Les études

21 juin 2022

#13 Les derniers jours de Jésus avant sa mort (Luc 19.1-21.38).

Je commence le chapitre 19.

« Jésus traversait Jéricho. Or, il y avait là Zachée, chef des publicains. Il était riche et cherchait à voir Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause de la foule et parce qu’il était petit. Alors il grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là » (Luc 19.1-4).

Zachée signifie « pur ». De toute évidence, il a entendu parler de la miséricorde de Jésus et il est prêt à se couvrir de ridicule en montant sur un arbre pour voir Jésus.

« Levant les yeux, Jésus lui dit : Zachée, descend tout de suite car c’est chez toi que je vais loger. Zachée se hâta et reçut Jésus avec joie. Mais la foule indignée disait :  Voilà qu’il va loger chez ce pécheur ! Mais il dit à Jésus :  écoute Maître, je vais donner la moitié de mes biens aux pauvres et je rendrai à ceux que j’ai extorqué quatre fois plus » (Luc 19.5-8).

Sachant que Zachée a foi en lui et qu’il est bien disposé à son égard, Jésus se rend dans sa maison. Zachée est tellement rempli de joie à cause de la faveur inespérée que lui fait Jésus, qu’il décide spontanément ce sacrifice.

« Jésus dit : Le salut est entré dans cette maison, parce que cet homme est fils d’Abraham et le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Luc 19.9-10).

C’est durant les heures paisibles de la soirée que Jésus prononce ces paroles. Le lendemain matin il poursuit sa route puis raconte une parabole.

« Un noble partit pour un pays lointain afin d’y être nommé roi. Il appela dix serviteurs, remit, à chacun une pièce et leur dit : « Faites la fructifier jusqu’à mon retour ! » Mais comme ses concitoyens le haïssaient, ils envoyèrent une délégation pour dire : « Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous ! » (Luc 19.12-14).

Cette histoire est construite autour des circonstances politiques de l’époque. La dynastie d’Hérode exerce la royauté sous la tutelle romaine. Avant d’être nommé roi, chaque prince doit se rendre à Rome pour recevoir l’aval de l’empereur. Mais si les Juifs sont mécontents d’un prince, ils envoient une délégation à Rome pour l’empêcher de régner. Pareillement, Jésus retournera auprès de son Père qui confirmera son autorité. Mais les Juifs agiront envers lui comme envers un prince qu’ils refusent ; ils rejetteront leur Messie. Cependant, le Seigneur a aussi des serviteurs qui œuvrent pour l’établissement de son règne.

« Après avoir été nommé roi, il revint dans son pays et fit appeler les serviteurs auxquels il avait confié l’argent. Le premier dit : « Seigneur, ta pièce en a rapporté dix autres. » « C’est bien, tu t’es montré fidèle. Je te nomme gouverneur de dix villes. ” Le deuxième dit : « Seigneur, ta pièce en a rapporté cinq autres. »  « Eh bien, je te confie le gouvernement de cinq villes » (Luc 19.15-19).

La révolte des Juifs n’empêchera pas le règne de Jésus. Avec les dix pièces, le serviteur aurait à peine pu acheter une maison, et le voilà gouverneur de dix villes. Les récompenses sont proportionnées à la fidélité, et se traduiront en degrés de félicité et d’activité dans le royaume.

« Un autre vint et dit : “ Seigneur, voici ta pièce ; je l’ai gardée dans un mouchoir parce que j’’avais peur de toi car tu es un homme sévère. » « Vaurien ! Qu’on lui retire la pièce et qu’on la donne à celui qui en a dix !  Puis amenez-moi ici mes ennemis qui n’ont pas voulu que je règne sur eux, et qu’on les égorge » (Luc 19.20-27).

C’est exactement ce qui est arrivé quarante ans plus tard à des centaines de milliers de Juifs. Mais c’est aussi une prédiction du jugement redoutable qui, dans l’au-delà, attend les rebelles.

« Après avoir ainsi parlé, Jésus marcha résolument en direction de Jérusalem » (Luc 19.28).

Bien qu’il sache très bien ce qui l’attend Jésus, déterminé, va au-devant de la mort.

« Comme ils approchaient de Jérusalem, la multitude des disciples se mit à louer Dieu d’une voix forte pour tous les miracles qu’ils avaient vus : Béni soit le roi qui vient de la part du Seigneur ! Mais, quelques pharisiens dirent à Jésus : Maître, fais taire tes disciples ! Il leur répondit : Je vous le dis, s’ils se taisent, les pierres crieront ! » (Luc 19.35-40).

En d’autres mots, il est impossible d’endiguer cet élan de louanges. Jésus fait beaucoup d’ombre aux pharisiens qui, bien sûr, sont fous furieux.

« En voyant la ville Jésus pleura sur elle, Ah, si seulement tu avais compris de quoi dépend ta paix ! Mais à présent cela est caché. Des jours viendront où tes ennemis t’encercleront de tous côtés. Ils te détruiront avec tes habitants et ils ne laisseront pas une pierre sur une autre parce que tu n’as pas reconnu quand Dieu est venu pour toi » (Luc 19.41-44).

Le peuple juif a rejeté son Messie, le pardon et le salut. Il y a dans l’histoire des peuples et des individus des moments, des temps de crise et de décision en bien ou en mal, qui déterminent leur destinée. À la fin du chapitre 21, on lit :

« Jésus passait ses journées à enseigner dans la cour du Temple ; ensuite, il sortait de la ville et passait la nuit sur la colline appelée “ mont des Oliviers ”. Dès le point du jour, tout le peuple affluait vers lui, dans la cour du Temple, pour l’écouter » (Luc 21.37-38).

Jésus consacre sa dernière semaine sur terre à l’enseignement mais la nuit il quitte la ville pour trouver du repos et pour échapper à ses ennemis. Ceux qui se pressaient pour l’écouter au lever du soleil étaient surtout ses adhérents venus de la Galilée pour la Pâque juive.

juin 19 2024

Émission du jour | Galates 6.3-8

Chacun récolte ce qu’il a semé

Nos partenaires