Les études

22 juin 2022

#03 Le combat (2 Timothée 2.6-16)

Paul semble avoir été friand de compétitions sportives. Pour gagner une épreuve, l’athlète doit être meilleur que les autres, mais aussi obéir à toutes les règles de la compétition, sinon il sera disqualifié. Pareillement, le croyant doit accepter de tenir son corps en bride, et d’obéir aux commandements des Écritures.

Le cultivateur doit travailler avant de cueillir la récolte (2 Timothée 2.6).

C’est la nature qui commande, et la terre ne cède ses fruits qu’au prix de gros efforts.

Réfléchis, et le Seigneur te donnera l’intelligence pour comprendre ce que je te dis (2 Timothée 2.7).

Le soldat, l’athlète et l’agriculteur sont persévérants, entièrement consacrés et prêts à tous les sacrifices. Timothée doit saisir les implications de ces trois occupations et les reproduire dans son ministère.

Souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts, et descendant de David, conformément à l’Évangile que j’annonce (2 Timothée 2.8 ; cp 1Corinthiens 15.3-4,17,19).

Jésus est Dieu incarné et le Sauveur. Sa résurrection est la quintessence du christianisme et la preuve qu’il est vivant, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs comme les Écritures l’enseignent.

C’est pour cet Évangile que je souffre, et suis dans les chaînes comme un criminel, mais la Parole de Dieu n’est pas enchaînée. Je supporte donc patiemment les épreuves pour les élus, afin qu’ils obtiennent le salut et la gloire éternelle qui sont en Jésus-Christ (2 Timothée 2.9-10 ; cp 1Pierre 2.20-21 ; 2Corinthiens 12.10 ; Romains 8.17 ; 10.13-14).

Paul va être exécuté pour avoir prêché l’Évangile mais il regarde au-delà de sa condition. Ses souffrances ne sont pas inutiles parce que la Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu qu’il a annoncée continue de se répandre librement. L’Évangile a le pouvoir d’apporter le salut et la gloire à ceux qui l’acceptent, et ni les Juifs, ni les païens, ni le pouvoir politique, ni les puissances des ténèbres ne peuvent enrayer son avancée.

Il est certain que puisque nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui, et si nous souffrons avec lui, nous régnerons aussi avec lui. Mais si nous le renions, lui aussi nous reniera. Si nous sommes infidèles, lui, il demeure fidèle, car il ne peut pas se renier lui-même (2 Timothée 2.11-13 ; cp Matthieu 10.33 ; Romains 6.8 ; Colossiens 1.21-23 ; 2Pierre 2.1 ; Hébreux 6.4-6).

Le rythme et le parallélisme de ce passage semble correspondre à une strophe d’un cantique. Nous devons emprunter le même chemin que Jésus : de la mort à la vie et de l’humiliation à la gloire. Ceux qui sont persécutés au nom de Jésus persévèrent parce qu’ils ont le feu sacré et savent qu’ils régneront un jour avec lui. Si un croyant s’égare, le Seigneur lui demeurera fidèle. Par contre, les faux frères qui disent accepter Jésus, mais qui le renient par leur enseignement et leur mauvaise conduite, sont maudits.

Voilà ce qu’il te faut rappeler : recommande devant le Seigneur qu’on évite les disputes de mots car elles ne servent à rien si ce n’est de conduire à la catastrophe ceux qui les écoutent (2 Timothée 2.14).

Paul donne un ordre très solennel. On ne discute pas avec les hérétiques. Depuis le 19e siècle, des myriades d’intellectuels et de scientifiques s’attaquent à Dieu, sans se rendre compte qu’ils sont les jouets de Satan.

Efforce-toi d’être approuvé par Dieu, un ouvrier qui n’a pas à rougir, proclamant courageusement la Parole de vérité (2 Timothée 2.15).

Timothée doit persévérer sans se laisser intimider par les hérétiques ou les persécutions.

Ne participe pas à des discussions vaines qui attaquent la foi, car ces discoureurs deviendront de plus en plus impies (2 Timothée 2.16).

févr. 08 2023

Émission du jour | Jean 4.1-30

Jésus et la femme samaritaine

Nos partenaires