Les études

06 juillet 2022

#03 Contre les accapareurs (Michée 1.16-2.8)

À partir d’ici, Michée énumère douze villes conquises par les Assyriens et fait des calembours avec leur nom et le malheur qui va les frapper. Michée veut que ses contemporains puissent ainsi se représenter le désastre à venir s’ils ne se repentent pas de leurs péchés. Gath, ville des Philistins, fait assonance avec proclamer. Michée ne veut pas que ces ennemis se réjouissent du malheur de Juda. Akko est proche de baka : pleurer. Beth-Leaphra signifie maison de poussière. Chaphir signifie belle ville, ce qui contraste avec une jeune fille exilée nue et honteuse. Tsaanân veut dire sortir, mais ses habitants seront enfermés dans leur ville encerclée. Beth-Haëtsel veut dire maison d’à côté ou refuge, mais la ville sera prise par l’ennemi. Maroth fait assonance avec amertume. Et Lakich avec coursier. Il faut donc fuir à cheval. Morécheth ressemble au mot fiancée. Ses habitants devront donner leurs richesses comme dot à l’ennemi. Akzib fait assonance avec déception ; cette ville ne sera d’aucun secours. Marécha fait assonance avec héritage, mais il va passer à l’ennemi. Adoullam est la caverne où David se réfugiait pour échapper au roi Saül qui voulait sa peau.

Rasez-vous donc, arrachez vos cheveux, habitants de Jérusalem, en signe de détresse à cause de vos fils qui font vos délices ! Oui, rasez-vous pour que vous soyez chauves, pareils à des vautours, parce que vos fils vont être emmenés loin de vous en exil (Michée 1.16 ; cp Job 1.20).

En comparant ses compatriotes rasés à des vautours, Michée est très moqueur afin de les sortir de leur torpeur pour qu’ils se repentent avant que le malheur ne les frappe.

Malheur à ceux qui trament le mal pendant la nuit et qui abusant de leur pouvoir, l’exécutent au lever du jour. Ils convoitent des champs ou des maisons et s’en emparent. Ils dépouillent le petit peuple de ses habitations et de ses terres (Michée 2.1-2 ; cp Exode 20.17 ; Deutéronome 5.21 ; Esaïe 5.8 ; Proverbes 30.15 ; Lévitique 25.25-28).

Ce discours est adressé aux classes dirigeantes qui sont aussi de grands propriétaires et des usuriers. Ce sont des requins qui ont leur pouvoir pour seul dieu et qui préparent et exécutent froidement leurs rapines.

C’est pourquoi l’Éternel dit : contre cette nation je projette un malheur, et il sera comme un joug dont vous ne pourrez plus vous dégager le cou. Vous ne marcherez plus la tête haute, car ce sera un temps de malheur (Michée 2.3 ; cp Amos 3.6 ; cp Lévitique 26.13).

L’Éternel va châtier les grands du royaume. Ils seront forcés de courber la tête, d’abord devant les Assyriens puis devant Babylone et connaîtront le même esclavage que leurs ancêtres.

En ce jour-là, on vous raillera en proverbes et vous hurlerez une complainte, disant : ça y est, nous sommes totalement dévastés ; il a donné à d’autres la propriété de mon peuple. Il me l’enlève et distribue nos terres à l’ennemi (Michée 2.4).

Leurs ennemis se moqueront des Israélites au jour de leur malheur et eux-mêmes pleureront à grands cris. L’Éternel leur applique la loi du talion. Ils ont volé les terres, l’ennemi leur dérobe leurs propriétés.

Voilà pourquoi il n’y aura plus de partage du pays pour toi dans l’assemblée de l’Éternel (Michée 2.5).

Aucun chef impie du royaume ni aucun de ses descendants ne reviendra de l’exil babylonien.

Cessez vos bêtises !, disent-ils. Arrêtez les reproches qui n’en finissent pas ! (Michée 2.6 ; cp Esaïe 28.9-10).

Les classes dirigeantes ne veulent plus entendre les prophètes Michée et Ésaïe critiquer leur comportement pervers et la venue du jugement.

Comment osez-vous parler ainsi, descendants de Jacob ? L’Éternel perd-t-il facilement patience ? Est-ce là sa manière d’agir ? Ses paroles ne sont-elles pas bienveillantes avec celui qui marche droit ? (Michée 2.7).

Michée répond aux chefs impies, en leur rappelant que l’Éternel est bon et fidèle envers son peuple et qu’il ne le punit que s’il agit mal, et seulement après avoir longtemps attendu un changement de conduite.

Récemment, ils ont traité mon peuple en ennemi. Vous ôtez le manteau de dessus le sous-vêtement à ceux qui, paisibles et sans défiance, passent auprès de vous, et vous les dépouillez comme s’ils étaient des ennemis après la victoire (Michée 2.8 ; cp Exode 22.25-26).

févr. 06 2023

Émission du jour | Jean 3.1-13

Jésus et Nicodème : la nouvelle naissance

Nos partenaires