Les études

20 juin 2022

#05 Gédéon et les trois cents soldats (Juges 7.12-8.35)

La foi de Gédéon est plutôt faible et il ne brille pas par son courage.

Les Madianites et leurs alliés étaient répandus dans la vallée comme une nuée de sauterelles. Gédéon s’approche et entend un homme raconter à un autre un rêve: j’ai vu une miche de pain rouler à travers le camp. Elle a frappé la tente et l’a renversée. Son camarade répond : C’est l’épée de Gédéon à qui Dieu donne la victoire. Après avoir entendu cela, Gédéon se prosterna, retourna au camp d’Israël et cria : Tout le monde debout car l’Éternel vous donne la victoire ! (Juges 7.12-15).

Gédéon arrive évidemment au bon moment pour entendre le rêve et comprendre que l’Éternel a semé la terreur dans les rangs ennemis. Enfin rassuré, il est prêt à foncer.

Gédéon divise les trois cents soldats en trois groupes et donne à chacun un cor et une cruche dans laquelle ils mettent une torche allumée. Faites comme moi. Quand mon groupe sonnera du cor, sonnez-vous aussi ” Peu avant minuit, Gédéon et son groupe arrivent aux abords du camp et se mettent à sonner du cor puis ils cassent les cruches. Les deux autres groupes font de même. De la main gauche, ils brandissent les torches et de la droite ils tiennent les cors et tous crient : “ À vos épées, pour l’Éternel et pour Gédéon ! ” tout en restant à leur place autour du camp madianite (Juges 7.16-20).

Un profond silence règne dans le camp, quand tout à coup Gédéon et ses troupes déclenchent un ramdam qui éclaire et déchire la nuit. L’effet de surprise fait croire aux Madianites qu’ils sont assaillis de toutes parts.

Dans le camp, les soldats se mettent alors à courir, à crier et à se massacrer entre eux tandis que les Israélites continuent à sonner du cor. Finalement, les survivants s’enfuient en direction du Jourdain. Les Israélites se lancent à leur poursuite et Gédéon envoie des messagers aux hommes d’Éphraïm pour qu’ils occupent tous les gués afin de couper la retraite aux Madianites. Ils tuent deux de leurs chefs et rapportent leurs têtes à Gédéon (Juges 7.21-25).

C’est la grosse panique. Les soldats cherchent à se sauver mais dans les ténèbres et le brouhaha, ils sont incapables de distinguer un ami d’un ennemi, alors chacun se fraie un chemin à coups d’épée et s’entre-tuent.

Les hommes d’Éphraïm disent à Gédéon : Pourquoi ne nous as-tu pas appelés pour combattre les Madianites ? Mais je n’ai rien fait comparé à vous car c’est à vous que Dieu a livré les chefs. Ces paroles calment leur colère. Puis Gédéon traverse le Jourdain avec ses trois cents hommes et, malgré la fatigue, poursuit l’ennemi. Deux chefs sont retranchés avec les quinze mille hommes qui leur restent car cent vingt mille sont déjà tombés. Gédéon attaque leur camp par surprise et les deux chefs s’enfuient mais il les poursuit, les capture et les tue parce qu’ils avaient tué ses frères (Juges 8.1-12).

Ayant parcouru 200 km, les rescapés madianites se croient en sûreté. Mais Gédéon passe par le désert et les attaque par surprise. En chemin, Gédéon avait demandé le soutien de deux villes de la tribu de Gad, mais ils avaient refusé et s’étaient moqués de Gédéon. Alors à son retour, il s’est vengé d’eux, puis a exécuté les deux rois madianites prisonniers (Juges 8.13-21).

Les Israélites dirent à Gédéon : Règne sur nous. Mais il répond: Non; c’est l’Éternel qui régnera sur vous. Mais que chacun de vous me donne une boucle d’oreille en or de votre butin. Gédéon récolte ainsi plus de 20 kg d’or et d’autres bijoux avec lesquels il fabrique une tunique sacerdotale (éphod) qu’il installe dans son village (Juges 8.22-27).

Le mot « éphod » désigne toujours un habit sacerdotal mais ici, il s’agit peut-être d’une statue que Gédéon dresse en son honneur, ce qui est un geste d’orgueil. Après sa victoire, Gédéon préside une période de paix de 40 ans, mais après sa mort, la situation se détériore rapidement.

Gédéon eut soixante-dix fils car il avait de nombreuses femmes. Une concubine lui donna un fils qu’il appela Abimélek (Juges 8.29-32).

Ce nom signifie « mon père est roi ». Il semble que Gédéon regrette d’avoir refusé la royauté. En tout cas il s’est rattrapé par un imposant harem digne d’un puissant monarque.

Gédéon mort, les Israélites recommencent à vouer un culte à Baal; ils sont ingrats envers sa famille et oublient que Dieu les avait délivrés (Juges 8.33-35).

mai 24 2024

Émission du jour | Galates 1.1

Commentaires bibliques audios & textes

Nos partenaires