Les études

06 juillet 2022

#09 Luxe et insouciance (Amos 6.2-12)

Dieu étant impartial dans ses jugements, il s’en prend aux deux royaumes israélites, mais surtout aux grands d’Israël Nord qui sont fiers d’être le peuple de Dieu, de leur prospérité économique et du prestige dont ils jouissent auprès du petit peuple en tant que conseillers et arbitres de leurs contentieux.

Allez à Kalné, et voyez ce qui s’y est passé. Puis, allez à Hamath, la grande cité. Puis descendez à Gath, la ville philistine. Ces villes sont-elles plus prospères que vos deux royaumes et leur territoire est-il plus étendu que le vôtre ? Vous croyez que le jour du malheur est éloigné, mais vous hâtez sa venue en instaurant un règne de violence (Amos 6.2-3).

Les trois villes citées étaient puissantes, mais au moment de la prophétie, elles sont en plein déclin. Kalné et Hamath, deux villes-états en Syrie, furent conquises par les Assyriens, et Gath fut investi par Ozias roi de Juda (en 760 ; 2Rois 12.17 ; 2Chroniques 26.6). Amos dit aux chefs d’Israël que l’injustice qu’ils ont élevée au rang d’institution va attirer le châtiment de Dieu, et Samarie subira le même sort que ces trois grandes villes.

Vous reposez sur des lits incrustés d’ivoire et sur des divans moelleux. Vous mangez les agneaux gras du troupeau et les veaux mis à l’engrais (Amos 6.4).

Les grands du royaume mènent une vie voluptueuse décadente. Allongés sur des divans, ils se font servir par des esclaves plantureuses des mets de choix habituellement consommés pour les fêtes religieuses.

Vous improvisez au son du luth, vous composez comme David, vous buvez le vin à pleines coupes, vous oignez vos têtes de parfums raffinés, et vous êtes indifférents à la ruine du royaume de Joseph. C’est pourquoi vous irez en tête des exilés et on entendra plus les clameurs des fêtards vautrés sur leurs divans (Amos 6.5-7).

Alors que David utilisait la musique pour louer l’Éternel, ces débauchés inventent de nouveaux chants pour leur plaisir. Par ailleurs, ils commettent un double sacrilège en utilisant le parfum du culte sur leur personne et en buvant le vin à plein seaux dans des calices réservés aux libations et pour récolter le sang des animaux. Pour finir, les grands ne se soucient pas du tout de la nation, car leur devise semble être : « après moi le déluge. ». Mais ils seront les premiers à la tête de la cordée en direction de l’Assyrie.

Le Seigneur, l’Éternel, Dieu des armées célestes l’a juré par lui-même et déclare : je déteste l’orgueil de Jacob et ses palais ; je livrerai donc à l’ennemi la ville et ce qu’elle contient. Si, dans une maison, il survivait dix hommes, eh bien, ils périront (Amos 6.8-9).

En jurant par lui-même, l’Éternel signale à son peuple que la décision de le juger est immuable. Il a horreur de la vie de luxe de la classe dirigeante parce qu’elle provient de toutes sortes de violences et de rapines. Tous ceux qui se sont rendus coupables d’exactions périront d’une manière ou d’une autre.

Quand l’oncle d’un mort viendra avec le fossoyeur pour emporter ce mort et le brûler, il demandera à l’oncle : y a-t-il d’autres cadavres ? L’oncle répondra : non ! Et l’on dira : silence ! Amos ajoute : il ne faut pas invoquer l’Éternel (Amos 6.10).

Samarie est assiégée par les Assyriens. Le prophète donne un exemple de ce qui va se passer. L’oncle ou le parent va dans la maison d’un mort pour accomplir les rites funéraires, mais comme on ne peut pas sortir de la ville, il faut brûler les cadavres pour limiter l’épidémie de peste qui sévit. Malgré la détresse, on ne doit pas invoquer l’Éternel afin de ne pas attiser davantage sa colère contre son peuple.

L’Éternel détruit les grandes maisons et les petites seront lézardées (Amos 6.11).

Après le siège de Samarie et l’exil des habitants, un tremblement de terre nivellera tous les bâtiments.

Fait-on galoper les chevaux sur le roc, ou laboure-t-on avec des bœufs ? Mais vous, vous transformez le droit en poison et le fruit de la justice en ciguë (Amos 6.12).

mai 24 2024

Émission du jour | Galates 1.1

Commentaires bibliques audios & textes

Nos partenaires