquité et doit donc punir les coupables. Son silence ne signifie pas son approbation. Mais alors comment l’Éternel peut-il utiliser les Chaldéens, qui sont impies et cruels pour juger son peuple ? Et comment peut-il accepter que les fidèles en Israël souffriront tout autant que les impies ?

Tu traites donc les humains comme des poissons ou comme le reptile qui n’a pas de maître ! Le Chaldéen les prend tous à l’hameçon, il les drague dans son filet, les entasse dans sa nasse et se réjouira grandement. Puis le Chaldéen offre à son filet des sacrifices, il brûle de l’encens en l’honneur de sa nasse, car il obtient par eux une pêche abondante et des repas plantureux. Continuera-t-il donc à vider son filet et à massacrer d’autres nations sans aucune retenue ? (Habaquq 1.14-17; cp Ésaïe 10.12-14).

Aucun prédateur ne rend compte de ses actions ; il dévore sans scrupule et sans jugement. Est-ce que Dieu va permettre aux Chaldéens de continuer leur pêche cruelle, à vider leur filet afin de le remplir à nouveau, c’est à dire à poursuivre indéfiniment leur carrière de conquêtes et de rapines ? Une fois livrée aux Chaldéens, Juda sera une proie, et donc reléguée aux derniers rangs du monde animal, tandis que son ennemi, imbu de lui-même, glorifiera sa puissance militaire. Voilà pourquoi Habaquq trouve le châtiment de Dieu contraire à sa justice.

Je me tiendrai à mon poste de garde comme le guetteur sur le fort. Je serai attentif jusqu’à ce que l’Éternel me parle et que j’aurai répondu concernant ma plainte (Habaquq 2.1).

févr. 06 2023

Émission du jour | Jean 3.1-13

Jésus et Nicodème : la nouvelle naissance

Nos partenaires