Les études

20 juin 2022

#13 L’amour de Dieu victorieux (Romains 8.24-39)

Une fois dans l’au-delà, le croyant sera parfait et saint, et pourra donc jouir pleinement de sa condition de Fils de Dieu. Mais en attendant ce jour…

« Bien que nous soyons seulement sauvés en espérance, nous persévérons en attendant notre salut complet » (Romains 8.24-25).

Je ne peux pas expérimenter avec mes sens le salut que Jésus m’a acquis, cependant en espérance, je le possède déjà.

« Par ailleurs, comme nous ne savons pas quoi demander dans nos prières, l’Esprit nous aide dans notre faiblesse en intercédant par des soupirs inexprimables. Et Dieu qui sonde les cœurs connaît les soupirs de l’Esprit en faveur des croyants » (Romains 8.26).

Le verbe « aider » décrit un homme qui saisit un fardeau avec et à la place de celui qu’il veut aider. L’intercession de l’Esprit est évidemment conforme à la volonté de Dieu et a lieu dans le ciel auprès de Dieu, devant qui Jésus se présente comme notre Médiateur.

« Pour ceux qui aiment Dieu parce qu’ils ont été appelés par Dieu conformément à sa volonté nous savons que toutes choses concourent à leur bien » (Romains 8.28).

Toute la création, tout ce qui a mouvement, vie et être, tous les événements, le bien et le mal, absolument tout est sous le contrôle de Dieu, et tout concourt à la félicité éternelle des élus.  Mais le croyant ne peut appliquer à lui-même cette promesse que s’il aime Dieu, que s’il a de bons sentiments à son égard.

« Car, ceux que Dieu a connus d’avance, il les a aussi destinés d’avance à devenir conformes à l’image de son Fils, l’aîné de nombreux frères. Ceux que Dieu a ainsi prédestinés, il les a aussi appelés à lui, puis déclarés justes, et enfin glorifiés » (Romains 8.29-30).

Nous entrons dans les profondeurs du plan éternel de Dieu. Les croyants qu’il a connus d’avance ont toujours existé pour Dieu, et il les a prédestinés à devenir saints et glorieux comme son fils Jésus-Christ, afin qu’ils glorifient le Père sur la terre et dans l’éternité. Les croyants font vraiment l’objet d’un amour infini de la part de Dieu.

L’appel de Dieu est une œuvre intérieure de la grâce qui attire l’homme et l’amène à la foi. Dieu le déclare alors juste, ce qui lui assure le pardon de ses péchés. Puis, une fois son corps et son âme glorifiés, l’homme peut habiter les nouveaux cieux et la nouvelle terre.

« Que dire de plus ? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? S’il n’a pas épargné son propre Fils mais l’a livré pour nous, ne nous donnera-t-il pas aussi tout avec lui ? »(Romains 8.31-32).

Armé de l’inébranlable assurance de la grâce de Dieu, Paul entonne un chant de triomphe. En effet, si le croyant jouit de la protection du Dieu tout-puissant, qui pourrait le combattre ? En sacrifiant son propre Fils, Dieu a prouvé l’amour insondable qu’il a pour nous, et donc qu’il est prêt à nous donner tout ce dont nous avons besoin.

« Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui les déclare juste ! Qui les condamnera ? Christ est mort et ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! » (Romains 8.33-34).

Paul répond aux doutes et craintes d’un croyant qui se demande si ses péchés ne vont pas le condamner au jugement dernier. Mais dit Paul, qui pourrait l’accuser puisque Dieu le déclare juste sur la base du sacrifice de son Fils ! De plus, Jésus ressuscité est non seulement le souverain de l’univers, mais il intercède constamment pour les siens auprès de Dieu.

« Qui nous séparera de l’amour de Christ ? La détresse, l’angoisse, la persécution, la misère, le danger, l’épée ? Car il est écrit : à cause de toi on nous met à mort et on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. Mais en toute circonstance, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés » (Romains 8.35-37).

Après avoir demandé qui s’opposera aux croyants, qui les accusera et les condamnera ? Paul passe en revue tout ce qui pourrait encore nous séparer de l’amour de Jésus. Il pense aux épreuves que subit le fidèle ici-bas, et particulièrement aux persécutions. Mais la foi triomphe de la haine du monde et souffrir pour le Seigneur est un privilège, source de bénédictions.

« Car je suis certain que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni le présent ni l’avenir, ni les puissances, ni aucune autre créature, ni quoique ce soit ne pourra nous arracher à l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 8.38-39).

L’apôtre exprime sa conviction que rien dans l’univers, dans le présent et dans l’avenir, ne peut empêcher le Seigneur d’aimer les siens. Jésus a vaincu la mort, notre pire ennemi, et il traversera avec nous ce ténébreux passage. Jésus est toujours présent pour soutenir le croyant pendant sa vie remplie de tentations et de questions sans réponse. Aucun obstacle imaginable ne peut séparer le croyant de son Seigneur. Tout comme Dieu ne peut pas cesser d’aimer son Fils unique, il ne cessera jamais d’aimer ses enfants.

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires