Les études

20 juin 2022

#07 Philippe annonce l’Évangile ; Conversion de Saul (Actes 8.8-9.14)

Luc nous fait un gros plan sur un sorcier.

« Depuis quelque temps, un certain Simon émerveillait le peuple par ses actes de magie et toute la population lui accordait une grande attention. Mais suite à la prédication de Philippe, beaucoup se font baptiser. Simon aussi dit croire et se fait baptiser puis il ne quitte plus Philippe, émerveillé par ses miracles » (Actes 8.8-13).

Comme Philippe est plus puissant que Simon, les Samaritains changent d’allégeance, et dans la foulée, même le sorcier se fait baptiser, mais c’est très superficiel.

« Apprenant que les Samaritains ont accepté la Parole de Dieu, les apôtres envoient Pierre et Jean qui leur imposent les mains et prient pour qu’ils reçoivent le Saint Esprit car ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur » (Actes 8.14-17).

Les Samaritains constituent un nouveau groupe ethnique qu’il faut rattacher à l’Église apostolique, et comme c’est Pierre qui a reçu la clef qui ouvre le royaume, il doit être présent afin que ces nouveaux disciples reçoivent le Saint Esprit.

« Voyant que l’Esprit Saint est donné aux croyants quand les apôtres leur imposent les mains, Simon leur propose de l’argent et dit : Donnez-moi ce pouvoir. Mais Pierre lui répond : Que ton argent périsse avec toi. Repens-toi de ta méchanceté et demande au Seigneur de te pardonner car tu es captif du mal. Mais Simon dit : Priez vous-mêmes pour moi afin qu’il ne m’arrive rien de ce que vous avez dit » (Actes 8.18-24).

Pour Simon qui s’est pourtant fait baptiser, tout a un prix, et donc même le Saint Esprit est une denrée monnayable, ce qui bien sûr provoque l’indignation de Pierre. Mais au lieu de se repentir, Simon demande seulement d’échapper au châtiment. Pierre et Jean le laissent donc et retournent à Jérusalem tout en annonçant la Bonne Nouvelle dans les villages samaritains.

« Un ange dit à Philippe : prends la route déserte qui va de Jérusalem à Gaza. Philippe se met en route et rencontre le ministre des finances de la reine d’Éthiopie. Il était venu à Jérusalem pour adorer Dieu. Assis sur son char, il lit à haute voix un passage d’Ésaïe. L’Esprit dit à Philippe : marche à côté de lui. Philippe lui demande : Comprends-tu ce que tu lis ? Comment le puis-je si personne ne me l’explique ? Et il invite Philippe à s’asseoir à côté de lui » (Actes 8.26-31).

Cet homme est un prosélyte qui, après une fête à Jérusalem, rentre chez lui.

« Or, il était en train de lire : Comme un mouton que l’on conduit à l’abattoir, comme un agneau muet devant ceux qui le tondent, il n’a pas dit un mot. Il a été humilié et n’a pas obtenu justice car sa vie sur terre a été supprimée. L’Éthiopien demande alors à Philippe : dis-moi de qui est-il question ? Alors, partant de ce texte, Philippe lui annonce la Bonne Nouvelle de Jésus » (Actes 8.32-35).

La réponse de Philippe à la question de l’Éthiopien donne le sens de la prophétie d’Ésaïe.

« Comme ils arrivent à un point d’eau, le ministre dit : Qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? Si tu crois, tu peux l’être. Oui, je crois que Jésus est le Fils de Dieu. Ils descendent dans l’eau et Philippe le baptisa. Une fois sortis de l’eau, l’Esprit enleva Philippe tandis que le ministre poursuit sa route, rempli de joie » (Actes 8.36-39).

L’Éthiopien demande le baptême car il est sincère et veut témoigner sa foi en Jésus-Christ.

Je commence le chapitre 9.

« Saul, qui respire menaces et meurtres contre les disciples, demande au grand-prêtre des lettres pour les synagogues de Damas l’autorisant à saisir et amener à Jérusalem toute personne qui suit la voie du Seigneur. Alors qu’il s’approche de la ville, il est soudainement environné d’une lumière éclatante et entend une voix qui dit : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Qui es-tu Seigneur ? Moi, je suis Jésus que toi tu persécutes. Va en ville et là on te dira ce que tu dois faire » (Actes 9.1-6).

Paul reçoit ici le choc de sa vie. Il affirmera plus tard qu’ayant vu et entendu le Seigneur au même titre que les apôtres, il possède la même autorité apostolique.

« Ses compagnons de voyage étaient stupéfaits ; car ils entendaient la voix mais ne voyaient personne. Saul se releva mais ne voyait rien. On le prit par la main pour l’amener à Damas ; il resta aveugle trois jours sans manger ni boire » (Actes 9.7-9).

Brisé, terrorisé, Saul est conduit comme un petit enfant. Isolé du monde, seul avec sa conscience, il est amené à une profonde et douloureuse repentance.

« Le Seigneur apparaît au disciple Ananias et lui dit : Va et demande à voir Saul de Tarse, car dans une vision, il t’a vu lui imposer les mains pour lui rendre la vue.  Mais Seigneur, on m’a dit tout le mal que cet homme fait à tes saints et il vient muni de pouvoirs pour emprisonner tous ceux qui invoquent ton nom » (Actes 9.10-14).

Ananias ne refuse pas d’obéir mais voudrait que le Seigneur éponge ses sueurs froides et dissipe ses doutes. Il faut remarquer que les saints sont ceux qui invoquent le nom de Jésus.

« Le Seigneur lui dit : Va ! car je l’ai choisi pour faire connaître mon nom aux nations, aux rois et aux Israélites. Il lui faudra beaucoup souffrir pour moi » (Actes 9.15-16).

Pour rassurer Ananias, le Seigneur lui révèle la grande vocation de Paul.

mai 24 2024

Émission du jour | Galates 1.1

Commentaires bibliques audios & textes

Nos partenaires