Les études

20 juin 2022

#07 Jephté et les Ammonites (Juges 11.4-13.25)

Étant né bâtard, Jephté n’a droit à aucun patrimoine en Israël. Chassé, il s’établit dans le nord-est de la Jordanie et vit de rapines.

Quand les Ammonites attaquèrent Israël, les responsables israélites allèrent voir Jephté et lui dirent : Commande nos troupes et combat les Ammonites. Quoi? Vous m’avez haï et chassé et maintenant vous faites appel à moi ? Si tu combats les Ammonites, tu deviendras notre chef (Juges 11.4-8).

Les tribus à l’est du Jourdain ont maltraité Jephté, mais une fois dans la détresse, ils avalent leur orgueil et offrent à Jephté la position de chef juge s’il triomphe des Ammonites.

Jephté partit donc avec les responsables israélites qui le mirent à la tête des troupes (Juges 11.11).

Jephté a une occasion en or de se faire un nom. Il commence par la diplomatie en rappelant aux Ammonites que le territoire qu’ils revendiquent a été donné par l’Éternel aux Israélites et qu’ils l’occupent depuis plusieurs siècles (Juges 11.12-26).

Mais le roi des Ammonites n’écouta pas les paroles de Jephté (Juges 11.27-28).

La diplomatie ayant échoué, la parole est aux armes.

Jephté fait un vœu à l’Éternel et dit : Si tu me donnes la victoire, je te consacrerai la première personne qui viendra à ma rencontre après la bataille. Jephté attaqua les Ammonites et leur infligea une très grande défaite. Il retourna chez lui et sa fille sortit à sa rencontre en dansant. C’était son unique enfant. Alors il déchira ses vêtements et s’écria : Ah ! ma fille ! Tu m’accables de chagrin ! J’ai donné ma parole à l’Éternel et je ne puis revenir sur ma promesse. Elle dit : Mon père, si tu as donné ta parole à l’Éternel, agis comme tu l’as promis. Je te demande seulement de m’accorder deux mois pour pleurer ma virginité avec mes amies (Juges 11.30-38).

La Loi de Moïse interdit les sacrifices humains et les personnes consacrées par un vœu doivent être rachetées avec de l’argent donné au sanctuaire ou se mettre au service du temple pour le reste de leur vie. Au vu de sa requête, il semble qu’elle resta célibataire et au service des Lévites (Juges 11.38-40).

Les hommes d’Éphraïm disent à Jephté : Pourquoi as-tu combattu les Ammonites sans nous le dire; nous allons brûler ta maison et toi avec. Mais je vous ai appelés et comme vous n’êtes pas venus, je suis allé au combat sans vous et l’Éternel m’a donné la victoire. Pourquoi venez-vous m’attaquer ? (Juges 12.1-3).

En fait, ces Israélites belliqueux sont jaloux et veulent une part du butin.

Jephté mobilise alors les hommes de Galaad, écrase ceux d’Éphraïm et leur coupe la retraite aux gués du Jourdain. Quand un homme veut traverser, il doit prononcer le mot Chibboleth (qui veut dire « torrent »). S’il dit : “ Sibboleth ”, ils l’exécutent. Quarante-deux mille hommes d’Éphraïm périrent ainsi. Jéphté fut chef pendant six ans puis il mourut. Après lui, Ibtsân fut chef pendant sept ans. Il eut trente fils et trente filles puis il mourut. Après lui, Élôn de Zabulon fut chef en Israël pendant dix ans. Après lui, Abdôn d’Éphraïm fut chef pendant huit ans. Il eut quarante fils et trente petits-fils qui montaient soixante-dix ânons (Juges 12.4-15).

Certains juges sont d’illustres inconnus mais ils ont tous beaucoup de concubines. On constate aussi que l’état spirituel et moral d’Israël est une catastrophe.

Les Israélites recommencèrent à faire ce qui est mal aux yeux de l’Éternel qui les livra aux Philistins pendant quarante ans (Juges 13.1).

La spirale descendante et monotone d’Israël conduit à la septième apostasie.

La femme d’un homme de la tribu de Dan était stérile. Mais l’ange de l’Éternel lui apparut et dit : Tu seras enceinte et tu donneras le jour à un fils. Tu ne boiras aucune boisson alcoolisée et tu ne mangeras rien d’impur car le garçon qui naîtra sera consacré à Dieu dès le sein maternel : jamais il ne devra se couper les cheveux ou la barbe. C’est lui qui délivrera Israël des Philistins (Juges 13.2-5).

Cet homme habite une ville laissée vacante par la tribu de Dan. Les Israélites sont tellement détachés de l’Éternel qu’ils ne lui demandent même pas de les délivrer. C’est donc Dieu lui-même qui prend l’initiative. La mère de l’enfant à naître doit observer les règles du naziréat, ce qui inclut aussi : ne pas toucher de mort et s’abstenir de tout produit dérivé du raisin. Suit alors un entretien entre Manoah, père de l’enfant et l’ange de l’Éternel, une offrande à Dieu, et un autre entretien amusant entre Manoah et sa femme (Juges 13.6-23).

La femme donna naissance à un fils qu’elle appela Samson. L’enfant grandit et l’Esprit de l’Éternel commença à le pousser à l’action (Juges 13.24-25).

avril 19 2024

Émission du jour | Esther 8.1-17

Edit en faveur des Juifs

Nos partenaires