Les études

01 juillet 2022

#03 Reproches au peuple d’Israël (Jérémie 2.6-27)

Ce réquisitoire concerne tous les Israélites depuis leur sortie d’Égypte. L’idolâtrie a été le problème endémique d’Israël et ce n’est pas un acte neutre car on devient ce qu’on adore (cp Psaume 115.8 ; Romains 1.21).

Ils n’ont pas dit : “ cherchons l’Éternel qui nous a fait sortir d’Égypte et nous a conduits dans le désert aride et désolé où règnent les ténèbres ”. Pourtant, je vous ai conduits dans un pays fertile rempli de fruits excellents. Mais vous l’avez souillé et en avez fait un lieu abominable (Jérémie 2.6-7 ; cp Nombres 35.34).

Les Israélites ont oublié les bienfaits de Dieu et se sont détournés de lui. L’Éternel a chassé les Cananéens idolâtres mais le pays n’a fait que changer de profanateurs.

Les prêtres n’ont pas cherché l’Éternel. Les spécialistes de la Loi ne me connaissent pas, les chefs du peuple ont rompu mon alliance et les prophètes prophétisent au nom du dieu Baal. Ils vont après des idoles qui ne sont rien. C’est pourquoi je vais faire un procès contre vous et vos descendants (Jérémie 2.8-9).

Le petit peuple n’est pas le seul coupable. Au lieu de donner l’exemple, tous ceux qui, en Israël, exercent une quelconque charge, font exactement l’inverse de leur devoir.

Que ce soit en Occident ou en Orient, existe-t-il un peuple qui ait changé de dieux et des dieux qui n’existent pas ? Mais mon peuple a échangé son Dieu de gloire contre du néant ! Cieux, soyez étonnés et consternés, dit l’Éternel, car mon peuple a commis un double mal : il m’a abandonné, moi, la source d’eaux vives et il s’est creusé des citernes fendues qui ne retiennent pas l’eau (Jérémie 2.11-13).

Alors que les païens conservent leurs fausses divinités inutiles, Israël a abandonné le vrai Dieu et l’a remplacé par des idoles : un crime de lèse majesté.

Israël est-il un esclave pour être traité comme un butin de guerre ? Des lionceaux rugissent et ravagent son pays. Ses villes sont incendiées et abandonnées. Même les Égyptiens vous brouteront le crâne. Tout cela t’arrive parce que tu as abandonné l’Éternel ton Dieu, alors qu’il te guidait dans le droit chemin (Jérémie 2.14-17 ; cp 2Rois 24.2).

Les lionceaux sont les Ammonites, Moabites, Édomites et les tribus du désert qui ravagent les villes de Juda.

Maintenant, que te sert d’aller en Égypte et en Assyrie pour y boire les eaux de leur fleuve ? Ta méchanceté et tes rébellions entraîneront ton châtiment. Tu vas voir combien il est douloureux et amer d’abandonner l’Éternel ton Dieu et de ne plus me révérer, dit le Seigneur des armées célestes. Depuis toujours, tu te cabres en disant : “ Je ne veux plus obéir ! ” Mais, sur toute haute colline et sous tout arbre vert, tu t’es allongée comme une prostituée ! (Jérémie 2.18-20).

Jérémie dénonce les alliances contractées par les chefs politiques, soit avec l’Égypte, soit avec l’Assyrie pourtant en plein déclin. Ce manque total d’égard envers Dieu, auquel s’ajoute une idolâtrie sans frein avec des pratiques abominables, va déclencher le châtiment de la nation.

Je t’avais plantée comme un cep excellent d’une bonne variété. Comment es tu devenu le plant dégénéré d’une vigne sauvage ? Quand tu te laverais avec de la potasse et beaucoup de soude, la tache de ton péché resterait devant moi, dit le Seigneur, l’Éternel. (Jérémie 2.21; cp Ésaïe 5.2).

La vigne plantée par l’Éternel produit des mauvais raisins parce que le cep est corrompu. Les fautes d’Israël sont profondes et les signes d’une maladie sans remède. Il va donc falloir arracher cette vigne.

Comment oses-tu dire : “ Je ne me suis pas souillée, je n’ai pas adoré les idoles ? ” Regarde tes traces dans la vallée ! Reconnais ce que tu as fait ; tu t’es conduit comme une chamelle écervelée qui gambade ça et là, comme une ânesse sauvage qui, animée par le feu de sa passion, renifle l’air. Qui pourrait refréner l’ardeur de ses pulsions ? Quand elle est ainsi en chaleur, tous ceux qui la recherchent n’auront aucun mal à la trouver. Prends garde que ton pied ne se déchausse et que ton gosier ne se dessèche ! Mais tu dis : “ avertissement inutile car j’aime les dieux étrangers et je les suivrai ” (Jérémie 2.23-25).

La pratique de l’idolâtrie est devenue un instinct primal et une frénésie sauvage. Les Israélites se comportent comme une femelle qui a le feu aux fesses et qui cherche un mâle pour assouvir sa passion sexuelle et leur endurcissement est si profond qu’ils ne sont pas conscients de leurs péchés. Mais leur poursuite effrénée des idoles va finir par une marche forcée vers Babylone, pieds nus et crevant la soif.

Comme un voleur a honte lorsqu’il est découvert, ainsi la honte est sur Israël, ses rois, ses chefs, ses prêtres, ses prophètes, car ils disent à du bois : “ Tu es mon créateur ! ” et à la pierre : “ Tu m’as mis au monde ! ” Ils se sont détournés de moi, mais dans le malheur, ils disent : “ viens, sauve-nous ! ” Eh bien qu’ils te sauvent les dieux que tu t’es fabriqués ! Ô Juda : tu as autant de dieux que de villes ! (Jérémie 2.26-27).

févr. 21 2024

Émission du jour | Esdras 9.1-15

Désolation et prière d'Esdras

Nos partenaires