Les études

20 juin 2022

#02 Les Israélites sont infidèles (Juges 1.28-4.3)

Pourquoi chasser les Cananéens quand on peut les exploiter ?

Quand les Israélites furent devenus plus forts, ils imposèrent des corvées aux Cananéens mais ne les chassèrent pas (Juges 1.28).

Puis le texte dit que les tribus de Éphraïm, Zabulon, Aser, et Nephtali ne chassèrent pas leurs ennemis de leurs territoires. En fait, en ce qui concerne Aser et Nephtali, ce sont les Israélites qui demeurent parmi les Cananéens. Cependant les gens de Nephtali sont suffisamment forts pour imposer des corvées à leurs hôtes. Maintenant, la situation générale se dégrade.

Les Amoréens refoulèrent les Danites dans la montagne mais les descendants de Joseph, devenus puissants, leur imposèrent des corvées (Juges 1.34-35).

Au lieu d’aider la tribu de Dan à chasser les Cananéens des villes de leur territoire, les deux tribus de Joseph les exploitent, désobéissant aux ordres de l’Éternel.

L’ange de l’Éternel dit au peuple : Je vous ai amenés dans le pays que j’ai promis à vos ancêtres. Vous ne deviez pas conclure d’alliance avec ses habitants et deviez démolir leurs autels. Comme vous ne m’avez pas obéi, je ne les chasserai pas; ils seront vos ennemis et leurs dieux un piège (Juges 2.1-3).

L’Ange de l’Éternel parle comme l’Éternel lui-même parce que c’est une apparition de Jésus-Christ. La sanction tombe et les conséquences de la révolte d’Israël vont être funestes.

La génération de Josué ayant disparu, les Israélites font ce qui est mal en rendant un culte aux faux dieux. Alors, quand ils entreprennent une campagne, l’Éternel s’oppose à eux et ils sont réduits à une grande détresse. Alors l’Éternel leur suscite des chefs qui les délivrent des pillards. Car quand l’Éternel entend son peuple gémir, il a pitié d’eux. Mais après la mort du chef, le peuple se corrompt à nouveau. Alors l’Éternel laisse subsister les nations païennes (Juges 2.10-23).

Voilà quelle était la situation pendant plus de trois siècles et le douloureux refrain : « Les Israélites firent ce qui est mal » revient cinq fois dans le livre (3 :7-12 ; 4 :1 ; 6 :1 ; 10 :6 ; 13 :1).

Pour éprouver les nouvelles générations d’Israélites et pour qu’ils apprennent la guerre, l’Éternel laissa dans le pays les Philistins, Cananéens, Sidoniens et les Héviens (Juges 3.1-4).

Ces nations forment un demi-cercle autour des Israélites mais ces derniers doivent se préserver de leur idolâtrie et décadence morale.

Les Israélites habitaient au milieu des Cananéens. Ils se mariaient avec eux et adoraient leurs dieux, ce qui est mal aux yeux de l’Éternel (Juges 3.5-7).

Ici commence le premier cycle vicieux du livre des Juges. Les Israélites vivent en concubinage en quelque sorte avec les peuples idolâtres alors qu’ils auraient dû les chasser.

Alors, l’Éternel se met en colère et livre Israël pendant huit ans au pouvoir de Kouchân-double méchanceté, roi de Mésopotamie. Ils implorent l’Éternel qui leur suscite un libérateur : Othniel neveu de Caleb. L’Esprit de Dieu vient sur lui et il partit en guerre contre Kouchân, et l’Éternel lui donne la victoire. Après cela, la région fut en paix pendant quarante ans ; puis Othniel mourut (Juges 3.8-11).

Refusant de se soumettre à l’Éternel, les Israélites doivent courber l’échine devant ce tyran qui vient du nord-est. Le peuple de Dieu croque à pleines dents les fruits amers de leur rébellion. Dans leur détresse, ils invoquent l’Éternel qui suscite un libérateur qui défait le tyran. Puis Othniel dirige le peuple jusqu’à sa mort. Fin du premier cycle.

Les Israélites recommencent à faire ce qui est mal aux yeux de l’Éternel. Alors il fortifie Églôn, roi de Moab qui s’allie aux Ammonites et aux Amalécites et qui battent les Israélites et s’emparent de Jéricho. Pendant dix-huit ans, les Israélites lui sont soumis. Ils implorent l’Éternel qui suscite un libérateur : Éhoud de Benjamin, chargé de porter le tribut de troupeaux à Églôn (Juges 3.12-15).

Les Moabites et les Ammonites habitent à l’est du Jourdain. Ils sont apparentés aux Israélites, mais aussi leurs ennemis héréditaires, bien qu’ils aient été épargnés lors de la conquête.

Églôn était très gros. Lorsque Éhoud a fini de présenter le tribut, il dit au roi : “j’ai un message secret à te dire. ” Alors tous ses familiers se retirent. Éhoud prend son épée et l’enfonce dans le ventre du roi, poignée comprise. Éhoud sort après avoir fermé les portes à clé. Les serviteurs du roi attendent un bon moment puis ouvrent et voici que leur maître gît à terre. Éhoud s’était enfui. Il sonne du cor et se met à la tête des Israélites qui tuent dix-mille hommes de Moab, qui fut affaibli, et la région est en paix pendant quatre-vingts ans (Juges 3.16-30).

Éhoud a été fouillé par les gardes mais seulement du côté gauche alors qu’il porte son épée sur la hanche droite car il est gaucher. Éhoud remplit la mission que l’Éternel lui a confiée.

Tout ce qu’on sait du troisième juge libérateur est que c’est un surhomme qui a une méthode expéditive pour mettre fin aux razzias des Philistins en Israël. Le texte dit :

Après Éhoud, vint Chamgar qui tua six cents Philistins avec un aiguillon à bœufs (Juges 3.31).

Après la mort d’Éhoud, les Israélites recommencent à faire ce qui est mal aux yeux de l’Éternel. Alors il les livre au pouvoir de Yabîn, un roi cananéen. Son chef d’armée s’appelle Sisera. Yabîn possède neuf cents chars et pendant vingt ans, il opprime les Israélites qui implorent l’Éternel (Juges 4.1-3).

avril 23 2024

Émission du jour | Job 1.1-5

Prospérité et épreuves de Job

Nos partenaires