Les études

01 juillet 2022

#02 Jérémie mis à part comme porte-parole (Jérémie 1.6-2.5)

Jérémie ne s’est pas auto-proclamé prophète, mais comme l’apôtre Paul (Galates 1.15 ; Romains 1.1), il a été mis à part, avant même sa naissance, par Dieu, pour annoncer sa Parole.

Je répondis : Hélas, Seigneur Éternel, je ne sais pas m’exprimer car je suis un jeune homme. Mais l’Éternel me répondit : Ne dis pas : “ Je suis un jeune homme ”, car tu iras trouver tous ceux auprès de qui je t’enverrai et tu leur diras tout ce que je t’ordonnerai. N’aie pas peur de ces gens, car je suis avec toi pour te protéger, l’Éternel le déclare (Jérémie 1.6-8).

Jérémie n’a pas encore 30 ans, l’âge de la majorité chez les Juifs, et il sait que sa mission va être rude. Mais Dieu n’a pas l’intention de discuter de son choix. Il demande obéissance et fidélité, et lui se chargera du reste, une promesse qu’il a également faite à Moïse, et Jésus à ses disciples (Exode 3.12 ; Matthieu 28.20).

Alors l’Éternel tendit la main, me toucha la bouche, et me dit : je mets mes paroles dans ta bouche et je te confie aujourd’hui une mission envers les nations et les royaumes : celle d’arracher et d’abattre, de ruiner et de détruire, de construire et de planter (Jérémie 1.9-10 ; cp Esaïe 6.1-8).

Dans une vision et par ce geste, Dieu fait de Jérémie son porte-parole. Quatre verbes décrivent le châtiment divin et deux, sa miséricorde (2Corinthiens 2.15). L’Égypte, Babylone et Jérusalem seront détruites, mais Israël sera reconstruit par les Juifs qui reviendront d’exil, puis Dieu conclura une Nouvelle Alliance en Jésus-Christ.

L’Éternel me demanda : Que vois-tu, Jérémie ? Je répondis : Je vois une branche d’amandier. Tu as bien vu, car je fais en sorte que mes paroles s’accomplissent (Jérémie 1.11-12).

En hébreu, l’amandier est appelé « l’arbre qui veille », parce qu’il fleurit déjà en janvier alors que la nature sommeille encore. Il symbolise la vigilance de Dieu qui est prêt à exercer ses jugements.

Puis l’Éternel m’adressa une seconde fois la parole : Que vois-tu ? Je répondis : Je vois un chaudron en ébullition du côté nord. L’Éternel me dit : C’est du nord que le malheur viendra frapper tous les habitants de ce pays. Car je vais appeler tous les peuples des royaumes du nord et ils viendront s’installer devant les portes de Jérusalem, face à ses remparts et à tous ceux des villes de Juda. Et je rendrai mon jugement contre les habitants pour tout le mal qu’ils ont commis, pour m’avoir abandonné afin d’offrir des sacrifices à d’autres dieux et de se prosterner devant les idoles qu’ils se sont fabriqués (Jérémie 1.13-16).

La chaudière qui bout est une menace de guerre. C’est du nord que viendra l’armée babylonienne pour conquérir et dicter la loi du vainqueur, mais surtout, pour punir les Israélites idolâtres.

Serre donc ta ceinture, va, et dis-leur tout ce que je t’ordonnerai. Ne les crains pas sinon je te remplirai de frayeur devant eux (Jérémie 1.17).

En Orient, on serre sa ceinture avant d’entreprendre une tâche. Dieu paraît dur envers Jérémie, mais ni lui ni Jésus n’ont de place pour des disciples timorés (Luc 12.8-9).

Et moi, je fais de toi comme une ville fortifiée, un pilier de fer et un rempart de bronze, contre les rois de Juda, ses ministres, ses prêtres et son peuple. Ils te combattront mais ne te vaincront pas, car je suis avec toi et je te protégerai (Jérémie 1.18-19 ; cp Esaïe 50.7 ; Ézéchiel 3.9).

Jérémie devra braver tous les habitants de Juda. Il sera brutalisé et emprisonné, mais devra être impassible et tenace. Cependant, il bénéficiera du soutien de Dieu qui le protégera et lui donnera la force de tenir bon.

L’Éternel me dit alors : Va à Jérusalem et crie à ses habitants : ainsi parle l’Éternel : Je me souviens de ta piété dans ta jeunesse et de ton amour au temps des fiançailles, quand tu me suivais dans le désert aride. Israël était alors consacré à l’Éternel, tout comme les premiers fruits d’une récolte. Quiconque les mange se rend coupable (Jérémie 2.1-3 ; cp Exode 4.31 ; 14.31 ; 19.8 ; Deutéronome 18.3-4).

Les fiançailles et le mariage sont des métaphores qui décrivent les relations de l’Éternel avec Israël. Après sa sortie d’Égypte, bon gré mal gré, le peuple obéissait à Moïse et Dieu subvenait à ses besoins. Suite à la Loi qui est un traité d’alliance, Israël est devenu l’épouse de l’Éternel et sa possession. Mais les rébellions du peuple sont devenues de plus en plus fréquentes, l’idolâtrie s’est aggravée et ça n’a fait qu’empirer.

Que toutes les familles du peuple d’Israël écoutent la parole de l’Éternel : qu’est-ce que vos ancêtres ont trouvé à me reprocher pour aller auprès de vaines idoles et devenir eux-mêmes futiles (Jérémie 2.4-5).

janv. 27 2023

Émission du jour | Nombres 31.1 – 35.8

Victoire sur Madian - Partage du Pays

Nos partenaires