Les études

06 juillet 2022

#02 L’appel à reconstruire le temple (Aggée 1.2-2.5)

Avant l’exil, les prophètes situaient les événements par rapport à un roi d’Israël, mais comme les deux royaumes ont disparu, Aggée utilise le roi qui règne sur le territoire israélite, tout comme Ézéchiel, Daniel et Zacharie. Le premier jour du sixième mois (29 Août 520) du calendrier juif est à cheval sur Août et Septembre. La fête de la nouvelle lune était célébrée chaque premier du mois par des sacrifices et par la réunion solennelle du peuple (Nombres 28.11 ; Esaïe 1.13). L’Éternel a décidé la reprise des travaux du temple, alors il ôte le roi Cambyse (529-522) qui s’oppose à lui, fait monter Darius sur le trône, puis s’arrange pour qu’on retrouve le décret de Cyrus. C’est uniquement Dieu qui dirige les affaires des hommes (Daniel 4.14).

Voici ce que déclare le Seigneur des armées célestes : – ce peuple dit : “ ce n’est pas encore le moment de rebâtir le Temple de l’Éternel. Mais est-ce le moment pour vous d’habiter dans des belles maisons, alors que ce Temple est en ruine ?” (Aggée 1.2-4).

L’excuse des colons est l’opposition des Samaritains, mais en réalité, leur priorité est de s’installer dans le confort plutôt que de reconstruire le temple. Pour montrer sa désapprobation, l’Éternel les appelle « ce peuple » au lieu de « mon peuple ». Puis il fait appel à leur conscience religieuse.

Ainsi parle maintenant l’Éternel des armées : Considérez attentivement tout ce qui vous arrive ! Vous semez largement mais vous récoltez peu, vous mangez et buvez sans être rassasiés. Vous portez beaucoup d’habits sans avoir chaud, et le salaire de l’ouvrier disparaît comme dans une bourse trouée. Réfléchissez donc bien à ce qui vous arrive. Allez chercher du bois dans la montagne et bâtissez le Temple. J’y trouverai plaisir et j’en serai glorifié, dit l’Éternel (Aggée 1.5-8 ; cp Deutéronome 28. 38-39 ; Proverbes 14.12 ; Esaïe 53.6 ; Matthieu 6.31-34).

Les colons juifs doivent remettre en question leurs priorités parce que leur désastre économique est un jugement divin. Comme ils souffrent de la faim ils sont plus sensibles au froid, surtout que les hivers sont rudes et ils ont du mal à couvrir leurs besoins à cause d’une inflation galopante. Alors, l’Éternel leur trace la marche à suivre pour être bénis. On apprend aussi que s’ils doivent aller couper du bois, c’est qu’ils ont pioché dans les cèdres destinés au temple que les Phéniciens leur avaient livrés (Esdras 3.7).

Vous comptiez sur une grosse récolte mais vous en avez engrangé une petite, et j’ai soufflé dessus. Pourquoi l’ai-je fait ? demande le Seigneur des armées célestes. Parce que mon Temple est en ruine, tandis que chacun d’entre vous embellit sa maison. Voilà pourquoi le ciel a retenu la rosée et la terre a refusé ses fruits. J’ai appelé la sécheresse sur les champs et les montagnes, sur le blé, le vin, l’huile, sur tous les produits du sol, et sur les hommes, le bétail, et tout le fruit de vos travaux (Aggée 1.10-11 ; Deutéronome 11.14 ; 28.23, 51 ; Psaume 104.13-15 ; Esaïe 5.9-10).

Les récoltes des trois cultures de base sont minables parce que Dieu est fâché à cause du temple en ruines. De plus, une partie de la cueillette pourrit ou elle est dévorée par des rongeurs ou des insectes. Ce qui arrive aux colons aurait dû les faire réagir car ces malédictions sont mentionnées noir sur blanc dans la Loi.

Alors Zorobabel et Josué, le grand-prêtre, et tout le peuple écoutèrent la voix de l’Éternel, leur Dieu et les paroles du prophète Aggée que l’Éternel lui avait dites, et le peuple éprouva une crainte respectueuse envers l’Éternel. Alors Aggée, le messager de l’Éternel, transmit au peuple le message suivant : “ je suis avec vous, déclare l’Éternel ” (Aggée 1.12-13 ; cp Matthieu 28.20 ; Proverbes 9.10).

Les colons, avec Zorobabel et Josué en tête, écoutent Aggée ; ils reconnaissent leur culpabilité devant Dieu et adoptent la bonne attitude. L’Éternel accepte leur repentance et leur promet sa présence et son soutien, ce qui devrait calmer la crainte des Samaritains et les motiver à reconstruire le temple.

Et l’Éternel anima de zèle Zorobabel, gouverneur de Juda, Josué, le grand-prêtre, et tout le peuple, de sorte qu’ils se mirent à l’ouvrage au Temple de l’Éternel, le vingt-quatrième jour du sixième mois de la deuxième année du règne de Darius (Aggée 1.14-15 ; cp Philippiens 2.13).

C’est l’Éternel qui a suscité en eux la bonne disposition de lui obéir et il agit de même avec nous. Le 21 septembre de l’an 520, après 15 ans d’arrêt, les colons rouvrent le chantier. Pendant les 23 jours entre l’intervention d’Aggée et le début des travaux, les colons ont dû faire la récolte des figues, des raisins et des grenades, et peut-être que Dieu les avait multipliés. Ensuite il a fallu organiser les équipes de travail, rassembler les matériaux, aller en montagne, couper les arbres, puis les débiter en planches.

Le vingt et unième jour du septième mois, l’Éternel parla par l’intermédiaire du prophète Aggée et dit : parle à Zorobabel, gouverneur de Juda, à Josué, le grand-prêtre, et à tout le peuple, et dis-leur : Reste-t-il parmi vous quelqu’un qui ait connu ce Temple dans son ancienne gloire ? À présent, comment le voyez-vous ? N’est-il pas comme rien aujourd’hui à vos yeux ? Maintenant : courage, Zorobabel, dit l’Éternel. Toi aussi Josué, grand-prêtre, prends courage ! Courage, vous aussi, tout le peuple du pays ! dit l’Éternel. Mettez-vous à l’œuvre, car je suis avec vous, dit l’Éternel. Selon ma promesse quand vous avez quitté l’Égypte, mon Esprit est présent au milieu de vous ; ne craignez rien ! (Aggée 2.1-5 ; cp Josué1.5-9 ; 1Chroniques 28.10, 20 ; Romains 8.31 ; Éphésiens 6.10 ; 1Corinthiens 16.13).

févr. 26 2024

Émission du jour | Néhémie 2.1-18

Néhémie envoyé à Jérusalem

Nos partenaires