Les études

04 juillet 2022

#10 L’ancienne alliance (Hébreux 7.18-8.12)

L’auteur confirme qu’il y a substitution d’une prêtrise nouvelle selon l’ordre de Melchisédek, à l’ancienne selon Aaron. La prêtrise lévitique concernait la vie physique des Juifs et elle était exercée par des hommes mortels de la tribu de Lévi. Jésus, par contre, tient sa charge de sa nature divine. Sa prêtrise est éternelle et il est la source d’une vie indestructible pour tous les hommes qui croient en Lui.

Comme la Loi n’a rien amené à la perfection, les règles antérieures impuissantes et inutiles sont abrogées. Par contre, nous avons une bien meilleure espérance par laquelle nous nous approchons de Dieu. En outre, alors que les prêtres lévitiques le devenaient sans serment, Jésus est devenu prêtre en vertu d’un serment par Dieu qui lui a dit : Le Seigneur l’a juré, il ne reviendra pas sur son engagement : tu es prêtre pour toujours. Ainsi, Jésus est donc devenu le garant d’une alliance bien meilleure (Hébreux 7.18-22 cp Romains 8.3 ; Ga 4.9).

Les descendants d’Aaron devenaient automatiquement prêtres mais sans la promesse que ça continuerait indéfiniment, tandis que Jésus a reçu la charge intransmissible de grand-prêtre pour toujours par un serment de Dieu. Le sacerdoce lévitique était très imparfait car les sacrifices, les rites et les cérémonies du judaïsme ne pouvaient ni changer le cœur de l’homme ni effacer les péchés. La prêtrise d’Aaron était temporaire et doit être abandonnée au profit de la prêtrise éternelle et parfaite de Jésus-Christ.

Alors que de nombreux prêtres se succédaient parce qu’ils étaient enlevés par la mort, Jésus, parce qu’il demeure éternellement, possède le sacerdoce perpétuel. Étant toujours vivant, il peut intercéder et sauver parfaitement ceux qui viennent à Dieu par lui (Hébreux 7.23-25).

Sous l’Ancienne Alliance, les sacrifices couvrent les fautes mais ne les ôtent pas. Par contre, quand je crie à Dieu du sein de ma misère, j’ai près du trône de la grâce un Avocat qui plaide ma cause (1Jean 2:1), qui fait valoir en ma faveur son sacrifice et ses mérites infinis, ce qui me vaut le pardon de mes péchés.

Jésus est bien le grand-prêtre qu’il nous fallait, car il est saint, innocent, sans aucune faute, séparé des pécheurs, et élevé plus haut que les cieux. Alors que les prêtres étaient obligés d’offrir des sacrifices sans arrêt, d’abord pour leurs propres péchés, ensuite pour ceux du peuple, Jésus n’en a pas besoin, car il a tout accompli une fois pour toutes en s’offrant lui-même. Les grands-prêtres institués par la Loi sont des hommes sujets aux péchés, mais le Fils que Dieu a établi grand-prêtre par un serment prononcé après la promulgation de la Loi, est parfait pour l’éternité (Hébreux 7.26-28 ; cp Jean 8.46 ; 14.30).

Sous l’Ancienne Alliance, les animaux constamment immolés rappelaient sans cesse les péchés du peuple et des prêtres. Par contre Jésus est sans péché. Il a sacrifié sa vie sainte, non pour lui-même, mais pour vous et pour moi. Il a offert ce sacrifice une seule fois, mais sa valeur est éternelle et infinie.

Le point capital est que nous avons bien un grand-prêtre qui siège dans le ciel à la droite du trône du Dieu suprême. Il accomplit le service du grand-prêtre dans le sanctuaire du véritable tabernacle, dressé non par des hommes, mais par le Seigneur (Hébreux 8.1-2).

Sous l’Ancienne Alliance, les prêtres ne s’assoient jamais parce qu’ils passent d’un sacrifice à un autre. Mais Jésus est assis parce que son unique sacrifice est éternellement suffisant pour le pardon des péchés.

Tout grand-prêtre est établi pour présenter à Dieu des offrandes et des sacrifices. Il faut donc aussi que notre grand-prêtre ait une offrande à présenter. S’il était sur terre, il ne pourrait pas exercer puisque les prêtres selon la Loi officient déjà. Les prêtres israélites sont au service d’un sanctuaire qui n’est qu’une image et une ombre du sanctuaire céleste. Au moment de la construction du tabernacle, le Seigneur a dit Moïse : Aie bien soin de faire tout conformément au modèle qui t’a été montré sur la montagne (Hébreux 8.2-5).

Le sanctuaire terrestre juif était une copie du vrai sanctuaire dans les cieux, et la prêtrise d’Aaron était une ombre du ministère que Jésus exerce actuellement dans le sanctuaire céleste. En tant que grand-prêtre, Jésus présente à Dieu le sacrifice qu’il a offert une fois pour toutes sur la croix. De toute façon, Jésus ne pourrait pas être prêtre sur terre parce que cette fonction est déjà remplie par les Lévites descendants d’Aaron.

Mais maintenant, notre grand-prêtre exerce un ministère bien supérieur à celui des prêtres selon la Loi car il est le médiateur d’une alliance bien meilleure fondée sur de meilleures promesses (Hébreux 8.6).

Les prêtres israélites offrent sans cesse des sacrifices qui rappellent constamment le problème du péché sans jamais le résoudre, tandis que Jésus, suite à son sacrifice unique et parfait, est entré dans le sanctuaire céleste pour y présenter son sang qui a été agréé par Dieu. Sous la Loi, le prêtre et le prophète sont tous deux des médiateurs entre Dieu et Israël, l’un par l’entremise des sacrifices, et l’autre par la Parole de Dieu, mais ils n’étaient que les précurseurs de Jésus le grand médiateur qui est à la fois prophète, prêtre et roi.

Si la première alliance avait été sans défaut, il n’aurait pas été nécessaire de la remplacer par une seconde. Or, c’est bien un reproche que Dieu adresse à son peuple quand il déclare : Mais des jours vont venir, dit le Seigneur, où je conclurai avec le peuple d’Israël et de Juda une alliance nouvelle. Elle ne sera pas comme celle que j’ai conclue avec leurs pères quand je les ai fait sortir d’Égypte. Puisqu’ils n’ont pas été fidèles à mon alliance, je me suis détourné d’eux, dit le Seigneur. Mais voici quelle alliance je vais conclure avec le peuple d’Israël : je placerai mes lois dans leur pensée, je les graverai dans leur cœur ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n’auront plus besoin de se dire l’un à l’autre : “ Il faut que tu connaisses le Seigneur ! ” Car tous me connaîtront, du plus petit jusqu’au plus grand. Je serai miséricordieux à leur égard et je ne tiendrai plus compte de leurs péchés (Hébreux 8.7-12 ; cp Jérémie 31.31-34).

janv. 30 2023

Émission du jour | Jean : Introduction

Qui est Jésus ?

Nos partenaires