Les études

22 juin 2022

#07 Les dons de l’Esprit (1Pierre 4.6-16)

Pierre écrit en lettres de feu les pratiques dégénérées qui accompagnent les cultes païens. Il veut que ses lecteurs aient honte, ferment leur ancienne vie et la saga du péché à tout jamais. Oui, mais leurs anciens compagnons de bringue ne comprennent pas ce brusque revirement, qu’ils trouvent choquant et qui suscite de leur part une animosité qui va de l’injure aux coups. Mais ceux qui persécutent les croyants contractent envers Dieu une dette qu’ils devront payer dans l’étang de feu à moins qu’ils n’acceptent le Sauveur.

Voilà pourquoi la Bonne Nouvelle a été annoncée à ceux qui, depuis qu’ils l’ont entendue, sont morts afin que, après avoir subi le jugement commun à tous les êtres humains, ils vivent par l’Esprit de Dieu (1Pierre 4.6 ; Romains 6.23 ; Hébreux 9.27 ; Jean 11.25-26).

Les morts seront jugés selon la réponse qu’ils auront donnée à l’annonce de l’Évangile. Pour ceux qui l’ont accepté, la mort physique n’est qu’un jugement temporel, tandis qu’ils ont la vie éternelle. Et s’ils sont morts à cause de leur foi, ils peuvent attendre avec espérance la justice qui leur sera rendue.

La réalisation du plan de Dieu est proche. Soyez sages et sobres afin d’être disponibles pour prier (1Pierre 4.7 ; cp Jacques 5.8 ; Matthieu 24.42 ; 26.41 ; 1Jean 3.3).

Les croyants doivent avoir une bonne maîtrise de leur vie : être disciplinés et vigilants, et construire une vision du monde selon la perspective d’un citoyen des cieux, c’est à dire, adopter la mentalité d’un voyageur de passage, attendre le retour de son Maître, rester en communion avec Dieu et témoigner autour de lui.

Avant tout, aimez-vous ardemment les uns les autres, car l’amour pardonne un grand nombre de péchés (1Pierre 4.8 ; cp 1Pierre 1.22 ; Proverbes 10.12 ; Matthieu 22.37-40 ; Luc 10.25-37 ; Romains 5.8 ; 1Corinthiens 13. 4-7 ; 16.22 ; Jean 13.34-35 ; 1Jean 2.7-8 ; 3.10, 14 ; 4.8 ; 19-20) ; 2Jean 5).

L’amour véritable voit les fautes mais passe outre et les ignore. C’est la deuxième fois que Pierre exhorte ses lecteurs de s’aimer ardemment, car l’amour est le signe spécifique des disciples de Jésus.

Exercez l’hospitalité les uns envers les autres, sans vous plaindre (1Pierre 4.9 ; cp Exode 22.21 ; Deutéronome 14.29 ; Matthieu 25.35-40 ; Luc 14.12-14).

Au premier siècle, l’hospitalité est une nécessité parce que les activités d’église ont lieu dans des maisons privées et les prédicateurs itinérants, ainsi que ceux qui fuient les persécutions, ont besoin d’être hébergés.

Comme un bon gérant de la grâce infiniment variée de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don particulier qu’il a reçu. Que celui qui parle transmette les paroles de Dieu. Que celui qui accomplit la fonction de diacre, l’exerce avec la force de Dieu. Faites tout pour que la gloire revienne à Dieu par Jésus-Christ, à qui appartiennent la gloire et la puissance pour l’éternité. Amen !  (1Pierre 4.10-11 ; cp Romains 12.3-8 ; 1Corinthiens 12.4-25 ; Actes 6.2-4 ; Jean 10.30 ; 1 Corinthiens 10.31).

Chaque croyant reçoit au moins un don de Dieu qu’il doit mettre au service de l’église locale. Les dons de la Parole sont : l’enseignement, le discernement, la connaissance et la sagesse. Les dons de service sont : l’administration, la prière et l’entraide. Puis Pierre conclut ce paragraphe pratique par une doxologie. Le grec ne permet pas de dire si c’est le Père ou le Fils à qui appartiennent la gloire et la puissance, mais cette ambiguïté est voulue car la gloire et la puissance appartiennent aux trois personnes de la Trinité

Mes bien-aimés, ne soyez pas surpris d’être plongés dans la fournaise de l’épreuve, comme si c’était une anomalie (1Pierre 4.12 ; Job 23.10 ; Jean 15.18-20 ; Romains 5.3 ; Jacques 1.3-4 ; 1Jean 3.13 ; 2Timothée 3.12).

Pierre utilise le mot « creuset » dans lequel on fond le métal pour le débarrasser des scories. Les souffrances servent donc à éprouver la foi des croyants et à la raffiner. Mais ils ne s’attendaient pas à être persécutés, parce qu’ils comptaient sur la bénédiction de Dieu, et ne faisaient aucun mal. Par ailleurs, ils ignoraient l’enseignement de Jésus sur la souffrance. Pierre veut donc les assurer de l’intarissable amour divin.

Au contraire, réjouissez-vous, car vous participez aux souffrances du Christ afin que, quand il paraîtra dans sa gloire, vous soyez comblés de joie (1Pierre 4.13 ; cp Matthieu 5.10-12 ; Luc 6.22 ; Romains 8.17 ; 1Corinthiens 4.17 ; Philippiens 1.29).

La souffrance au nom de Jésus et à cause de lui, est un privilège car elle leur permet de s’identifier à lui, elle les purifie en les détournant des plaisirs de ce monde et ils seront récompensés.

Si l’on vous outrage parce que vous appartenez au Christ, heureux êtes-vous, car l’Esprit glorieux, l’Esprit de Dieu, repose sur vous (1Pierre 4.14 ; cp Actes 7.55-60 ; 2Corinthiens 12.9-10).

Au 1er siècle, les chrétiens sont la mauvaise conscience des païens à cause de leur vie morale. Mais le Saint Esprit est à leur côté pour les consoler et les encourager à persévérer malgré les exactions qu’ils subissent.

Qu’aucun de vous ne soit puni comme meurtrier, voleur ou malfaiteur, ou pour être un fauteur de trouble. Mais si quelqu’un souffre en tant que chrétien, qu’il n’en éprouve aucune honte, mais qu’il fasse plutôt honneur à Dieu et à son nom (1Pierre 4.15-16).

avril 17 2024

Émission du jour | Esther 5.3 – 6.6

Intercession d'Esther - Hamon poursuit Mardochée de sa haine

Nos partenaires