Les études

20 juin 2022

#18 Le fils de Jonathan accueilli par David – Les guerres continuent. (2 Samuel 8.16-11.11)

La fin du chapitre 8 du second livre de Samuel, donne une petite liste des hauts fonctionnaires de David parce que les nouvelles acquisitions territoriales d’Israël nécessitent une administration importante.

Je commence le chapitre 9.

« David leur demande : Reste-t-il quelqu’un de la famille de Saül pour que je lui témoigne de la bonté par amitié pour Jonathan ? On lui amène Tsiba, un serviteur de Saül, qui lui dit : il y a encore un fils de Jonathan. Il est infirme. Alors David l’envoie chercher. Après l’arrivée de Mephibocheth, David lui dit : N’aie pas peur car je veux te traiter avec bonté par amitié pour Jonathan. De plus, je te rends les terres qui appartenaient à Saül, et toi, tu prendras tous tes repas à ma table. Mephibocheth s’incline et dit : Qui suis-je pour que tu t’intéresses à moi car je ne vaux pas plus qu’un chien mort » (2Samuel 9.1-8).

David ignore l’existence de Mephibocheth parce qu’il est né après sa fuite de chez Saül et il habite à l’est du Jourdain. A cette époque, le chien est un animal méprisable, alors un chien mort, je ne vous dis pas. Et en plus, on appelait « chien » les prostitués de sexe masculin.

« Le roi appelle Tsiba et lui dit : Toi et tes fils, vous cultiverez les terres pour Mephibocheth et vous lui apporterez les récoltes. Or Tsiba avait quinze fils et vingt serviteurs. Ainsi le fils de Jonathan mangea à la table royale. Il avait un jeune fils nommé Mika » (2Samuel 9.9-13).

Saül avait d’immenses propriétés et leurs revenus pourvoiront aux besoins du fils de Jonathan et de sa maison.

Je commence le chapitre 10.

« Le roi des Ammonites mourut et Hanoun, son fils, règne à sa place. David dit : “ Je veux être bienveillant envers le jeune roi comme son père l’a été envers moi. ” Il lui envoie donc des hauts fonctionnaires pour lui présenter ses condoléances. Mais quand ils arrivent chez les Ammonites, les fonctionnaires du roi Hanoun lui disent : Ces gens sont venus chez nous pour reconnaître notre capitale avant de l’attaquer. Alors Hanoun leur fait couper la moitié de la barbe et les habits jusqu’au bas du dos puis les renvoie. Quand David l’apprend il leur fait dire : Restez à Jéricho jusqu’à ce que votre barbe ait repoussé » (2Samuel 10.1-5).

On ignore quand cet incident a eu lieu et comment le roi défunt a été bon envers David, mais maintenant c’est la suspicion qui règne. Hanoun couvre de honte et de ridicule l’ambassade de David, une très mauvaise idée.

« Les Ammonites enrôlent alors à leur solde trente trois mille mercenaires de Syrie et des royaumes araméens du nord. Quand David l’apprend, il envoie Joab à la tête de toute l’armée. Les Ammonites se rangent en ordre de bataille à la porte de leur capitale, tandis que les mercenaires sont en rase campagne. Joab et ses meilleurs soldats attaquent les mercenaires tandis que son frère Abichaï affronte les Ammonites. Les mercenaires prennent la fuite et les Ammonites se réfugient dans Rabba » (2Samuel 10.6-14).

Selon un texte parallèle, les soldats de fortune ont coûté 30 tonnes d’argent aux Ammonites qui veulent, avant tout, défendre Rabba, leur capitale, tandis que les mercenaires se déploient à 30 km au sud afin de prendre l’armée d’Israël à revers. Joab est vainqueur puis arrête les hostilités. Le siège de Rabba se fera plus tard.

« Les Syriens rassemblent alors leurs troupes et reçoivent du renfort. David mobilise alors tout Israël, traverse le Jourdain et marche en direction de l’Euphrate. Les Syriens engagent le combat, mais ils sont écrasés et perdent plus de quarante mille hommes ainsi que leur général. Quand les rois vassaux des Syriens apprennent que ces derniers ont été battus, ils font la paix avec David et lui sont assujettis » (2Samuel 10.15-19).

Les Syriens vaincus trouvent la pilule amère et veulent en découdre avec David. Mauvaise idée !

Je commence le chapitre 11.

« Le printemps suivant, David envoie l’armée d’Israël attaquer les Ammonites et faire le siège de Rabba mais David reste à Jérusalem. Un soir, il va se promener sur la terrasse de son palais et il aperçoit une très belle femme qui se baigne. Il demande : qui est-ce ? C’est Bath-Chéba, l’épouse de Urie le Hittite. David la fait chercher, couche avec elle puis la renvoie chez elle. Mais elle se trouve enceinte et le fait dire à David » (2Samuel 11.1-5).

Urie signifie : « l’Éternel est ma lumière ». Lui et le père de Bath-Chéba sont des officiers supérieurs de l’armée d’Israël. David a au moins huit femmes et dix concubines. Il aurait pu toutes les faire venir pour la plus grande partouze du siècle, mais non, il faut qu’il s’envoie la femme du voisin, un de ses soldats les plus dévoués, un comportement inadmissible dans la monarchie israélite car la loi de Moïse restreint les droits du roi.

« Alors David fait venir Urie le Hittite qui se présente à lui. David lui demande des nouvelles du front, puis lui dit : rentre chez toi et repose-toi. Mais Urie se coucha à l’entrée du palais royal avec les gardes. David l’apprend et lui demande : pourquoi n’es-tu pas rentré chez toi ? Parce que le coffre sacré et tous les soldats couchent en rase campagne, et moi, j’irais dans ma maison pour coucher avec ma femme ! Je jure que je ne ferai jamais cela » (2Samuel 11.6-11).

Urie est un pur, un vrai, et il n’est même pas un Hébreux.

nov. 30 2022

Émission du jour | Luc 4.3-13

La tentation de Jésus

Nos partenaires