Les études

22 juin 2022

#06 L’assurance devant Dieu (1 Jean 3.17- 4.12)

La haine peut conduire à prendre la vie de quelqu’un mais l’amour de Jésus l’a conduit à donner sa propre vie. Le croyant doit avoir le même amour que Jésus et être prêt à se sacrifier pour son frère.

Si quelqu’un possède les biens du monde et qu’il est indifférent envers son frère dans le besoin, l’amour de Dieu demeure-t-il en lui? Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni avec la langue mais en action et en vérité. Alors nous saurons que nous appartenons à la vérité et nous persuaderons notre conscience devant Dieu que si elle nous condamne. Dieu est plus grand que notre cœur et il connaît toutes choses (1Jean 3.17-18 ; cp Jacques 2.14-17 ; Luc 16.9-13 ; Psaume 24.1 ; Romains 8.1 ; Psaume 103.10-14).

L’amour fraternel doit être mis en pratique. Celui qui est indifférent aux besoins d’un frère est égoïste et ne connaît pas Dieu. Mais celui qui aime vraiment son frère et qu’il est dans le besoin, il ne lui refusera pas son aide. Alors, si, pour une quelconque raison, il se sent culpabilisé, il se prouvera à lui-même que l’amour de Dieu est en lui. Dieu, qui sait tout, siège au tribunal qui est supérieur à ma conscience et il nous a fait grâce.

Bien-aimés, si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu. Alors, quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable (1Jean 3.21-22 ; cp Romains 8.15 ; Éphésiens 3,12 ; Hébreux 10.19 ; 1Jean 5.14 ; Jean 14.13-14).

Une vie d’obéissance et le désir de plaire à Dieu sont nécessaires pour obtenir l’exaucement de nos prières (Jacques 1.22-25). Il faut aussi prier avec une foi ferme (Jacques 1.6-8) et s’attendre à une réponse positive de Dieu.

Et voici ses commandements : Que nous croyions au nom de son Fils Jésus-Christ et que nous nous aimions les uns les autres (1Jean 3.23 ; cp Jean 6.29).

Le monde est incrédule et ingrat à l’égard du Christ, alors que la raison d’être de l’homme est de croire en Jésus et d’aimer Dieu et les frères. Foi et amour vont de pair et résument l’enseignement du Seigneur.

Celui qui obéit à ses commandements demeure en Dieu et Dieu en lui. Et nous reconnaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné (1Jean 3.24 ; cp Jean 15.4-5 ; Romains 8.9).

Le croyant est avec Dieu comme Jésus avec son Père (Jean 10.38; 14.10). Par son Esprit, Dieu fait naître ses enfants, répand son amour dans leur cœur, et est en communion avec eux (Romains 8.14-16; 5:5).

Bien-aimés, ne vous fiez pas à tous les esprits, mais éprouvez-les pour savoir s’ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont dans le monde (1Jean 4.1 ; cp 2Corinthiens 11.14-15).

Jean met encore en garde ses lecteurs contre les hérétiques qui sont animés d’un esprit de mensonge. Les croyants doivent scruter l’enseignement de ceux qui disent parler pour Dieu, à la lumière de ce qu’ils savent être la vérité, car il se peut que ce soient de faux prophètes envoyés par le diable pour noyauter l’Église.

Vous reconnaîtrez l’esprit de Dieu, s’il proclame que Jésus-Christ est devenu chair, mais tout esprit qui ne reconnaît pas Jésus n’est pas de Dieu: c’est celui de l’Antichrist, qui est déjà dans le monde. Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu et vous avez vaincu les faux prophètes, car celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde (1Jean 4.2-4 ; cp Esaïe 9.5 ; Jean 1.1-14 ; 10.30, 38 ; 14.7-9 ; 1Timothée 2.5 ; Jean 14.16 ; 16.7, 13 ; 1Corinthiens 2.12-15).

L’Esprit enseigne que Jésus est aussi le Fils éternel de Dieu le Père, et qu’il a revêtu notre humanité. Sa présence rend le croyant capable de détecter les mensonges semés par les hérétiques.

Les faux prophètes sont du monde ; leurs paroles viennent du monde, et le monde les écoute. Nous, nous appartenons à Dieu. Celui qui connaît Dieu nous écoute, mais celui qui ne connaît pas Dieu ne nous écoute pas. C’est ce qui permet de distinguer l’esprit de la vérité de l’esprit de l’erreur (1Jean 4.5-6 ; cp Jean 15.19).

Les gens du monde prêtent l’oreille aux mensonges inspirés par Satan et répandus par les hérétiques, tandis que les enfants de Dieu écoutent les vérités enseignées par ceux qui dispensent la Parole de Dieu.

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres car l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. Dieu a prouvé son amour en envoyant son Fils unique dans le monde, pour que par lui, nous ayons la vie. Et cet amour ne consiste pas en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés, et qu’il a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés (1Jean 4.7-10 ; cp Jean 15.13 ; Esaïe 53.5 ; Romains 3.25 ; 5.6-10 ; 2Corinthiens 5.21 ; Galates 3.13 ; 1Pierre 3.18).

C’est la troisième fois que Jean revient sur le thème de l’amour qui lui est si cher. L’amour d’un croyant pour ses frères et sœurs dans la foi est l’effet logique et normal d’avoir été engendré par Dieu, dont la nature est l’amour, et c’est cet amour qui est à l’origine de la rédemption (Jean 3.16 ; Éphésiens 2,4-7). Dieu a déversé sa colère sur son Fils unique, cet autre lui-même, afin que sa sainteté et justice soient satisfaites et qu’il puisse accorder la vie éternelle aux pécheurs, ce qui est le plus grand des dons jamais offerts.

Mes chers amis, puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres. Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous avons de l’amour les uns pour les autres, Dieu demeure en nous et son amour est pleinement épanoui parmi nous (1Jean 4.11-12 ; cp Exode 33.20 ; Jean 1.18 ; 15.12).

févr. 07 2023

Émission du jour | Jean 3.14-36

Dieu a tant aimé le monde

Nos partenaires