Les études

06 juillet 2022

#13 Les fautes d’Israël (Osée 12.11-13.12)

Les Cabanes ou Tabernacles commémorent la période de pérégrination des Hébreux dans le désert. Célébrée sous des tentes, la mention de cette fête sert, une fois encore, à évoquer l’exil en Assyrie.

J’ai donné aux prophètes des révélations en grand nombre, et même des paraboles. Galaad est du néant et ses habitants font le mal car ils ont sacrifié des taureaux à Guilgal ; aussi leurs autels deviendront des monceaux de pierre dans les sillons des champs (Osée 12.11-12 ; cp Osée 4.15 ; 9.15). (Osée 12.11).

L’Éternel n’a pas manqué d’avertir son peuple de mille et une manières, mais en vain, car Galaad et Guilgal, situés de part et d’autre du Jourdain, étaient des centres idolâtres très fréquentés.

Jacob s’est enfui dans la plaine d’Aram et pour gagner une femme, il a gardé des troupeaux. Mais l’Éternel a fait sortir Israël d’Égypte par un prophète qui le gardait (Osée 12.13-14).

Après avoir usurpé le droit d’aînesse de son frère Ésaü, Jacob doit s’enfuir pour sauver sa vie. Il se réfugie chez son oncle Laban où il tombe amoureux de sa cousine Rachel. Mais il doit garder les troupeaux de son oncle pendant 14 ans avant de pouvoir l’obtenir et retourner en Terre promise. Osée établit un contraste entre la galère de Jacob et les hébreux qui sont arrivés en Terre promise grâce aux soins constants de Moïse.

Éphraïm a grandement irrité Dieu, c’est pourquoi son Seigneur ne lui pardonne pas le sang qu’il a versé et lui rendra le mépris dont il a fait preuve (Osée 12.15 ; cp Osée 10.2;13.12).

L’idolâtrie et toutes les formes de maltraitance dont Israël est coupable sont l’expression d’une arrogance démesurée à l’égard de l’Éternel. Le peuple ne sera pas pardonné et devra subir le châtiment divin.

La parole d’Éphraïm provoquait la terreur ; il s’est élevé en Israël, mais il s’est rendu coupable en adorant Baal. C’est pourquoi il est mort (Osée 13.1 ; cp Romains 6.23).

Étant la tribu la plus puissante, Éphraïm prit la direction d’Israël Nord et institua le culte de Baal ce qui, moralement et spirituellement, a tué Israël nord et le fit disparaître en tant que nation.

Et maintenant, ils font davantage de péchés, car avec leur argent ils font fabriquer des images en fonte, des idoles de leur invention qui sont l’œuvre d’artisans. On dit au sujet des prêtres qu’ils sacrifient des hommes et font des baisers aux veaux ! (Osée 13.2 ; cp Osée 6.9).

Osée a déjà dit que les prêtres qui vouent un culte aux idoles assassinent les pèlerins qui vont à Béthel pour adorer le veau d’or. En d’autres mots, ils tuent l’homme et se prosternent devant l’image.

C’est pourquoi ils seront semblables aux nuées matinales, à la rosée qui se dissipe, à un fétu de paille emporté par le vent et à de la fumée sortant d’une fenêtre (Osée 13.3).

L’existence éphémère des éléments mentionnés évoque la facilité et la rapidité avec laquelle les Israélites du royaume des dix tribus seront conquis et disparaîtront. C’est poétique mais brutal.

Pourtant moi, l’Éternel, je suis ton Dieu depuis l’Égypte ; il n’y en a pas d’autres, et hors moi, il n’y a pas de Sauveur. Je t’ai connu dans une terre aride (Osée 13.4-5 ; cp Deutéronome 5.6 ; Esaïe 45.21 ; Jean 14.6 ; Actes 4.12).

La relation entre l’Éternel et le peuple hébreu a commencé en Égypte et s’est intensifiée au pied du mont Sinaï quand la Loi fut donnée, puis elle a continué pendant les 40 années dans le désert. Dieu a prouvé sa fidélité en secourant son peuple, en l’installant dans la Terre promise, et en pourvoyant à tous ses besoins.

Lorsqu’ils sont arrivés dans de gras pâturages, ils se sont rassasiés, puis l’orgueil les a saisis et ils m’ont oublié (Osée 13.6).

Une fois leurs besoins satisfaits, les Israélites sont devenus arrogants et n’ont plus voulu révérer Dieu.

Mais je serai pour eux comme un lion, et comme un léopard, je serai aux aguets sur leur chemin. Et comme une ourse privée de ses petits, je les attaquerai et déchirerai leur poitrine. Je les dévorerai comme le ferait une lionne ; ils seront mis en pièces par les bêtes sauvages. Ce qui t’a perdu, ô Israël, c’est d’être contre moi qui suis ton secours (Osée 13.7-9 ; cp Daniel 7).

La brutalité des trois animaux sauvages décrit l’invasion assyrienne. Les Israélites ayant rejeté leur berger, celui-ci devient leur prédateur. Dieu est soit sauveur, soit juge.

Où est ton roi à présent, où est-il ? Qu’il vienne délivrer vos villes ! Où sont tes chefs que tu as réclamés quand tu as dit : donne-nous un roi et des princes ? Je t’ai donné un roi dans ma colère, mais je te le reprendrai dans ma fureur (Osée 13.10-11 ; cp 1Samuel 8.7 ; 12.12).

Il est vrai que les chefs d’Israël ont dit au juge Samuel qu’ils voulaient un roi. Plus tard, les X tribus se sont séparées et ont choisi leur propre roi. Il y en a eu 21 ; tous furent idolâtres, et le dernier est mort en exil.

Les péchés et les iniquités d’Éphraïm sont bien enregistrés et notés (Osée 13.12).

janv. 30 2023

Émission du jour | Jean : Introduction

Qui est Jésus ?

Nos partenaires