Les études

20 juin 2022

#08 L’Éternel fait oindre David et lui donne Son Esprit – Combat avec Goliath (1 Samuel 16.14-18.4)

Maintenant que Samuel a conféré l’onction royale à David, le lent et douloureux déclin de Saül commence.

« L’Esprit de l’Éternel se retira de Saül et un mauvais esprit envoyé par l’Éternel le tourmente. Ses serviteurs lui disent : nous chercherons quelqu’un qui jouera de la lyre pour te soulager. J’ai remarqué un fils d’Isaï et c’est aussi un brave guerrier. Il s’exprime bien, il a belle apparence et l’Éternel est avec lui. Saül envoie alors des messagers à Isaï pour lui dire: Envoie-moi ton fils David. Isaï envoya des présents avec David, qui plut beaucoup à Saül, qui lui confia ses armes. Quand le mauvais esprit tourmentait Saül, David jouait de sa lyre, Saül se calmait et le mauvais esprit le quittait » (1Samuel 16.14-23).

Saül est désormais un roi de façade mais il sera encore sur le trône pendant plusieurs années. Mais le mal dont Dieu le frappe permet à David d’entrer sur scène et à la cour du roi.

« Les Philistins mobilisent leurs troupes et occupent un versant de la montagne et Saül rassemble les hommes d’Israël et occupe le versant opposé. Un champion sort du camp philistin. C’est un géant de presque trois mètres nommé Goliath. Le fer de sa lance pèse 7 kilos. Il crie aux Israélites : Choisissez un homme et qu’il m’affronte en combat singulier ! S’il me tue, nous vous serons assujettis, mais si c’est moi le vainqueur, c’est vous qui serez nos esclaves. En entendant ce défi, Saül et son armée sont terrorisés. Les trois frères aînés de David étaient avec Saül, et David faisait le va-et-vient entre le camp de Saül et son père. Matin et soir, Goliath provoquait Israël depuis quarante jours » (1Samuel 17.1-16).

David fait le va-et-vient entre sa fonction d’écuyer de Saül et celle de berger à Bethlehem, ville proche du champ de bataille.

« David dépose les victuailles puis court au front où il demande des nouvelles de ses frères. Soudain, Goliath sort et lance son défi habituel. Quelqu’un dit : Celui qui le tuera, recevra de grandes richesses du roi qui lui donnera en plus sa fille en mariage et exonérera sa famille d’impôts. David dit : Qui est donc cet incirconcis qui ose insulter l’armée du Dieu vivant ? Puis il dit à Saül : Moi j’irai et je le combattrai. Quand ton serviteur garde les moutons et qu’un lion ou un ours survient, je cours après lui, je l’attaque et j’arrache la bête de sa gueule, et s’il se dresse contre moi, je le frappe jusqu’à ce qu’il soit mort. L’Éternel qui m’a délivré de la griffe du lion et de l’ours me délivrera aussi de ce Philistin. Saül dit à David : Vas-y et que l’Éternel soit avec toi ! Il lui fait revêtir sa propre armure mais quand David essaie de marcher il n’y parvient pas. Alors il se débarrasse du tout, prend son bâton, choisit cinq cailloux bien lisses, puis sa fronde à la main, s’avance vers Goliath » (1Samuel 17.17-40).

David apporte le casse-croûte à ses trois frères soldats et découvre la situation humiliante des Israélites qui se laissent insulter par les Philistins. Il relève le défi parce que l’Esprit de Dieu l’a saisi et il a pleine confiance en l’Éternel qui le protégera ici comme par le passé.

« Le Philistin s’avance vers David, le regarde avec mépris et lui lance : Me prends-tu pour un chien pour venir à moi avec un bâton ? Puis il le maudit par ses dieux. Approche pour que je donne ta chair aux oiseaux et aux bêtes des champs ! David répond : Tu viens avec l’épée, la lance et le javelot, et moi je marche contre toi au nom de l’Éternel, le Seigneur des armées célestes que tu as insulté. Il me donnera la victoire et je te couperai la tête. Alors toute la terre saura qu’Israël a un Dieu et que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que l’Éternel délivre. Car l’issue de cette bataille dépend de lui » (1Samuel 17.41-47).

Goliath combat au nom des Philistins et de leurs dieux, et David au nom de l’Éternel.

« Avec sa fronde, David lance un caillou qui atteint le Philistin en plein front. Il pénètre son crâne et Goliath s’écroule face contre terre. Puis David lui tranche la tête. Quand les Philistins voient que leur champion est mort, ils prennent la fuite. Alors les Israélites les poursuivent et pillent leur camp » (1Samuel 17.48-54).

Une telle pierre atteint 150 km/h et peut donc fracturer le crâne. David est monté en puissance car, de simple musicien, il est devenu un héros national.

« Quand David s’est avancé contre Goliath, Saül a demandé à son général Abner : De quelle famille vient-il ? Ô Roi, je n’en sais rien. Alors renseigne-toi. Abner le conduisit devant Saül qui lui demanda : De qui es-tu le fils ? d’Isaï de Bethlehem » (1Samuel 17.55-58).

Maintenant que Saül va donner sa fille à David, il s’intéresse de près à sa généalogie.

Je commence le chapitre 18.

« Jonathan fils de Saül s’était profondément attaché à David. Il l’aimait comme lui-même et conclut un pacte d’amitié avec David. Il lui donna même son manteau, son équipement, son épée, son arc et son ceinturon » (1Samuel 18.1-4).

Alors que David supplante Jonathan au trône, au lieu d’être jaloux, il devient son meilleur ami et lui donne ses vêtements princiers qui le désignaient comme héritier du trône. En d’autres mots, Jonathan reconnaît que l’Éternel a choisi David pour futur roi.

juin 21 2024

Émission du jour | Psaumes 1.1

Voici l’homme heureux

Nos partenaires