Les études

20 juin 2022

#08 L’autorité du Fils de Dieu (Jean 5.20-34)

Dire que Jésus était seulement un grand homme moral exemplaire n’a aucun sens car il a proclamé qu’il était Dieu incarné. Le chapitre 5 est un discours théologique complexe.

Le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait. Il lui donnera même le pouvoir d’accomplir des œuvres plus grandes et vous en serez stupéfaits. En effet, comme le Père relève les morts, ainsi le Fils, lui aussi, donne la vie à qui il veut (Jean 5.20-21).

Dieu montre continuellement ce qu’il fait à son Fils qui est donc véritablement dans le ciel et dans le sein du Père. Jésus baigne dans les pensées éternelles de Dieu, qui sont des œuvres en puissance que le Fils accomplit. Les plus grandes œuvres à venir de Jésus sont l’action sur les âmes par le Saint Esprit, la résurrection des morts et le jugement dernier, toutes des actions éminemment divines. Entendant cela, les ennemis de Jésus ont dû tomber à la renverse.

De plus, le Père ne juge personne mais il a remis tout jugement au Fils afin que tous les hommes honorent le Fils comme le Père. Ne pas honorer le Fils, c’est ne pas honorer le Père qui l’a envoyé (Jean 5.23). (Jean 5.22).

Quand on comprend qui est Jésus et la rédemption, on se sent jugé et on a la possibilité de se repentir. Mais Jésus fait aussi allusion au jugement dernier. Adorer Jésus c’est adorer Dieu.

Oui, vraiment, je vous l’assure : celui qui écoute ce que je dis et qui place sa confiance dans le Père qui m’a envoyé, possède, dès à présent, la vie éternelle et il ne sera pas condamné ; il est déjà passé de la mort à la vie (Jean 5.24).

La parole de Jésus est équivalente à la foi en Dieu et elle donne la vie qui commence déjà ici-bas. Le croyant ne sera pas condamné car il a déjà été jugé quand il s’est repenti. Le jugement dernier est le constat final de l’état intérieur de chacun qui est soit la mort, soit la vie.

Je vous l’assure : l’heure vient, et elle est déjà là, où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et tous ceux qui l’auront reçue vivront (Jean 5.25).

L’homme naturel est spirituellement mort, mais s’il accepte la parole de Jésus, il obtient la vie éternelle tandis que les autres restent dans leur état de mort.

En effet, comme le Père possède la vie en lui-même, il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même, et parce qu’il est le Fils de l’homme il lui a donné l’autorité de juger (Jean 5.26-27).

Le Père et le Fils ont la vie en eux-mêmes. Dès le commencement, par Jésus a eu lieu la création de l’univers, et présentement a lieu la régénération de ceux qui croient en lui.

Les deux personnes divines ont une relation d’amour en boucle et le Saint Esprit en fait partie. Le Père donne le Saint Esprit et le Fils l’envoie mais il agit aussi de sa propre initiative.

Le Père a tout donné au Fils qui le lui rend en lui étant entièrement soumis. Tout comme Dieu nous a donné la liberté de choix, il a donné la vie divine à son Fils qui la donne à qui il veut. L’homme devant être jugé par son pareil, c’est Jésus le Fils de l’homme, qui par son abaissement volontaire, s’est acquis le droit de juger ceux qu’il est venu sauver.

Ne vous en étonnez pas : l’heure vient où tous ceux qui sont dans la tombe entendront la voix du Fils de l’homme. Alors, ils en sortiront : ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie, ceux qui auront fait le mal ressusciteront pour être condamnés (Jean 5.28-29).

Il s’agit de la résurrection universelle des morts au dernier jour : elle conduit à la vie éternelle parfaite pour les croyants et au jugement pour les autres. Le bien c’est la droiture morale, la foi en Jésus-Christ et les fruits de la sanctification, tandis que le mal est la corruption morale et l’incrédulité, le refus de croire.

Pour moi, je ne peux rien faire de mon propre chef ; je juge seulement comme le Père me l’indique. Et mon verdict est juste, car je ne cherche pas à réaliser mes propres désirs mais à faire la volonté de celui qui m’a envoyé (Jean 5.30).

Jésus revient ici à son point de départ, à son unité parfaite avec Dieu hors de laquelle il ne fait rien. Toutes les actions de Jésus sont sanctionnées par l’autorité de son Père. Son jugement est juste parce que sa volonté est en pleine et constante harmonie avec la volonté de Dieu.

Si j’étais seul à témoigner en ma faveur, mon témoignage ne serait pas valable. Mais j’ai un autre témoin et je sais que son témoignage est vrai. Vous avez enquêté auprès de Jean-Baptiste et il a rendu témoignage à la vérité. Je n’ai pas besoin d’un homme pour témoigner en ma faveur, mais je dis cela pour que vous, vous soyez sauvés (Jean 5.33-34).

Jésus a un témoin plus grand que Jean-Baptiste et qui est Dieu lui-même. Mais il rappelle le témoignage de Jean parce qu’il a prêché la repentance qui précède la foi et le salut.

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires