Les études

22 juin 2022

#02 L’enseignement du Christ (2ème Jean 3-11)

Jean écrit que les membres de cette église ont été choisis en vue du salut et de la gloire éternelle, car de toute éternité leurs noms sont écrits dans le livre de vie. Cependant, tous ceux qui le désirent, peuvent se faire élire rétroactivement ; c’est comme s’ils pouvaient remonter dans l’éternité passée et ajouter son nom dans le livre de vie. Ce n’est pas un problème du tout parce que dans l’au-delà, le temps n’existe pas.

Que La grâce, la miséricorde et la paix qui nous viennent de Dieu le Père, et de Jésus-Christ le Fils du Père, soient avec nous en vérité et dans l’amour (2Jean 3).

Jean désire que ses lecteurs expérimentent la réalité de la grâce, miséricorde et paix de Dieu, qui sont les expressions de son amour. Parce que Dieu est amour, il a envoyé son Fils pour qu’il règle le problème du péché, en satisfaisant sa justice et en honorant sa sainteté. Ensuite seulement, il a pu faire grâce au pécheur, et dans sa miséricorde le tirer de sa condition déplorable afin qu’il puisse expérimenter la paix.

L’expression « Jésus Christ, le Fils du Père » qu’on ne trouve qu’ici, souligne l’intimité des deux personnes de la Trinité. Jean s’oppose ainsi aux hérétiques qui enseignent que Jésus homme n’est pas le Fils du Père.

J’ai été très réjoui de constater que certains de tes enfants se comportent selon la vérité, obéissant ainsi au commandement du Père (2Jean 4 ; cp 1Jean 1.7).

Il est de plus en plus évident que Jean s’adresse à une église. Cependant, s’il se réjouit au sujet de ceux qui marchent dans la lumière, on peut se demander pourquoi il ne dit rien concernant les autres.

À présent, Grande Dame, je t’adresse une requête : ce n’est pas un commandement nouveau mais celui que nous avons reçu dès le début : aimons-nous les uns les autres (2Jean 5 ; cp Jean 15.12 ; 1Jean 2.7-11 ; 3.11 ; 1Thessaloniciens 4.9 ; Matthieu 22.37-40 ; Romains 5.5 ; 13.10 ; Jean 13.1, 34 ; Éphésiens 5.2).

Jean répète souvent ce commandement dans ses écrits. L’amour fraternel chrétien est bien plus profond que l’ordre de Jésus d’aimer son prochain. Il est nouveau car il reflète l’amour que Jésus a manifesté à la perfection, mais il ne peut être obéi que sous l’impulsion du Saint Esprit qui habite les croyants.

Et cet amour consiste en tout temps à obéir aux commandements de Dieu. C’est ainsi que nous devons vivre, ce que vous avez appris depuis le commencement (2Jean 6 ; 1Jean 5.3 ; Jean 14.15, 23, 24 ; 15.10 ; Deutéronome 5.10 ; 11.1 ; Josué 22.5 ; Romains 13.10).

Jean définit l’amour chrétien en terme d’obéissance à Dieu, ce qu’il a déjà dit dans sa première épître. Celui qui aime Dieu prend plaisir à lui obéir et aimera spontanément ses frères et sœurs.

Un grand nombre d’hérétiques trompeurs sont dans le monde. Ils ne veulent pas croire que Jésus-Christ était vraiment un homme. Ce sont des imposteurs et des antéchrists (2Jean 7 ; cp 1Jean 2.18-23 ; 4.1-3 ; Actes 20.29 ; 2Corinthiens 11.13-15 ; 1 Timothée 4.1).

Au premier siècle, les philosophies et les sectes pullulent, mais ce sont les hérétiques qui sortent des églises qui sont dangereux. Après avoir fait une profession de foi, ils se rétractent, dénaturent l’identité de Jésus, s’opposent aux enseignements apostoliques, et mènent une vie dissolue. Ce sont des loups déguisés en agneaux, des émissaires du diable, qui sèment le mensonge comme leur père.

Prenez garde à ne pas perdre le fruit de vos efforts, afin de recevoir une pleine récompense (2Jean 8 ; cp 1Corinthiens 3:10-17 ; 2Corinthiens 5:9-10 ; Colossiens 2.8 ; 2Thessaloniciens 2.15 ; 2Timothée 1.13-14 ; 3.14 ; 4.7-8 ; Hébreux 6.10).

Nous devons obéir à Dieu et le servir par reconnaissance pour ses bienfaits, mais dans sa grâce, il désire aussi nous récompenser pour notre fidélité à sa vérité et pour notre service. Nous devons donc faire preuve de vigilance et de discernement pour rester fidèle à la vérité, et de zèle pour obéir aux commandements de Dieu, sinon nous perdrons une partie ou la totalité de nos récompenses. Par intérêt personnel, certains croyants font des compromis avec l’enseignement biblique, mais on ne doit pas danser avec le diable.

Celui qui s’écarte de l’enseignement apostolique concernant le Christ, ne connaît pas Dieu. Mais celui qui reste attaché à cet enseignement est uni au Père et au Fils (2Jean 9 ; cp 1Jean 2.23).

Jésus est le Créateur revêtu d’un corps humain, qui est venu pour être le Sauveur. Mais cette Bonne Nouvelle de la grâce de Dieu ne suffit pas aux hérétiques. Se considérant comme des penseurs progressistes, ils sont en quête de nouvelles connaissances, généralement ésotériques et contraires aux Écritures. Or, il est nécessaire d’accepter celles-ci sans réserve pour être en communion avec Dieu.

Si quelqu’un n’apporte pas l’enseignement apostolique, ne le recevez pas chez vous et ne le saluez pas, car celui qui lui accorde la salutation fraternelle, se rend complice de ses mauvaises œuvres (2Jean 10-11 ; cp 1Corinthiens 5:11; 16:22 ; Galates 1:8 ; Philippiens 3:2).

avril 18 2024

Émission du jour | Esther 6.7 – 7.10

Mardochée honoré - Haman humilié

Nos partenaires