Les études

06 juillet 2022

#03 Le juste vivra par la foi (Habaquq 2.2-17)

Habaquq veut savoir quand les Chaldéens seront mis hors d’état de nuire. Il s’est rendu dans un endroit à l’écart du tumulte et des préoccupations quotidiennes, où il est entré dans un état de transe prophétique et attend la réponse de l’Éternel.

L’Éternel répondit : Écris cette révélation, et grave-la sur les tablettes, écris-la clairement afin qu’on puisse la lire facilement. Car la révélation attend son accomplissement au temps fixé ; elle parle de la fin des temps et n’est pas mensongère. Si elle tarde, attends-la, car elle arrivera et s’accomplira (Habaquq 2.2-3 ; cp Daniel 8.17, 19 ; 11.27, 35 ; Hébreux 10.37).

Cette prophétie doit être soigneusement gravée sur des tablettes d’argile pour la postérité car elle ne va pas s’accomplir immédiatement. Quand les Chaldéens envahiront Juda, les Israélites fidèles et pieux seront encouragés de savoir que les temps difficiles qu’ils traversent prendront fin. En fait, cette prophétie a deux accomplissements. Le premier est la ruine de Babylone et le second sera la destruction par le Messie de la Babylone mis en place par l’Antichrist. D’ailleurs, l’ancienne version grecque remplace le mot révélation par « celui qui doit venir » et l’auteur de l’épître aux Hébreux l’applique au Messie.

Le Chaldéen est enflé d’orgueil, son cœur n’est pas droit, mais le juste vivra par la foi (Habaquq 2.4 ; cp Psaume 91.1-7 ; Romains 1.17 ; Galates 3.11).

La foi rend le pécheur juste ce qui lui donne la vie. L’apôtre Paul écrit deux fois : « le juste vivra par la foi », pour enseigner la justification par la foi en Jésus-Christ. Cette parole décrit deux Israélites : l’un abandonne la voie droite et suit les penchants de son cœur. L’autre, au contraire, trouve son assurance dans la Parole de Dieu, s’attend à lui, et sera récompensé en gardant la vie quand les Chaldéens envahiront Jérusalem.

Pareil à celui qui est trahi par l’alcool, l’homme hautain n’est pas satisfait. Il ouvre une bouche aussi large que le séjour des morts, et il est insatiable comme la mort, car il ajoute à ses conquêtes nation après nation pour dominer sur elles (Habaquq 2.5 ; cp Proverbes 20.1 ; 23.31-32 ; 30.15-16 ; Ésaïe 5.11-15; Daniel 5).

Parce que les Chaldéens avaient une soif insatiable de conquérir de nouvelles nations, ils sont comparés à un homme ivre de vin qui veut encore boire et au séjour des morts qui, tel un monstre, avale les êtres humains et ne dit jamais assez.

Mais le Chaldéen ne sera-t-il pas pour tous ces peuples un sujet de sarcasmes, de railleries et de paroles satiriques ? Malheur à lui car il amasse ce qui ne lui appartient pas et accumule un lourd fardeau de dettes ! Jusques à quand cela va-t-il durer ? (Habaquq 2.6; cp Ésaïe 3.11; 10.5; Jerémie 17.11).

Une fois Babylone conquise, les nations qu’elle a piétinées et pillées se moqueront d’elle, mais de guerres lasses, elles demandent : mais quand donc viendra son châtiment ? (cp Psaume 6.4 ; 90.13). Habaquq prononce ici le premier des cinq « Malheur au Chaldéen ».

Ceux qui te mordront vont soudainement se lever. Tes bourreaux vont se réveiller et tu deviendras leur proie ! Toi qui as dépouillé de nombreuses nations, tu seras dépouillée par les peuples qui restent pour avoir répandu le sang, commis des actes de violence contre les pays, les villes et leurs habitants (Habaquq 2.7-8 ; cp Esaïe 14.4 ; 43.14 ; Jérémie 51.2-4, 11).

La coalition qui détruira Babylone surgira et lui fera subir le même sort que les nations qu’elle a conquises.

Malheur à qui amasse un gain illicite pour sa maison et cherche ainsi à établir son nid sur les hauteurs pour le mettre à l’abri du malheur. Tu as préparé la honte de ton royaume. En détruisant de nombreux peuples, tu t’es fait du tort à toi-même. (Habaquq 2.9-10 ; cp Proverbes 8.30 ; 22.13 ; Abdias 1.4).

Pour assurer sa domination, Babylone a écrasé les nations. Mais elle a aussi semé la graine de la vengeance et ainsi préparé sa ruine. En créant un empire à sa gloire, elle a construit un mausolée à sa honte.

Car la pierre criera de la muraille, et de la charpente, la poutre lui répondra Malheur à qui bâtit une ville en répandant le sang et par l’injustice ! (Habaquq 2.11-12 ; cp Jérémie 49.16).

Même les matériaux des constructions grandioses, réalisées avec les richesses pillées, et avec le sang des captifs condamnés aux travaux forcés, témoigneront de la cruauté des Chaldéens.

C’est Le Seigneur des armées célestes, qui fait en sorte que les peuples se fatiguent pour rien et le fruit de leur travail parte en fumée. Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l’Éternel comme les eaux recouvrent le fond des mers (Habaquq 2.13-14 ; cp Psaume 72.19 ; Esaïe 6.3 ; 11.9 ; Jérémie 51.58 ; Daniel 2.44).

Tous les efforts fournis par les architectes et chefs de corvées, tous les travaux effectués par les esclaves à la gloire de Babylone, furent vains, car ils ont nourri un gigantesque brasier à la gloire de Dieu.

Malheur à toi qui forces ton voisin à boire afin de l’enivrer pour contempler sa nudité. Toi aussi, tu seras rassasié d’infamie au lieu de gloire. Toi aussi, tu boiras la coupe de colère de la main droite de l’Éternel et tu seras mise à nue, et l’ignominie souillera ta gloire (Habaquq 2.15-16).

Ces métaphores décrivent la cruauté de Babylone envers les nations vaincues et humiliées, et son propre avilissement qui sera un châtiment de l’Éternel.

Tu subiras la violence que tu as exercée contre la forêt du Liban. Les massacres d’animaux retomberont sur toi, car tu as répandu le sang des hommes, tu as détruit des pays, les villes et leurs habitants (Habaquq 2.17 ; cp Esaïe 14.8).

févr. 06 2023

Émission du jour | Jean 3.1-13

Jésus et Nicodème : la nouvelle naissance

Nos partenaires