Les études

20 juin 2022

#04 Gédéon démolit l’autel de Baal (Juges 6.11-7.11)

Ces peuples nomades sont très voraces. Comme les Israélites ont la tête dure et ne font pas le lien entre leur détresse et leur idolâtrie, un prophète vient mettre les points sur les « i ».

Gédéon battait le blé dans le pressoir à raisin pour le cacher des Madianites. L’ange de l’Éternel lui apparaît et dit : L’Éternel est avec toi, vaillant guerrier ! Gédéon répond : si l’Éternel est avec nous, pourquoi tant de malheurs ? Où sont tous ces prodiges que nos pères nous ont racontés ? Non, l’Éternel nous a abandonnés (Juges 6.11-13).

Cet Ange se présente sous l’aspect d’un pèlerin de passage. Il a choisi Gédéon parce que ses frères ont été tués par les Madianites (Juges 8.18-19).

Va et délivre Israël des Madianites. N’est-ce pas moi qui t’envoie? Mais avec quoi pourrais-je délivrer Israël ? Je suis le plus jeune fils d’une famille insignifiante de Manassé. L’Éternel répondit : Je serai avec toi et tu vaincras. (Juges 6.15-16).

Le pèlerin révèle son identité ; il s’agit d’une apparition de la seconde personne de la Trinité. Il ordonne à Gédéon de passer à l’action, mais ce dernier hésite et on le comprend.

Si tu m’accordes vraiment ta faveur, prouve-moi que c’est bien toi qui me parles, et reste ici jusqu’à ce que je revienne avec une offrande. Je t’attendrai. Gédéon apprêta un chevreau et des pains sans levain et les apporta à l’Ange qui lui dit : Prends le tout et dépose-les sur ce rocher. Puis l’ange toucha la viande et les pains de son bâton et une flamme jaillit du rocher et consuma le tout. Puis l’Ange disparut (Juges 6.17-21).

Gédéon obéit aux règles d’hospitalité et veut une preuve que ce visiteur vient de Dieu. Mais il ne s’attendait pas à un holocauste et il est terrifié.

Gédéon reconnaît que c’est l’ange de l’Éternel et s’écrie : Malheur à moi car je l’ai vu de mes yeux. Mais l’Éternel lui dit : Rassure-toi, n’aie pas peur. La nuit suivante, l’Éternel lui dit : prends le jeune taureau de ton père et celui de sept ans. Démolis l’autel de Baal qui est à ton père et le poteau sacré qui est à côté, puis bâtis un autel à l’Éternel au sommet de la colline. Offre le second taureau en holocauste avec le bois du poteau. Gédéon prend dix serviteurs et obéit mais comme il craint sa famille et les habitants du village, il opère de nuit (Juges 6.22-27).

Tout le village est idolâtre y compris la famille de Gédéon. Sa mission doit être précédée par une rupture totale avec les idoles et la restauration du culte de l’Éternel. Cette démolition est une entreprise colossale et dangereuse parce que les villageois ne vont pas apprécier le geste. Mais bien qu’il ait la peur au ventre, Gédéon obéit de nuit afin d’éviter toute confrontation.

Le lendemain les villageois découvrent que l’autel de Baal a été démoli, le poteau sacré abattu et qu’un taureau a été sacrifié sur un autel nouvellement construit. Ils se demandent : Mais qui a fait cela ? On leur dit que c’est Gédéon, le fils de Joas. Alors ils lui disent : Fais sortir ton fils et il mourra, mais Joas répond : Est-ce à vous de défendre la cause de Baal ? Si Baal est dieu, qu’il se défende lui-même (Juges 6.28-31).

Au niveau déchéance, les Israélites sont au même niveau que les Cananéens. Mais Joas, encouragé par le courage de son fils, prend sa défense et remet Baal à sa place.

Les Madianites et les nomades de l’Orient rassemblent leurs troupes, traversent le Jourdain et installent leur camp dans la vallée. L’Esprit de l’Éternel s’empare alors de Gédéon qui sonne du cor et les hommes du village se rassemblent pour le suivre. Il envoie des messagers dans Manassé, Aser, Zabulon et Nephtali, et tous le rejoignent (Juges 6.33-35).

Gédéon recrute d’abord ceux de son village, puis de sa tribu et enfin des tribus proches. Sous une impulsion divine, les hommes reconnaissent en lui un libérateur et le suivent. Mais Gédéon hésite encore et demande à l’Éternel deux signes supplémentaires, que Dieu va lui accorder sans lui faire le moindre reproche.

Gédéon dit à Dieu : Si tu veux vraiment délivrer Israël, j’étendrai une toison de laine sur le sol et si elle seule se couvre de rosée et le sol autour reste sec, je saurai que tu délivreras Israël par ma main. Le lendemain, il pressa la toison et en fit sortir assez de rosée pour remplir un bol. Alors il dit à Dieu : Ne te fâche pas mais je te demande que la toison seule reste sèche et que la rosée mouille le sol. Et Dieu fit ainsi : la toison resta sèche et le sol autour fut recouvert de rosée (Juges 6.36-40).

Cette fois-ci, Gédéon est convaincu et semble prêt au combat.

Le lendemain matin, Gédéon se met en route avec ses troupes mais l’Éternel lui dit : Les Israélites sont trop nombreux. Après la victoire ils vont s’en vanter. Proclame à tes troupes : “ Que celui qui tremble de peur rentre chez lui. ” Vingt-deux mille hommes partent et il en reste dix mille. Mais l’Éternel dit : Ils sont encore trop nombreux. Qu’ils descendent boire au torrent. Mets d’un côté ceux qui lapent l’eau avec la langue et de l’autre ceux qui s’agenouillent. Trois cents hommes prirent l’eau dans leurs mains pour la laper. L’Éternel dit : ce sont avec ceux-là que je vous délivrerai des Madianites (Juges 7.1-7).

Plus loin on apprend que la coalition madianite compte 135 000 hommes alors qu’en face d’eux, les Israélites ont les effectifs d’une colonie de vacances. Bonjour les sueurs froides.

Cette nuit-là, l’Éternel dit à Gédéon : Attaque le camp madianite car je te le livre. Mais si tu as peur vas-y avec ton serviteur et écoute ce qu’ils disent, cela t’encouragera, puis attaque le camp. Gédéon descendit donc avec son serviteur (Juges 7.8-11).

mai 24 2024

Émission du jour | Galates 1.1

Commentaires bibliques audios & textes

Nos partenaires