Les études

01 juillet 2022

#06 Le peuple n’écoute pas Jérémie (Jérémie 4.11-5.10)

Parce que la plupart des Israélites ont refusé d’écouter Jérémie et de se repentir, Dieu leur parle au moyen de faux prophètes, séduisants mais funestes, qui trompent le peuple endurci afin de le mener à sa ruine.

Des hauteurs du désert arrive un vent torride et violent sur mon peuple. Il est à mes ordres et je prononce le châtiment. L’ennemi est pareil à des nuées d’orage ; ses chars sont comme l’ouragan et ses chevaux plus rapides que les aigles ! Malheur à nous : nous sommes dévastés ! (Jérémie 4.11-13 ; cp 1Rois 22.19-23).

Après le lion, le jugement est comparé au simoun, un vent qui dessèche et brûle.

Ôte la méchanceté de ton cœur, Jérusalem, et tu seras sauvée. Jusqu’à quand auras-tu des pensées qui conduisent à ta ruine ? (Jérémie 4.14).

Le jugement étant lié à la conduite du peuple, Jérémie alterne menaces et exhortations à la repentance.

Depuis Dan une voix se fait entendre et l’on annonce le malheur sur les monts d’Éphraïm. Voilà ce qui arrive à cause de ta conduite et de ta méchanceté (Jérémie 4.17-18 ; cp Esaïe 10.27-33).

Jérémie rappelle les raisons de la ruine de Juda. Tout comme Ésaïe l’a fait pour les Assyriens, il décrit la progression des Babyloniens qui se dirigent vers Juda. Dan étant la tribu le plus au nord d’Israël, elle est envahie la première. La tribu d’Éphraïm est au centre du pays à vingt kilomètres au nord de Jérusalem.

Je suis bouleversé, je me tords de douleur et mon cœur bat très fort ! Je ne peux pas me contenir car j’ai bien entendu le cri de guerre. Brèche sur brèche ! Tout le pays est ravagé ! Jusqu’à quand verrai-je les étendards ennemis et entendrai-je le son du cor ? “ Ah ! Mon peuple est stupide ! Il ne me connaît pas, ils sont insensés. Ils ne sont intelligents que pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire ce qui est bien ” (Jérémie 4.19-22 ; cp Esaïe 16.9-11 ; 21.3,4).

L’identification de Jérémie à son peuple est touchante. Les prophètes sont les premiers à souffrir de la décadence morale et religieuse, ainsi que de leurs messages de jugement.

La terre est informe et vide, il n’y a plus de lumière dans le ciel, les montagnes et les collines chancellent. Il n’y a plus personne et même les oiseaux ont fui. La campagne est désertée et les villes sont détruites à cause de la grande colère de l’Éternel. Toute la terre est dévastée, mais je ne la détruirai pas entièrement, dit l’Éternel (Jérémie 4.23-27).

Juda revient à l’état de chaos où était la planète avant que Dieu dise : « Que la lumière soit ! ». L’expression « informe et vide », c’est à dire : tohu-bohu, ne se trouve qu’ici et dans la Genèse. Tous les fondements d’ordre matériel, social, et moral sont ébranlés par l’arrivée de l’ennemi. Mais l’Éternel se réserve toujours un petit groupe auquel se rattachent ses promesses, faisant ainsi concorder sa justice avec sa fidélité.

Que fais-tu, ville dévastée ? Tu t’habilles d’écarlate, tu mets des bijoux d’or, tu fardes tes paupières, mais c’est en vain que tu te fais belle, parce que tes amants te méprisent et veulent te tuer. J’entends comme la plainte d’une femme qui enfante ; ce sont les cris de Jérusalem : elle suffoque, elle tend les mains et dit : “Malheur à moi !, car je succombe sous les coups meurtriers ” (Jérémie 4.30-31).

Comparé à une courtisane, le roi de Juda envoie une ambassade de paix auprès des Babyloniens, mais en vain car ils sont décidés à détruire Juda.

Parcourez les rues de Jérusalem et ses places. Si vous trouvez un seul homme qui me soit fidèle et pratique la justice, je pardonnerai à la ville (Jérémie 5.1).

Alors que l’Éternel voulait au moins la présence de dix justes dans Sodome pour lui pardonner (Genèse 18.1-33), il n’en demande qu’un seul à Jérusalem. Mais Jérémie n’étant pas originaire de la ville, il ne compte pas.

Ils sont menteurs, même quand ils prononcent un serment en mon nom. Ô Éternel, tu veux qu’on te soit fidèle ! Tu as frappé ces hommes, tu les as écrasés, mais ils sont restés indifférents. Ils ont rendu leur visage plus dur que le roc et ont refusé de changer d’attitude envers toi (Jérémie 5.2-3).

Jérémie dit plusieurs fois que le peuple est endurci, têtu, refuse de changer et tient tête à Dieu.

Je me disais que le petit peuple est insensé parce qu’il ne connaît pas la Loi de Dieu. J’irai donc voir les grands et leur parlerai car eux connaissent la voie de l’Éternel. Eh bien non, tous, petits et grands, se sont rebellés. C’est pourquoi, à cause de leurs révoltes et infidélités répétées, le lion et le loup les frapperont et la panthère tapie près des villes déchirera tous ceux qui en sortiront (Jérémie 5.4-6).

La mention des bêtes féroces pourrait être prise à la lettre, mais elles représentent plutôt l’envahisseur.

Pourquoi te pardonner ? Tes enfants m’ont abandonné et ils jurent au nom des faux dieux. Ils m’avaient juré fidélité et ils sont adultères ; ils vont en foule dans les maisons des prostituées. Ce sont des étalons repus aux pulsions débridées ; chacun d’eux court après la femme de son prochain (Jérémie 5.7-8 ; Deutéronome 27.1-26).

Ces prostituées dites « sacrées » pratiquaient dans les sanctuaires idolâtres. Elles étaient très nombreuses.

Ne vais-je pas punir les écarts de conduite de cette nation ! Escaladez ses murs et détruisez là, mais pas entièrement ! Arrachez les sarments car ils n’appartiennent pas à l’Éternel (Jérémie 5.9-10 ; cp Jérémie 2.21).

févr. 06 2023

Émission du jour | Jean 3.1-13

Jésus et Nicodème : la nouvelle naissance

Nos partenaires