Les études

06 juillet 2022

#01 Introduction – Jusqu’à quand ??? (Habaquq 1.1-7)

Habaquq, dont le nom signifie « qui embrasse » est de la tribu de Lévi et se dit prophète. Il nous donne deux informations qui permettent de situer son ministère. Il écrit, d’une part, que les Chaldéens seront la prochaine puissance du Moyen-Orient (1.5-6), et d’autre part, il se plaint de l’injustice sociale et des actes de violence en Juda, et pourtant le temple fonctionne à plein régime (3.19). Le ministère d’Habaquq a donc dû avoir lieu sous le règne d’un roi assyrien Assourbanipal (?) 669-626), et à la fin du règne de Manassé sur Juda (697-642). Après avoir été exilé par les Assyriens et s’être sincèrement repenti (2Chroniques 33.11 et suivants), Dieu rétablit Manassé sur son trône. Dès son retour, il se défait des idoles et réhabilite le culte de l’Éternel. Mais il est trop tard pour que ses réformes religieuses améliorent la déchéance morale du peuple (1.2-4).

Au niveau du texte, son caractère archaïque, l’originalité du style et de la pensée, le place dans l’âge d’or de la littérature hébraïque, tout comme Ésaïe, le plus grand écrivain de cette époque. Parmi les livres prophétiques, Habaquq est unique. En effet, contrairement aux autres prophètes qui parlent aux Israélites, Habaquq s’adresse presque exclusivement à l’Éternel ou aux Chaldéens. Le livre débute par un dialogue avec l’Éternel ; dans une supplication, Habaquq demande à Dieu pourquoi il n’intervient pas contre les impies responsables de l’injustice sociale qui règne dans Juda. L’Éternel lui dit alors que sous peu, il punira Juda par le biais des Chaldéens, puis il jugera ces derniers à cause de leur idolâtrie et de leur cruauté. Cette réponse nous rappelle que c’est Dieu qui fait l’histoire ; il permet à un empire tyrannique d’exercer sa domination pendant un temps, puis il l’efface de la carte du monde. Les réponses de l’Éternel à Habaquq suscitent d’autres questions de sa part, mais Dieu ne répond pas à toutes et ne justifie pas sa façon d’agi. Cependant, il lui révèle son objectif et cette réponse permet au prophète de continuer à espérer. Au sein de sa détresse mentale, Habaquq reste droit et juste dans toute son attitude. Il considère froidement les faits qui lui paraissent contraires au caractère de Dieu, lui exprime ce qui le tourmente, puis attend sa réponse, tout en lui demeurant confiant et soumis. Sa foi lui permet de garder la tête froide et les pieds sur terre, mais il est véritablement préoccupé par la corruption et l’injustice de la société dans laquelle il vit.

Comme les Psaumes, le livre d’Habaquq enseigne la vraie piété ; il nous fait pénétrer dans l’intimité de la vie du prophète, qui ne craint pas de dire à l’Éternel tout ce qu’il a sur le cœur sans passer par des rites creux et la liturgie vide qui ne sont que de petits actes minables destinés à se donner bonne conscience. Le cœur de l’enseignement du livre d’Habaquq est l’appel que l’Éternel adresse à son prophète à tenir bon dans l’adversité et à lui rester fidèlement attaché en gardant confiance en lui (2.3-4). En ce qui nous concerne, l’enseignement des Écritures sur la nature de Dieu, son œuvre de salut et l’espérance qui nous est réservée dans les cieux doit nous aider à persévérer dans la foi et la fidélité à Dieu.

Oracle révélé à Habaquq le prophète. Jusques à quand, ô Éternel, devrais-je t’implorer au sujet de la violence sans que tu entendes mon cri ? (Habaquq 1.1-2).

Les premières paroles de cette introduction formelle montrent qu’Habaquq exerce la fonction officielle de prophète en Juda. Il débute ses oracles sur les chapeaux de roues, sans détour et brusquement. Il entre directement dans le vif du sujet avec ce qui le perturbe. Il éprouve une angoisse existentielle à cause du mal qui sévit dans le royaume de Juda car, pour lui, c’est une anomalie qu’il n’arrive pas à comprendre. Voilà pourquoi il vient se plaindre à l’Éternel et lui demande ce qu’il attend pour agir.

Pourquoi permets-tu de telles injustices et restes-tu indifférent à nos malheurs ? Je ne vois que désolation et violence, querelles et conflits. Voilà pourquoi, il n’y a plus de respect pour la loi et la justice. Les méchants empêchent les justes d’agir et les jugements rendus sont corrompus (Habaquq 1.3-4 ; cp Ecclésiaste 8.11 ; Jérémie 6.7 ; 20.8 ; Ezéchiel 45.9 ; Amos 3.10).

Pour Habaquq, l’apparente indifférence du Dieu saint devant le mal est incompréhensible. En Juda règne la loi de la jungle. Bien sûr, ce sont surtout les classes supérieures qui pervertissent la justice et pratiquent la rapine ; les plus forts écrasent les petits, les impies prospèrent par leur méchanceté et Dieu laisse faire. Le problème du mal se pose encore et toujours en ce bas monde. Mais seuls ceux qui croient en un Dieu bon, saint et juste, essaient de comprendre les expériences de la vie qui contredisent leur foi.

Observez bien les nations païennes ! Vous serez stupéfaits, car je vais accomplir en votre temps une œuvre que vous ne croiriez pas si on vous la révélait. Je vais susciter les Chaldéens, peuple rude et impétueux, qui s’avance sur de vastes étendues pour s’emparer de territoires qui ne leur appartiennent pas. Ce peuple est terrible et redoutable. Il est lui-même le droit et la grandeur (Habaquq 1.5-7 ; cp Amos 3.7 ; Actes 13.41).

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires