Les études

16 février 2023

14 – Qui est digne d’ouvrir le parchemin ? (Apocalypse 4.5-5.4)

Ce grand spectacle son et lumière prépare le jugement de feu que l’Éternel va déverser sur le monde impie. Les sept esprits représentent Dieu qui voit tout et agit par son Esprit.

Devant le trône s’étendait comme une mer de cristal, et au milieu du trône et tout autour se tenaient quatre êtres vivants entièrement couverts d’yeux, devant et derrière (Apocalypse 4.6 ; cp Exode 24.10 ; Ézéchiel 1.22).

Comme de cette dalle de cristal sort le fleuve d’eau vive (Apocalypse 22.1), elle représente la grâce de Dieu. Ésaïe (6.2) et Ézéchiel (1.5-21 ; 10.15) ont eu à peu près la même vision que Jean. Cependant, Ésaïe est le seul à dire que des séraphins entourent le trône en proclamant la sainteté et la gloire de Dieu, alors qu’Ézéchiel parle de chérubins qui portent le trône de Dieu (2Samuel 22.11 ; Psaume 18.10/11) et gardent sa sainteté. Les yeux des chérubins signifient qu’ils possèdent une connaissance et un discernement immenses. La vision de Jean rassemble les caractéristiques des séraphins et des chérubins.

Le premier être vivant ressemblait à un lion, le deuxième à un bovin, le troisième avait le visage pareil à celui d’un homme et le quatrième était semblable à un aigle en plein vol (Apocalypse 4.7).

Les quatre êtres vivants représentent la création animée. Le lion est le roi des animaux, le bovin est au service de l’homme, qui est un être rationnel créé à l’image de Dieu, et l’aigle est le roi des oiseaux car il survole et domine son territoire. Matthieu présente Jésus comme le lion de la tribu de Juda qui reviendra pour régner. Marc le décrit humble serviteur, Luc montre ses limitations humaines, et Jean le décrit comme Dieu fait homme.

Chaque être vivant avait six ailes et était entièrement recouvert d’yeux. Jour et nuit, ils répétaient : Saint, saint, saint le Seigneur, le Dieu tout-puissant, qui était, qui est et qui vient (Apocalypse 4.8 ; cp Apocalypse 1.4, 8).

Ces chérubins proclament les mêmes paroles que les séraphins que mentionne Ésaïe (6.2-3). C’est ici la première de 14 doxologies du livre de l’Apocalypse. La triple répétition de « saint » correspond aux trois personnes de la Trinité.

Et chaque fois que les êtres vivants rendent gloire, honneur et reconnaissance à celui qui siège sur le trône et qui vit éternellement, les vingt-quatre vieillards adorent en se prosternant devant celui qui siège sur le trône et qui vit éternellement. Ils déposent leurs couronnes devant le trône en disant : Tu es digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir gloire, honneur et puissance, car tu as créé tout ce qui existe, l’univers entier doit son existence et sa création à ta volonté (Apocalypse 4.9-11).

Par sa seule volonté Dieu a créé tout ce qui existe. Totalement libre et heureux en lui-même, Dieu n’avait besoin d’aucune créature, mais il les a créées pour partager avec elles sa félicité.

Par leur comportement les 24 anciens déclarent que leur position et leurs couronnes sont des dons de la grâce de Dieu et qu’elles lui appartiennent.

L’adoration est l’activité première des habitants du ciel. D’ailleurs, l’oratorio ne va pas cesser d’augmenter. Les quatre êtres vivants sont joints par les 24 anciens qui continuent à se prosterner (Apocalypse 5.8, 14 ; 7.11 ; 11.16 ; 19.4). Puis des myriades d’anges se joignent à eux (Apocalypse 5.11), et un jour, toutes les créatures de l’univers adoreront Dieu (Apocalypse 5.13). Ici, il est loué en tant que Créateur et dans le chapitre suivant en tant que rédempteur de l’homme. Cet oratorio de louanges sert de préambule au jugement du monde et de Satan.

Alors je vis dans la main droite de celui qui siégeait sur le trône un parchemin scellé de sept sceaux, écrit à l’intérieur et à l’extérieur (Apocalypse 5 :1 ; cp Ézéchiel 2.9-10).

Ce parchemin est sans doute le titre de propriété de la terre usurpé par Satan, mais que Jésus en tant que champion de l’homme va récupérer par la force. Il est divisé en sept parties et chacune est scellée. Une fois le premier sceau rompu, le parchemin est déroulé jusqu’au second sceau, et ainsi de suite. L’ouverture de ces sceaux déclenchera les châtiments qui permettront au Seigneur de reprendre la terre qui avait été donnée à Adam mais que Satan a usurpée.

Je vis aussi un ange puissant qui demandait d’une voix forte : qui est digne de dérouler le parchemin et d’en rompre les sceaux ? (Apocalypse 5.2).

Dans l’Apocalypse, on entend vingt fois une voix forte. Cet ange (Apocalypse 10.1 ; 18.21) n’est pas nommé mais sa voix puissante demande qui dans l’univers a le droit d’ouvrir le parchemin.

Mais personne, ni au ciel, ni sur la terre, ni dans le Shéol, n’était qualifié pour ouvrir le parchemin et le lire, ce qui me fit pleurer abondamment (Apocalypse 5.3-4).

mai 28 2024

Émission du jour | Galates 1.11-24

Témoignage de Paul - Son apostolat

Nos partenaires