Les études

05 juillet 2022

#03 L’appel d’Ézéchiel (Ézéchiel 1.26-3.3)

Ce bruit est l’intervention puissante de Dieu dans les affaires des hommes. Même quand son œuvre sur terre semble stagner, le bruit qui continue et vient du trône de Dieu rappelle que son action ne cesse jamais.

Au-dessus de l’étendue apparaissait comme un trône en pierre de saphir et sur ce trône un être ayant l’aspect d’un homme. L’intérieur et le contour du trône, ainsi que la partie du corps au-dessus de sa taille, avaient l’éclat d’un métal resplendissant et la partie inférieure du corps brillait de mille feux tout autour de lui (Ézéchiel 1.26-27 ; Exode 24.10 ; Daniel 7.9).

Ézéchiel tente de décrire l’aspect éblouissant de la gloire de Dieu, mais il n’a pas les mots. La couleur bleue du saphir symbolise la paix et le repos qui règnent au sein de la Trinité. Le trône se déplace dans un chariot et baigne dans une lumière éclatante, mais les contours sont flous. L’homme est Jésus-Christ.

Les entours du trône resplendissaient comme un arc-en-ciel un jour de pluie. C’est ainsi que m’apparut la gloire de l’Éternel. À cette vue, je tombai le visage contre terre, et j’entendis une voix (Ézéchiel 1.28 ; cp Esaïe 6.5 ; Daniel 10.8-9 ; Apocalypse 1.17).

Cette vision de la gloire de Dieu n’est pas l’Éternel lui-même mais une représentation symbolique et elle se veut menaçante pour les pécheurs. Cependant, l’arc-en-ciel est un signe de la bonté et de la fidélité de Dieu. Ses couleurs éclatantes et douces tempèrent l’éclat éblouissant du trône. L’Éternel est dans un char parce qu’il est sur le point d’abandonner le temple de Jérusalem. Dans le Lieu très saint, les chérubins, qui se trouvaient aux deux extrémités du coffre sacré, avaient une seule face, mais désormais, ils en ont quatre, et sont tournées vers les quatre points cardinaux, car Dieu va se révéler au monde entier au lieu d’Israël seul. A la vue de la gloire de Dieu, et comme Ésaïe, Daniel et l’apôtre Jean, Ézéchiel tombe face contre terre.

Dieu me dit : Fils d’homme, tiens-toi debout, car je vais te parler (Ézéchiel 2.1).

« Fils d’homme » est utilisé 93 fois pour Ézéchiel et une fois pour Daniel. Ce titre contraste le Créateur tout-puissant et sa faible créature. Jésus s’est souvent donné ce titre, afin de s’identifier à notre humanité.

Tandis que j’entendais celui qui me parlait, l’Esprit entra en moi et me fit tenir debout (Ézéchiel 2.2).

En même temps que l’ordre, Dieu donne le pouvoir de lui obéir. Sous l’Ancienne Alliance, le Saint-Esprit ne demeurait pas avec les croyants comme c’est le cas aujourd’hui, mais intervenait chez certaines personnes d’une manière épisodique en vue d’un ministère spécifique.

Il me dit : Fils d’homme, je t’envoie vers les Israélites, ces païens rebelles qui se sont révoltés contre moi tout comme leurs ancêtres. Ils ont la tête dure et un cœur insensible mais je t’envoie vers eux. Tu leur diras : voici ce que déclare le Seigneur, l’Éternel. Que ces rebelles écoutent ou pas, ils sauront qu’il y a un prophète parmi eux (Ézéchiel 2.3-5 ; cp Esaïe 48.4).

Les Israélites en Juda et les exilés sont tellement dégénérés, que Dieu les assimile à de vulgaires païens, et Ésaïe les appelle : « Sodome et Gomorrhe ». Mais Dieu est fidèle à son peuple et va lui envoyer Ézéchiel pour l’avertir des conséquences de sa rébellion. Aujourd’hui, les gens religieux remplacent Jésus-Christ par des rites et une certaine moralité, mais refusent de se considérer des pécheurs qui ont besoin d’un sauveur.

Quant à toi, fils d’homme, bien que tu sois au milieu d’orties, de ronces et de scorpions, ne crains pas cette communauté de rebelles et ne crains pas leurs paroles. Tu leur transmettras mes paroles, qu’ils écoutent ou pas, car ce sont des rebelles. Et toi, fils d’homme, ne sois pas rebelle comme cette communauté de rebelles ; ouvre ta bouche et mange ce que je te donne. Je vis alors une main tendue qui tenait un rouleau. Elle le déroula ; il était écrit recto verso et c’étaient des lamentations funèbres et des plaintes (Ézéchiel 2.6-10).

On écrivait sur une seule face d’un parchemin, mais le peuple d’Israël est si hargneux et vindicatif et ses péchés sont si nombreux et si graves, que le jugement sera si sévère, qu’il engendrera tellement de douleurs, qu’il fallait les deux faces du parchemin pour les écrire. Malgré un premier exil, comme Jérusalem existe toujours, les Israélites se sont endurcis, et des faux prophètes annoncent que les exilés vont bientôt revenir.

Il me dit : Fils d’homme, mange ce rouleau, puis va parler à la communauté d’Israël. Je le mangeai donc et dans ma bouche, il fut doux comme du miel (Ézéchiel 3.1-3 ; cp Apocalypse 10.9-10).

mai 22 2024

Émission du jour | Job 39.1 – 41.2

Réponse de l'Éternel (suite)

Nos partenaires