Les études

16 février 2023

16 – L’ouverture des sceaux (Apocalypse 6.1-10)

Toutes les créatures de l’univers se joignent à l’oratorio pour déclarer la gloire de Dieu et de l’Agneau. Les quatre êtres vivants acquiescent par un retentissant « Amen », et les anciens se prosternent, ce qui clôt la vision. Tout est prêt pour les jugements terribles de la fin des temps prophétisés par divers auteurs (Psaume 2.9 ; Ésaïe 34.2-3 ; Jérémie 30.7 ; Daniel 9.24-27 ; Matthieu 24-25 ; 1Thessaloniciens 5.3). Alors que les chapitres quatre et cinq nous ont permis de voir avec Jean ce qui se passe dans les cieux, à partir du chapitre six, il regarde les événements sur terre et qui sont particulièrement violents parce que le Saint-Esprit ne restreint plus le mal, l’Église non plus car elle a été enlevée, Satan a carte blanche, et Dieu déchaîne les forces de la nature.

Puis je vis l’Agneau ouvrir le premier des sept sceaux et j’entendis l’un des quatre êtres vivants dire d’une voix de tonnerre : viens ! Je vis alors un cheval blanc monté par un cavalier armé d’un arc. Une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre (Apocalypse 6.1-2).

L’ouverture de chaque sceau expose une partie du rouleau qui est immédiatement exécutée. Les quatre premiers sceaux font venir quatre chevaux montés par les quatre cavaliers de l’Apocalypse (Zacharie 6.1-8) qui sont des instruments de jugement. Le premier est l’Antichrist qui va prendre le pouvoir sans faire la guerre car il n’a pas de flèches. Mais son coup d’état est truffé de ruses, fausses promesses, menaces et intimidations (Jérémie 14.13-14 ; 2Thessaloniciens 2.9-11). Il promet un âge d’or et réussit à convaincre le monde qu’il peut tenir son pari. Il devient alors le chef suprême, mais la paix factice qu’il impose ne durera pas. (1Thessaloniciens 5.3).

Quand l’Agneau ouvrit le deuxième sceau, j’entendis le deuxième être vivant dire : viens ! Un autre cheval sortit. Il était rouge et une épée meurtrière fut donnée à son cavalier, qui reçut le pouvoir de bannir la paix partout sur terre pour que les hommes s’entre-tuent (Apocalypse 6.3-4 ; cp Daniel 8.24 ;11.36).

Les trois cavaliers suivants représentent les fléaux (la guerre, la famine, les épidémies) que va déclencher l’Antichrist : l’épée, la famine et les épidémies, des calamités qui ont également ravagé Juda (Jérémie 14.12 ; 21.7). Le second cheval est couleur de sang, et son cavalier porte la même dague que les légionnaires et les assassins. Comme l’Antichrist veut rester le maître du monde, il fait la guerre à tous ceux qui s’opposent à lui, et il est tout d’abord victorieux.

Quand l’Agneau ouvrit le troisième sceau, j’entendis le troisième être vivant dire : viens ! Je vis alors venir un cheval noir et son cavalier qui tenait une balance dans la main, et du milieu des quatre êtres vivants j’entendis une voix dire : un litre de blé ou trois litres d’orge pour le salaire d’un jour de travail, mais ne touche pas à l’huile et au vin ! (Apocalypse 6.5-6).

La couleur du cheval est sinistre car elle correspond à la famine. La balance sert à indiquer une pénurie et le rationnement de la nourriture qui est pesée avec parcimonie. À cause de l’inflation galopante, le salaire crève-la-faim pouvait seulement nourrir un homme. Dieu tempère ses jugements car il ne veut pas que les hommes meurent mais qu’ils se repentent.

Quand l’Agneau ouvrit le quatrième sceau, j’entendis le quatrième être vivant dire : viens ! Je vis alors venir un cheval de couleur cadavérique. Son cavalier s’appelle La Mort et il était suivi du séjour des morts. Sur le quart de la terre, il fut donné à La Mort le pouvoir de faire périr les hommes par l’épée, la famine, la peste et les bêtes féroces (Apocalypse 6.7-8 ; cp Hébreux 10.31).

Nous entrons dans la Grande tribulation, la seconde moitié des sept ans de jugement. La dame à la faux est suivie d’un chariot sans fond (Proverbes 27.20 ; 30.16) qui engrange les victimes. Les morts se retrouvent alors en enfer, l’antichambre de l’étang de feu (Apocalypse 20.14).

Quand l’Agneau ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel, les âmes de ceux qui avaient été mis à mort à cause de leur fidélité à la Parole de Dieu et de leur témoignage (Apocalypse 6.9 ; cp Apocalypse 7.9, 13-15 ; 17.6 ; Matthieu 24.9).

Jean voit des âmes qui ne possèdent pas encore un corps glorifié parce qu’ils sont morts après l’enlèvement de l’Église (1Corinthiens 15.51-55). Ils occupent une place d’honneur sous l’autel du sanctuaire céleste (Hébreux 9.12, 24 ; 10.19), sur lequel Jésus a offert son sang pour nos péchés. Ces martyrs feront partie de la première résurrection (Apocalypse 20.4, 5) avec les croyants de l’Ancienne Alliance, à la fin de la Tribulation, quand Jésus établira son règne de mille ans. Les non-croyants ressusciteront à la fin des mille ans pour être jugés (Apocalypse 20.11-15).

Les martyrs s’écrièrent d’une voix forte : maître saint et véritable, jusqu’à quand tarderas-tu à juger les habitants de la terre et à leur demander compte de notre mort ? (Apocalypse 6.10 ; cp Apocalypse 3.7 ; Psaume 13.2 ; 35.17 ; 73).

avril 17 2024

Émission du jour | Esther 5.3 – 6.6

Intercession d'Esther - Hamon poursuit Mardochée de sa haine

Nos partenaires