Les études

22 juin 2022

#07 Dieu est amour (1 Jean 4.13-5.5)

Nul n’a jamais vu Dieu dans toute sa gloire. Celle de Jésus était voilée par son humanité. Mais celui qui a vu Jésus a vu Dieu le Père. L’amour a sa source en Dieu et a été répandu par son Fils. Aujourd’hui, il s’exprime à travers les croyants, dont l’amour, les uns pour les autres, doit être aussi fort que l’amour de Dieu pour eux. Celui qui est indifférent envers les frères n’est pas en règle avec Dieu.

Voici comment nous savons que nous demeurons en Dieu et qu’il demeure en nous : c’est par son Esprit qu’il nous a donné (1Jean 4.13 ; cp Romains 5.5).

C’est par l’action du Saint-Esprit que les croyants connaissent et comprennent l’amour de Dieu et désirent le partager. Ils aiment spontanément et sincèrement leurs frères, leurs prochains et même leurs ennemis.

Nous avons vu le Fils de nos yeux et nous en parlons en témoins : le Père a envoyé son Fils pour être le Sauveur du monde. Si quelqu’un reconnaît que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui et lui en Dieu (1Jean 4.14-15 ; cp 1Jean 4.42 ; Jean 17.3).

Jean a été l’un des témoins oculaires du ministère de Jésus ; il l’a vu en action et peut affirmer qu’il est bien le Fils de Dieu et qu’il n’y a rien de plus important dans la vie que de croire en Lui.

Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu nous porte et nous y avons cru. Dieu est amour : celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui (1Jean 4.16).

L’amour de Dieu ne saute pas aux yeux des non-croyants parce qu’ils sont de ce monde. Seul l’homme de foi peut discerner l’amour de Dieu. Celui qui aime ses frères et sœurs dans la foi et son prochain est en communion avec Dieu et son amour lui vient du Saint-Esprit.

Si l’amour est pleinement épanoui parmi nous, nous aurons une pleine assurance au jour du jugement, car tel est le Christ dans les cieux, tels nous sommes dans le monde (1Jean 4.17 ; cp 1Jean 2.28 ; 3.21 ; 5.14 ; Jean 5.24 ; Romains 8.1 ; 1Thessaloniciens 1.10 ; 5.9 ; Romains 14.10 ; 2Corinthiens 5.10).

Si les croyants demeurent unis dans l’amour fraternel et donc en communion avec Dieu, ils sont comme Jésus qui, dans la gloire, est parfaitement uni à son Père. Ils seront alors pleins d’assurance quand ils devront comparaître devant le tribunal du Christ.

La crainte suppose la perspective d’un châtiment, mais le véritable amour chasse toute crainte. L’amour de celui qui vit dans la crainte n’est pas parvenu à sa pleine maturité (1Jean 4.18 ; cp Romains 8.15).

Nous devons à Dieu une crainte respectueuse (Hébreux 5.7 ; 1Pierre 1.17) qui n’est pas le sentiment de culpabilité du pécheur et le tourment de sa conscience qui seront éternels pour ceux qui n’ont pas accepté Jésus comme Sauveur. Par contre, quand un croyant va dans l’au-delà, ses péchés et sa culpabilité restent sur la croix.

Quant à nous, nous aimons parce que Dieu nous a aimés le premier (1Jean 4.19 ; cp Romains 5.5).

C’est parce que Dieu nous a aimés et donné son Esprit, qu’en retour nous pouvons l’aimer, Lui, les frères et sœurs en Christ, ainsi que notre prochain. L’amour chrétien qui est donné à celui qui en est indigne, découle de la nature de celui qui aime et non du mérite de celui qui est aimé.

Celui qui prétend aimer Dieu, mais qui déteste son frère, est un menteur. Car s’il n’aime pas son frère qu’il voit, il ne peut pas aimer Dieu qu’il ne voit pas. Et puis Jésus a ordonné : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère (1Jean 4.20-21 ; cp 1Jean 4.12 ; Matthieu 22.37-39).

Celui qui dit aimer Dieu doit aimer son prochain et, à plus forte raison, ses frères et sœurs dans la foi. C’est un ordre divin. Et on prouve son amour pour Dieu en aimant les croyants, même ceux de caractère difficile.

Celui qui croit que Jésus homme est le Christ est un enfant de Dieu et celui qui aime le Père, qui l’a fait naître à la vie, aime aussi les enfants nés de lui (1Jean 5.1 ; cp 1Jean 2.22 ; 3.9 ; 4.7 ; 5.4, 18).

Dans cette lettre, Jean s’attaque aux hérétiques qui ne croient pas que le Christ est à la fois homme et Dieu. Par contre, celui qui est né de Dieu le croit et il aime ses frères et sœurs nés du même Père que lui.

Nous aimons réellement les enfants de Dieu quand nous aimons Dieu, en obéissant à ses commandements. D’ailleurs, ceux-ci ne sont pas pénibles, car tous ceux qui sont nés de Dieu triomphent du monde par la foi. Qui, en effet, triomphe du monde sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu (1Jean 5.2-5 ; cp Jean 14.21 ; Matthieu 11.29-30 ; Jean 16.33 ; Romains 8.35-39 ; 1Corinthiens 15.57 ; 2Corinthiens 4.17-18).

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires