Les études

20 juin 2022

#05 De nombreux miracles (Actes 5.12-6.4)

La jeune Église chrétienne est propulsée par des signes miraculeux qui attestent que le message donné par Pierre et Jean du salut en Jésus-Christ est vrai.

« Les apôtres font beaucoup de guérisons et les croyants se rassemblent dans la cour du Temple. Un nombre croissant d’hommes et de femmes croient au Seigneur. On installe même les malades dans les rues pour qu’au passage de Pierre son ombre les couvre. Des foules accourent des villes voisines amenant des malades et des démoniaques, et tous sont guéris. Alors, par jalousie, le grand-prêtre et les sadducéens font jeter les apôtres en prison. Mais la nuit, un ange vient ouvrir les portes, fait sortir les apôtres, et leur dit : Allez au Temple proclamer au peuple le message de la vie nouvelle » (Actes 5.12-20).

C’est déjà la deuxième fois que les apôtres sont emprisonnés par pure méchanceté.

« Dès l’aube, les apôtres se rendent dans le Temple pour enseigner. De son côté, le grand-prêtre convoque le Grand-Conseil et ordonne d’aller chercher les apôtres, mais à leur retour les gardes disent : la prison était fermée et les sentinelles à leur poste mais nous y avons trouvé personne. Alors qu’ils sont profondément perplexes, on vient leur dire : Les hommes que vous avez emprisonnés enseignent le peuple dans la cour du Temple » (Actes 5.21-25).

La faune religieuse n’est évidemment pas prête à accepter qu’un miracle ait eu lieu mais ils sont quand même fort inquiets.

« Alors les gardes vont au Temple et ramènent les apôtres mais en douceur à cause du peuple. Le grand-prêtre leur dit : Nous vous avons interdit de parler au nom de cet homme, et voilà que vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement et voulez nous rendre responsables de la mort de cet homme. Mais Pierre et les apôtres répondent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5.26-29).

Les religieux sont mal dans leurs sabots parce qu’ils craignent que, convaincu par les apôtres que Jésus est le Messie, le peuple ne se retourne contre ses chefs pour avoir ordonné sa mort.

« Le Dieu de nos ancêtres a ressuscité Jésus que vous avez tué de vos propres mains et l’a élevé à sa droite comme Prince et Sauveur pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. Nous sommes témoins de ces événements, avec le Saint-Esprit que Dieu donne à ceux qui lui obéissent » (Actes 5.30-32).

Courageusement, les apôtres portent une accusation cinglante contre le parti des sadducéens qui ne croit pas au surnaturel, puis en profitent pour annoncer une fois encore la résurrection.

« Furieux, ils veulent les faire mourir, mais Gamaliel, un pharisien enseignant de la Loi et estimé de tout le peuple se lève. Il fait sortir les apôtres puis dit : faites bien attention à ce que vous allez faire de ces hommes » (Actes 5.33-35).

Gamaliel est le maître de Saul de Tarse qui deviendra l’apôtre Paul. Homme sage et impartial, il conseille la prudence à ses collègues aveuglés par leur jalousie.

« Rappelez-vous de Theudas qui était suivi par quatre cents hommes. Il a été tué et ses disciples se sont dispersés. Après lui, est apparu Judas de Galilée qui attira à lui beaucoup des gens. Il a péri et tous ses partisans ont disparu. À présent donc, laissez ces hommes tranquilles. Ou bien leur œuvre vient des hommes et leur mouvement disparaîtra, ou bien, il vient de Dieu et vous ne pourrez pas le détruire. Ne prenez pas le risque de faire la guerre à Dieu. Le Grand-Conseil accepta son avis » (Actes 5.36-39).

Gamaliel invoque la providence qui ne permet pas que de faux prophètes subsistent en Israël, et qui donne plein succès à une œuvre divine. Ce n’est pas toujours vrai mais on peut respecter sa confiance en Dieu et sa crainte de s’opposer à lui.

« Ils rappellent donc les apôtres, les font battre, leur défendent de parler au nom de Jésus, puis les relâchent. Les apôtres partent tout joyeux d’avoir été jugés dignes de souffrir pour Jésus. Et chaque jour, ils continuent à annoncer la bonne nouvelle que Jésus est le Messie » (Actes 5.40-42).

Les apôtres subissent la flagellation qui consiste déjà à faire la guerre à Dieu. Tout comme leur Maître, ils sont dignes de subir un acte déshonorant.

Je commence le chapitre 6.

« Comme le nombre des disciples ne cesse d’augmenter, ceux de culture grecque se plaignent des Hébreux de Palestine parce que leurs veuves grecques sont négligées dans les distributions de nourriture » (Actes 6.1).

Ce problème survient parce que les étrangères sont moins connues et moins en vue que les veuves qui habitent Jérusalem de longue date.

« Alors les apôtres disent aux disciples : Il n’est pas convenable que nous arrêtons de proclamer la Parole pour nous occuper des distributions. Choisissez donc sept hommes dignes de confiance remplis du Saint Esprit et de sagesse pour ce travail, ce qui nous permettra de nous consacrer à la prière et à l’enseignement » (Actes 6.2-4).

Ce double principe de l’autorité apostolique et de l’organisation démocratique de l’Église se retrouve plusieurs fois dans le livre des Actes où on voit que l’Église se gouverne elle-même, sous la direction des serviteurs de la Parole de Dieu. Pour assurer la fonction de diacre, il faut posséder de solides qualités spirituelles car ces personnes doivent aussi prendre soin des âmes.

juin 21 2024

Émission du jour | Psaumes 1.1

Voici l’homme heureux

Nos partenaires