Les études

20 juin 2022

#02 La venue de l’Esprit Saint (Actes 1.12-2.36)

Après l’ascension de Jésus, les onze apôtres retournent à Jérusalem.

« Ils vont dans la chambre haute de la maison où ils se réunissent habituellement. D’un commun accord, ils se retrouvent pour prier, avec Marie, mère de Jésus, et les frères de Jésus » (Actes 1.12-14).

Marie est mentionnée ici pour la dernière fois puis elle entre dans une obscurité complète, et c’est ici la première fois que les frères de Jésus sont comptés au nombre des disciples.

« Un jour, Pierre dit à environ cent vingt frères : il fallait que les prophéties au sujet de Judas s’accomplissent. Il a guidé ceux qui ont arrêté Jésus. Avec l’argent de son crime, un champ fut acheté; il y est tombé et ses entrailles se sont répandues. Or, il est écrit : Qu’un autre prenne sa charge. Nous devons donc choisir l’un de ceux qui nous ont accompagnés afin qu’il soit avec nous un témoin de la résurrection » (Actes 1.15-22).

Pierre assume ici la première place que le Seigneur lui avait assignée. Il rappelle la fin horrible de Judas et la nécessité de le remplacer par un disciple

« On présenta deux hommes : Joseph et Matthias. Et l’assemblée pria : Seigneur, tu connais le cœur de tous les hommes. Choisis celui qui doit remplacer Judas. Puis ils tirèrent au sort et Matthias fut désigné et adjoint aux onze apôtres » (Actes 1.23-26).

C’est la dernière fois dans les Écritures qu’on a recours à ce procédé pour connaître la volonté de Dieu, cependant ce moyen peut encore parfois être utile.

Je commence le chapitre 2.

« Le jour de la Pentecôte, alors que tous les disciples sont ensemble, tout à coup a lieu un énorme bruit comme un violent coup de vent. Au même moment, ils voient des flammèches qui vont se poser sur la tête de chacun d’eux Aussitôt, ils sont tous remplis du Saint-Esprit et se mettent à parler en d’autres langues. Des Juifs pieux venus du monde entier accourent alors en foule et sont saisis de stupeur car chacun les entend parler dans sa propre langue » (Actes 2.1-6).

Les disciples parlent une langue nouvelle qui est comprise par les auditeurs dans leur dialecte particulier et avec l’accent propre à leur terroir, mais on ne sait pas vraiment de quoi il s’agit.

« Nous sommes de tous les pays et pourtant chacun de nous les entend parler dans sa propre langue des choses merveilleuses de Dieu. Ils n’en revenaient pas. Mais d’autres disaient : « C’est le vin doux, ils ont trop bu ! »  (Actes 2.8-13).

Les moqueurs ne comprennent pas la langue de l’Esprit, et comme les disciples s’expriment pleins d’enthousiasme, ils leur paraissent hors de sens.

« Alors Pierre, entouré des onze, élève la voix et dit : Certains insinuent que ces hommes sont ivres. Pas du tout ! Il n’est pas neuf heures du matin ! Mais ici se réalise ce qu’a dit le prophète Joël : dans les derniers jours, je répandrai de mon Esprit sur tous les hommes et ils prophétiseront. Je ferai des miracles. Alors seront sauvés tous ceux qui feront appel au Seigneur » (Actes 2.14-21).

L’intervention de Pierre est très solennelle. Il cite une longue prophétie bien que seule une petite partie est accomplie par l’effusion de l’Esprit à la Pentecôte.

« Écoutez bien, Israélites. Vous le savez bien : Jésus de Nazareth, cet homme à qui Dieu a rendu témoignage par des actes miraculeux extraordinaires. Il a été livré conformément au décret arrêté et au conseil déterminé de Dieu, et vous, vous l’avez fait crucifier par des hommes impies » (Actes 2.22-23).

La mort du Sauveur n’était pas un accident de parcours mais décidée par Dieu car nécessaire. Cependant, les Juifs coupables portent la responsabilité pénale de sa mort.

« Mais Dieu a brisé les liens de la mort : il l’a ressuscité, car il était impossible que la mort le retienne captif » (Actes 2.24).

Certes, Dieu a ressuscité Jésus, mais il possède la vie en lui-même car il est la résurrection.

« David dit de lui : tu ne m’abandonneras pas dans le séjour des morts : tu ne laisseras pas ton serviteur fidèle se décomposer dans la tombe. Mes frères, David est mort et son tombeau est près d’ici. Mais étant prophète, il a annoncé d’avance la résurrection du Christ. Dieu a ressuscité Jésus et nous en sommes tous témoins » (Actes 2.25-32).

Pierre cite une prophétie de David (Psaume 16.8-11) puis il pointe son tombeau pour démontrer qu’il ne parlait pas de lui-même mais annonçait d’avance la résurrection de Jésus.

« Puis Jésus a été élevé pour siéger à la droite de Dieu. Et maintenant, comme promis, il a répandu sur nous l’Esprit Saint; c’est ce que vous voyez et entendez. David n’est pas monté au ciel mais il a dit : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Viens siéger à ma droite. Tout le peuple d’Israël doit savoir que Dieu a fait Seigneur et Messie ce Jésus que vous avez crucifié » (Actes 2.33-36).

La conclusion du discours de Pierre est un appel énergétique aux Juifs de se repentir et de se soumettre au Maître de l’univers qu’ils ont crucifié, mais qui est ressuscité. Avant d’être élevé, Jésus était déjà Seigneur mais sous la forme d’un serviteur dépouillé de toute dignité.

avril 17 2024

Émission du jour | Esther 5.3 – 6.6

Intercession d'Esther - Hamon poursuit Mardochée de sa haine

Nos partenaires